univers glauque où les démons font la loi

Demon’s Crest

Comment dire… Il va être extrêmement difficile pour moi d’être objectif sur ce test! Sorti en 1994, Demon’s Crest est la suite de Gargoyle’s Quest II sorti sur Nes qui lui-même est la séquelle de Gargoyle’s Quest sur Game Boy. Ce dernier étant un fabuleux jeu d’aventure/action mêlant quelques phases de RPG. Si Demon’s Crest s’éloigne de ses prédécesseurs, c’est bien au niveau de la difficulté. Autant les deux premiers opus étaient d’une difficulté extraterrestre, autant le défaut de ce dernier épisode est sa trop grande facilité due à sa durée de vie limitée. Mais nous y reviendrons plus tard…

Héros ou anti-héros ?

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 01)Firebrand de son petit nom ne vous rappelle-t-il rien? Devenu un personnage culte de la maison Capcom, ses premières apparitions ont eu lieu sur la série non moins mémorable «Ghoul’s N’ Ghost» où il incarnait l’un des fidèles ennemis du sieur Arthur. En vérité, ces deux sagas se rejoignent puisqu’elles se passent dans le même univers. Ici vous dirigerez Firebrand dans un scénario surprenant et extrêmement original puisqu’il y a également des conflits chez les démons! Il existe 2 royaumes dans l’univers de Demon’s Crest: celui des humains, et celui des démons qui co-existent l’un et l’autre pacifiquement. Mais un jour, 6 pierres magiques formant la « Crest » du démon tombèrent dans le Royaume des Démons. Le pouvoir qu’elles contenaient attirait l’avidité et ce fut la guerre civile dans ce royaume pour s’en emparer.

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 02)Un démon du nom de Phalanx, similaire à Firebrand, désira s’emparer des pierres magiques permettant d’acquérir des pouvoirs sans précédent et évidemment lui donner un moyen de dominer le monde des démons puis celui des humains. Mais dans la bataille, apparu Firebrand qui récolta 5 des pierres, bien avant Phalanx. Insatisfait de l’obtention de la «Crest Of Fire» et après un combat effréné contre le Démon Dragon, il put récupérer la «Crest of Heaven» (pierre du paradis). Phalanx, abusant des blessures de Firebrand, en profita pour l’attaquer par derrière et lui voler les 6 Crests. Terriblement blessé par la décharge de Phalanx, le Red Demon s’écrase alors dans un colisée où une bien mauvaise surprise l’attendra…Vous prendrez donc le contrôle du charismatique Red Demon (Firebrand) à la recherche des 6 pierres «Crests». Attention: vous allez entrer dans un univers glauque au possible où ici seuls les démons font la loi…. Culte je vous dis!!

Entrez dans le côté obscur de la force…

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 03)Comme vous pouvez vous en douter, nous sommes relativement loin de l’univers coloré et jovial d’un Super Mario World ^^, oubliez couleurs pastels et bruitages sympathiques. Les images parlent d’elles-même: ici vous vivrez dans un univers malsain avec des bras de zombies sortant du sol pour vous emmener en enfer, des statues de démons vous zieutant et j’en passe! Pour en venir au jeu lui-même, sachez qu’il est poétiquo-lugubre au possible (ça existe ce mot??!), je l’ai personnellement nommé le « tueur de Castlevania », j’ai réellement rarement pris autant mon pied dans un jeu vidéo de toute ma vie (extrémiste inside ^^). Techniquement il est irréprochable: les graphismes sont fantastiques, sombres et morbides. Il suffit de voir le premier niveau pour le comprendre (un peu comme pour Castlevania Vampire’s Kiss).

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 04)Rien que l’énorme statue de gargouille en arrière-plan vous en mettra plein la vue et vous permettra d’apprécier comme la SNES gère les scrollings horizontaux… un RÉGAL! Pour en revenir au côté sombre du jeu, disons que peu de softs m’ont fait autant ressentir cette sensation « démoniaque » qu’il dégage. À titre de comparaison, Super Castlevania IV ou Symphony of The Night font office de poids plumes à ce niveau-là. Seul Nosferatu sur Super famicom aura eu le même impact sur moi.

Musique Maestro !

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 05)L’ambiance musicale d’un jeu est primordiale, certainement tout autant que les graphismes ou le scénario pour un RPG. Ici accrochez-vous bien, elles sont en adéquation avec l’atmosphère du jeu. C’est tout simplement d’un niveau orchestral, c’est somptueux et on ressent bien la fameuse « Capcom Touch » que l’on aime tant et que l’on avait déjà retrouvé dans des softs comme Mega Man X. C’est le genre de musique qui vous prend aux tripes, elle vous implique vraiment dans ce monde démoniaque. Je vous conseille simplement d’écouter la musique Metropolis of Ruin ou alors Beyond the Colosseum ou Water Temple… un pur régal pour vos frêles oreilles! Je pense que c’est le seul moyen de comprendre l’intensité du mysticisme et du plaisir éprouvé par ces musiques. Pour vous donner une idée, elles sonnent très « cathédrales », et ça c’est le bien ^^ . Vous n’êtes pas sans savoir que les bruitages sont loin d’être en reste, d’une très grande qualité comme Capcom a toujours su le faire.

Un jeu, un gameplay, un Univers !

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 06)Comme vous avez certainement pu le constater, les graphismes sont splendides (transparence, mode 7, scrolling, distorsion, j’en passe et des meilleures!), les musiques font parties des plus belles compositions que j’ai pu entendre dans un jeu d’action-aventure, et il se paie aussi le luxe d’avoir un scénario attractif! Entre autre un certain Arma, lieutenant de Phalanx, représentant l’alter-ego de Firebrand qu’il rencontrera à plusieurs reprises et laissant place à de belles discussions de démons. Vous l’avez donc compris, Firebrand est parti à la chasse aux 6 Crests, le pouvoir initial de Firebrand étant de voler (à la même hauteur), en crachant des boules de feu. Le jeu reprend quelques éléments de RPG: Le Red Demon pourra collecter des nouveaux types de tirs (plus puissant, perforateurs, etc…), mais aussi et surtout à chaque Crest récupérée, Firebrand pourra se transformer en une nouvelle gargouille de type terre, feu, eau, air, temps… et la Crest of Heaven.

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 07)Vous apprendrez bien plus tard l’existence d’une septième Crest: celle de l’infinie, mais un peu de recherche ne vous fera pas de mal :D. Évidemment, ces transformations vous donneront accès à de nouvelles aptitudes comme défoncer les murs, respirer sous l’eau, ou voler librement. Après le premier niveau, vous explorerez sous le fameux mode 7 la carte du monde, vous ouvrant des passages aux autres zones du jeu. Il est possible d’attaquer Phalanx dès le début du jeu, effectivement il cherche à se construire un palais et à en faire son quartier général. Si vous l’attaquez à ce stade du jeu, il sera possible de le tuer rapidement et de voir l’une des « fausses fins » du jeu. Si vous décidez de l’attaquer vers le milieu du jeu, son palais aura quelque peu grandit et le boss final sera assez coriace.

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 08)Sachez que ces deux premières fins (quel paradoxe! ^^ ) réduisent considérablement la durée de vie du jeu qui n’est déjà malheureusement pas très grande initialement. Cela est donc À ÉVITER!! ou alors à tester plus tard. Si par contre vous décidez de terminer le jeu à 100 %, vous laissez donc le temps à Phalanx de construire son palais et d’accéder à sa transformation finale et là c’est une autre paire de manches…. Ne vous étonnez pas de revenir à plusieurs reprises sur les mêmes niveaux pour débloquer des lieux auparavant inaccessibles grâce à l’obtention de vos nouvelles transformations. Allez, venons-en au côté négatif du jeu: il réside véritablement dans sa durée de vie, définitivement trop courte. Même à 100 %, on est surpris par la légèreté des niveaux et c’est bien dommage. C’est pour cela que je conseille vivement à tous de terminer le soft avec l’optique du 100 % obligatoire, la durée que vous mettrez pour terminer le jeu influe également sur la fin du jeu.

Finissons-En !

Demon's Crest Super Nintendo (screenshot 09)Vous l’aurez compris, ce jeu est une bombe nucléaire disponible sur SNES uniquement. Les graphismes sont sombres et mélancoliques et font partie des plus beaux du genre dans le monde de la 2D. Les musiques sont magistrales, et le gameplay intuitif. Seule sa durée de vie vous fera rappeler qu’aucun jeu n’est parfait. Mais sachez que le plaisir est total et immersif au possible. Le jeu coûte assez cher, il est trouvable dans les 65/70 euros sur eBay. Mais quand on connaît la valeur monétaire des jeux PS3, XBOX 360… no comment. Sachez qu’il mérite son pesant de cacahuètes… Courrez l’acheter! Un jeu tout simplement CULTE.

Note Finale
Graphismes – 9 /10

Techniquement, Demon’s Crest est irréprochable. Les graphismes sont fantastiques, sombres et morbides. Transparence, mode 7, distorsion… sont de la partie.

Musiques / Sons – 9 /10

Les musiques sont en adéquation avec l’atmosphère du jeu. Elles vous prennent aux tripes et vous impliquent vraiment dans ce monde démoniaque. Les bruitages sont loin d’être en reste et sont aussi d’une très grande qualité.

Jouabilité – 8 /10

Le gameplay est très intuitif: le pouvoir initial de Firebrand lui permet de voler en crachant des boules de feu. Le jeu reprend aussi quelques éléments de RPG, puisque votre perso pourra collecter de nouveaux types de tirs, voire même se transformer en une nouvelle gargouille de terre, de feu… (à chaque Crest récupérée).

Scénario – 8 /10

Le scénario est attractif, avec notamment la présence d’un certain Arma, alter-ego de Firebrand, qu’il rencontrera à plusieurs reprises, laissant place à de belles discussions de démons.

Durée de vie – 6 /10

Le seul côté négatif du jeu: la durée de vie est définitivement trop courte. Même à 100 %, on est surpris par la légèreté des niveaux et c’est bien dommage.

En résumé
Le démon Firebrand est en pleine forme dans cette suite de Gargoyle’s Quest II, hit de la NES.
9
Excellent

Infos Pratiques
Développé par Capcom
Édité par Capcom
Sorti le 21.10.1994 (Japon) (*)
Sorti le 20.10.1994 (USA)
Sorti en 1994 (Europe)
action / plate-forme
1 seul joueur
Cartouche de 16Mb
Sauvegarde par mots de passe
Existe sur rien d’autre
(*) appelé «Demon’s Blazon» au Japon
Vous aimerez peut-être …
Hagane : The Final Conflict Congo’s Caper Tintin : Le Temple du Soleil Hoshi no Kirby 3 Super Back To The Future Part II Go Go Ackman Bram Stoker’s Dracula Super Adventure Island
Crédits
Version originale du test sur Snes-fr.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Hedge.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page