descendu en flammes par la génération 32 bits

StarFox 2

1993 : Nintendo, assisté d’Argonaut Software, créait l’événement avec StarWing, un shoot-them-up révolutionnaire car tout en 3D temps réel et ce, sur une console 16 bits, originellement incapable d’un tel rendu. 1994 : la 3D vit sa propre révolution en Arcade et sur les consoles de cinquième génération. Des machines 32 bits surpuissantes virent le jour, capables de gérer des centaines de milliers de polygones en temps réel, le support CD-Rom, un son en 44 Khz… et la vieille Super Nintendo fut largement dépassée.

StarFox 2 Super Famicom (screenshot 01)Mais Nintendo et Shigeru Miyamoto, avec leur petit Super FX 2, n’avaient pas dit leur dernier mot. Malheureusement, StarFox 2 (la suite de StarWing) est resté en version Beta car il ne vit jamais le jour. Disponible en téléchargement pendant des années sur le BS-X / Satellaview de la Super Famicom (la Super Nintendo japonaise), on ne le trouve aujourd’hui que sous forme de ROM pour émulateur. Si vous voulez y jouer, il n’y a pas d’autre moyen. Si certains disent que l’émulation c’est immoral, avec ce jeu, il y a prescription. Voyons maintenant ce que nous avons raté de “façon officielle”.

PS : Le jeu n’étant jamais sorti dans le commerce, il n’a pas de boîte. L’illustration reprise à droite provient du site Wikipedia.

Pas de doute : StarFox 2 est bien une suite

StarFox 2 Super Famicom (screenshot 02)Niveau scénario, on nous pose une trame toute bête pour une suite : Andross débarque de nulle part alors que tout le monde le croyait mort et veut sa vengeance. C’est super original… On dispose quand même d’une superbe intro, mais d’une fin… vite envoyée (la faute à la Beta ?). Si l’histoire est des plus basiques, le gameplay s’est par contre étoffé par rapport au premier opus. Plusieurs nouveautés ont émergé d’un concept déjà novateur pour l’époque, afin d’offrir une aventure plus riche. Tout d’abord, nous avons le choix entre six personnages aux compétences variées dont on désignera un duo (pour ma part, je fais dans le classique, avec Fox comme perso principal et Falco comme coop’). Avec ça, on choisira sa config’ puis la difficulté du jeu (cette fois, en Easy c’est réellement facile).

StarFox 2 Super Famicom (screenshot 03)Vient ensuite la carte tactique. Comme son nom l’indique, en un seul écran, elle pose les attaquants, les défenseurs et les diverses planètes alentours. Les événements en somme. Vous déplacez votre vaisseau sur cette carte et lorsque vous croisez la route des sbires d’Andross, c’est l’affrontement, votre but étant de protéger Corneria, votre planète natale. On peut à présent choisir exactement son parcours et décider ou pas du choc frontal. Une fois les planètes libérées et Corneria hors de danger, vous pourrez affronter en face à face Andross dans un level assez sympa. Niveau gameplay, plusieurs mises à jour ont été faites comme le fait de pouvoir changer de vue en intérieur / extérieur à volonté (avant, ce n’était possible qu’à certains niveaux). Il y a aussi un nouveau mode : l’action terrestre. En changeant votre vaisseau en pod (en pressant Select), c’est une toute autre approche des levels qui s’offre à vous (dans l’espace, c’est évidemment impossible). L’idée n’est pas fraîche puisqu’elle vient de Vortex, longtemps considéré (à tort !) comme la suite de StarWing. Cependant, c’est très bien mis en valeur.

StarFox 2 Super Famicom (screenshot 04)Pour finir, votre pod / airwing n’est plus posé sur des rails. Cette fois, vous pourrez aller où bon vous semble puisque ni le scrolling, ni l’aire de combat ne sont définis. Le jeu est donc ouvert… Décidément, y’a du progrès ! Mais tout n’est pas parfait, loin de là. Étant donné que Nintendo a fait un peu dans la surenchère, la jouabilité est devenue fouillis. Si elle réagit toujours très bien aux sollicitations du pad, l’aspect brouillon du titre rend la prise en mains un peu confuse. En plus, les niveaux sont très courts, il n’y en a qu’une maigre poignée (l’aventure se finit en moins d’une heure), et même si ça reste impressionnant pour une vieille console 16 bits, la claque est moins forte qu’à l’époque.

Aux limites du Super FX 2, mais pas au-delà

StarFox 2 Super Famicom (screenshot 05)Techniquement, on se doute que Nintendo a encore une fois fait très fort, avec un jeu encore plus beau. La 3D reste plus ou moins la même mais le design s’affine et quelques sprites sont à présent texturés. De plus, la variété des décors, des ennemis et des situations font qu’on ne s’ennuie pas (avec une durée de vie aussi courte, ce serait un comble). Reste qu’avec toute cette upgrade graphique, des sprites parfois énormes et une zone de jeu plus ou moins ouverte, l’animation est plombée. Lorsqu’on joue la carte de la surenchère, c’est forcément l’hardware qui prend. Car la pauvre 16 bits, rappelons-le, n’est pas faite pour gérer la 3D en natif. Épaulée par un Super FX 2 au max de ses capacités, on sent bien que la Super Nintendo a parfois bien du mal. Le framerate se casse souvent la gueule et ne dépasse jamais les 20 images/seconde (le compteur est sur la plupart des écrans de jeu, Beta oblige).

StarFox 2 Super Famicom (screenshot 06)La gestion est pourtant fluide, l’animation essaie d’être la plus rapide possible mais la 3D a tendance à avoir la tremblote et le résultat manque parfois de finitions. Mais encore une fois, notre StarFox 2 est encore à l’état de Beta, donc, on ne peut pas trop critiquer non plus. Reste que la claque 3D est moins violente que lors de la sortie de StarWing, mais on éprouvera tout de même de belles sensations et un réel plaisir à jouer. Niveau son, c’est toujours du grand art chez le père Mario. On retrouve avec plaisir quelques thèmes déjà entendus, issu de la mythique bande-son de StarWing et cette sonorité particulière à la console. Pas de voix digits mais des bruitages efficaces et une ambiance sonore globalement travaillée.

Le mot de la fin

StarFox 2 Super Famicom (screenshot 07)Il est vraiment dommage que ce titre soit resté à l’état de prototype car, on peut le dire, StarFox 2 est un jeu, à peu de choses près, fini et surtout excellent. On regrettera sa faible durée de vie et son image “parkinsonienne”, mais en contrepartie, le nombre impressionnant de nouveautés et un gameplay plus poussé auraient fait de cette suite un véritable succès. Malheureusement, la sortie des consoles 32 bits (Saturn, 3DO et PlayStation) a littéralement tué cette séquelle dans l’oeuf et ses innovations majeures furent transposées dans Lylat Wars sur Nintendo 64. L’intro est superbe, il y a quand même une fin, et si le soft paraît manquer de finitions, elles ne sont pas pénalisantes sur le plaisir de jeu. Pour être franc, cette Beta finalisée à 90% (au moins) mérite qu’on se penche dessus. Moins révolutionnaire que StarWing, plus facile, moins long mais plus riche, StarFox 2 est une perle 16 bits et en 3D, comme il n’y en aura plus jamais.

PS : Je ne vous donnerai pas l’adresse où trouver la ROM (débrouillez-vous) mais si vous avez aimé le premier StarFox, vous aimerez forcément cette suite, d’autant qu’en fouillant bien, une version traduite en français existe. Et après tout, étant donné que le jeu n’est jamais sorti, c’est pas un crime de l’avoir sur émulateur. Et puis, ce serait tellement dommage de s’en priver…

Note Finale
Technique – 7,5 /10

La puce Super FX 2 est poussée au maximum de ses capacités et le framerate se casse souvent la gueule. Le design s’est affiné et quelques sprites ont droit à des textures.

Musique – 7,5 /10

On retrouve avec plaisir quelques thèmes déjà entendus dans StarWing. L’ambiance sonore est travaillée, et même si il n’y a pas de voix digits, les bruitages sont efficaces.

Gameplay – 7,5 /10

Six personnages avec des vaisseaux différents, la transformation en pod pour évoluer au sol, des niveaux où la liberté est désormais totale : même si l’action est parfois brouillonne, les nouveautés sont bel et bien au rendez-vous !

Scénario – n/a

Andross revient pour se venger du renard et de sa bande. C’est super original… La superbe intro et la fin (vite envoyée) font mieux passer la pilule.

En résumé
Une suite remarquable qui fait le plein de nouveautés. Dommage qu’elle ne soit jamais sortie…
8
Très bon

Infos Pratiques
Développé par Nintendo
Resté à l’état de Beta
Pas sorti au Japon
Pas sorti aux USA
Pas sorti en Europe
shoot’em up 3D
1 seul joueur
Cartouche de 8Mb + Super FX 2
Pas de sauvegarde
Existe sur rien d’autre
Voir aussi, dans la même série
Encore + d’images
Vous aimerez peut-être
Thunder Spirits Area 88 Jikkyou Oshaberi Parodius Cosmo Gang : The Video Super SWIV Pop’n TwinBee Märchen Adventure Cotton 100% Parodius ! Non-Sense Fantasy
Crédits
Version originale du test sur Gravitorbox.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de iiYama.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page