le Blog : retrogaming et actu du jeu vidéo

Les Archives Oubliées : du foot et des pubs japonaises

Les Archives Oubliées : du foot et des pubs japonaises

Coupe du Monde au Brésil oblige, les Archives Oubliées avaient, pour leur septième numéro, un sujet tout trouvé : les jeux de football ! Si Greyfox est toujours en première ligne, le Serpent est par contre absent de cet épisode et a été remplacé au pied levé par Flbond.

Notre nouveau duo est apparemment tout aussi connaisseur que moi en matière de ballon rond (hum… hum…), et c’est donc avec une bonne dose d’humour, de cynisme et d’alcool (bouteilles de bières inside !) qu’ils analysent pour nous des publicités largement dominées, durant les années 2000, par les deux mastodontes que sont Pro Evolution Soccer et FIFA, mais aussi par le fric, Konami et EA Sports ne se privant pas pour engager des joueurs célèbres dans leurs spots de pub.

Le huitième volet des Archives Oubliées (celui du mois de juin) est quant à lui tout frais et sent bon le Japon. Il nous parle des publicités japonaises, et contrairement à ce que beaucoup s’imaginent à l’énoncé d’un tel sujet, il ne s’agit pas d’un énième best off de pubs loufoques, kitsch ou bizarres, avec une voix off qui débite son texte sur un ton martial.

Que les amateurs se rassurent, il y a bien quelques exemples de pubs WTF sur la fin de la vidéo, mais Greyfox, Le Serpent et Flbond (oui, ils sont cette fois en trio) ont traité le sujet intelligemment en nous montrant différentes tendances. Et on en arrive à la même conclusion : que ce soit pour les pubs purement descriptives qui ne montrent qu’une vidéo du jeu, celles, très classes, qui jouent sur l’émotion (Final Fantasy X / X-2 sur Vita) ou adoptent volontairement l’esthétique manga / shonen, ou encore celles qui alimentent le courant bien marrant du “grand n’importe quoi” (la pub de Compile pour Puyo Puyo 2 vaut le détour), les marketeux nippons ne manquent décidément pas de créativité pour mettre leurs jeux en avant !

SegaRetro, le nouveau mook Sega d’Oldies Rising

SegaRetro nouveau mook Oldies Rising

Il y a maintenant deux ans, nos amis d’Oldies Rising se sont lancés dans l’univers impitoyable de l’édition papier. En octobre 2012, Manuwaza et Tanuki ont publié Castlevania Sancti Biblia, une “bible” Collector de 300 pages entièrement consacrée à la série Castlevania de Konami qui couvrait tous les épisodes sortis, les spin-offs, les produits dérivés, etc. En 2013, cette Sancti Biblia a été rééditée sous un format plus classique (sans les bonus de la version Collector, mais avec une couverture modifiée et toute une série de corrections) et pour 2014, ils nous préparent un gros bouquin traitant de l’année ’90 (ne me demandez pas plus de détails, je n’en ai pas).

Leur planning est donc bien chargé, mais apparemment pas assez, puisque j’ai reçu un email m’informant de la sortie prochaine du premier numéro de SegaRetro, un magazine / mook 100% Sega. ^^; Comme le veut le “genre”, il se concentrera donc sur le contenu et ne comportera aucune publicité (hormis des reproductions de pubs de l’époque).

Le sommaire de ce premier SegaRetro, déjà conséquent, abordera entre autres l’actualité et les rumeurs autour de Shenmue, la capitulation de Sega en deux actes (période Saturn / Dreamcast) et ses rebondissements, la saga Panzer Dragoon, l’historique des jeux de baston de la firme, et bien évidemment, plusieurs jeux bien précis (Comix Zone, Guardian Heroes, Daytona USA, The House of the Dead, Soul Calibur…).

Coproduit avec Retromag, SegaRetro sera imprimé au format A5 et totalisera 124 pages. Son premier numéro est annoncé pour la mi-juillet et peut être pré-commandé directement sur Oldies Rising. Il vous en coûtera 7€, hors frais de port. Les envois seront également possibles vers l’Europe et l’Outre-mer, moyennant des frais de port adaptés (plus de détails sur la page des pré-commandes).

Shiness, le J-RPG made in France, dépasse les 100.000 dollars sur Kickstarter

Shiness dépasse les 100 000 dollars sur Kickstarter

Shiness par-ci, Shiness par-là… Depuis quelques semaines, et encore plus depuis le lancement de sa campagne Kickstarter ce 9 mai, on entend beaucoup parler de Shiness, et pas seulement parce qu’Enigami, le studio qui le développe, est français.

Shiness, c’est tout d’abord un univers mûrement réfléchi, imaginé il y a vingt ans d’ici par Samir Rebib, qui est à la fois auteur et directeur artistique sur ce futur jeu. La passion de Samir, c’est le dessin, et depuis qu’il a 9 ans, il façonne et peaufine l’univers de Shiness : la genèse des Iles Célestes, les rivalités entre Humains, Sheiks et Wakis, le héros principal Chado… En 2005, il avait dessiné en amateur un premier manga de Shiness, mais il n’était pas suffisamment abouti et n’a pas rencontré le succès attendu. Ce n’est finalement que plus tard, en rencontrant Hazem Hawash (producteur et compositeur de Shiness), que l’idée d’un jeu vidéo, adapté de son manga, se concrétisera.

Démarré en amateur, puis développé dans un environnement de plus en plus professionnel au fur et à mesure que le projet prenait de l’ampleur, Shiness appartiendra au genre J-RPG, avec des influences à la fois orientales et occidentales. Son système de combats sera directement inspiré… des jeux de combats, sans armures ou épées, mais avec un système de disciplines que le joueur pourra maîtriser grâce à différentes cartes.

Shiness (screenshot)

Enfin, si il sera vraisemblablement doté d’un scénario et de quêtes à la trame très travaillée, Shiness sera aussi “cross-media” : en parallèle du jeu vidéo, un tout nouveau manga sera publié, et c’est en lisant ce dernier que le joueur pourra découvrir des infos et indices inédits sur le jeu, notamment pour les différentes quêtes cachées…

Comme vous pouvez le voir, il y a beaucoup de choses à dire sur Shiness, et une news n’y suffirait pas. Si vous voulez approfondir le sujet, je vous invite à faire un tour sur la page Kickstarter du projet (et sa traduction française), le site officiel de Shiness ou encore l’interview d’Hazem et Samir réalisée par nos amis d’Archaic.

Et comme c’est un peu l’objet de cet article ^^; , je terminerai par l’info principale qui est tombée hier : Shiness a franchi la barre des 100 000$ sur Kickstarter et son développement est donc assuré sur PC, Mac et Linux. Ça va être chaud, et probablement impossible, mais il lui reste encore six jours pour séduire suffisamment de nouveaux donateurs et proposer du contenu supplémentaire : traductions en espagnol et en italien (110 000$), Versus Mode joueur contre joueur en local (120 000$), développement du jeu sur PS4 et Xbox One (140 000$), etc.

Dorke and Ymp, un “nouveau” jeu Super NES pour bientôt

Dorke and Ymp nouveau jeu Super Nintendo

Du fait de m’occuper de la Mémoire du Pad, l’énorme ludothèque de la Super NES n’a plus trop de secrets pour moi, mais si encore hier, vous m’aviez demandé si je connaissais Dorke and Ymp, je n’aurais rien su vous répondre…

Il s’agit en fait d’un jeu de plate-forme Super Nintendo qui, comme Nightmare Busters, StarFox 2 et quelques autres, ne sera jamais commercialisé sur la 16 bits. Développé dans les années ’90 par le studio suédois Norse, il avait pour thèmes principaux les univers de Tolkien et des vikings, et devait compter au final quatre mondes. Manque de pot pour lui et ses concepteurs : Norse ne trouvera jamais d’éditeur pour son jeu et Dorke and Ymp tombera dans l’oubli, du moins jusqu’en 2014.

Eli, du site Piko Interactive, a en effet pris contact avec Peter Waher, le développeur original du jeu. Et ce dernier lui a transmis le code source de Dorke and Ymp, sous la forme d’un vieux backup retrouvé qui, malheureusement, n’était pas la toute dernière version du titre avant son abandon. Plusieurs éléments étaient donc manquants, mais après de nombreuses heures de programmation, l’équipe de Piko Interactive est quand même parvenue à reconstituer entre 80 et 85% du jeu.

Le code source a été décortiqué, du contenu original a été retrouvé et ajouté à la ROM (menus, musiques, niveaux supplémentaires…), de quoi probablement nous donner, dans les semaines ou mois à venir, un tout “nouveau” jeu Super Nintendo, complet à 100%.

Concrètement, pour l’instant, le contenu de Dorke and Ymp est encore assez flou : seule une petite vidéo d’une minute trente nous montre un lutin et un petit diablotin qui se démènent dans une caverne somme toute classique, lave et flammes comprises. C’est bien trop peu pour juger du contenu, du gameplay ou plus généralement, de l’intérêt du titre.

Seule certitude : lorsqu’elle se concrétisera, la “sortie” de Dorke and Ymp prendra la forme d’un hommage rendu à Jim Studt (aka Satrio), designer et créateur du jeu, qui s’est éteint ce 29 avril 2014 à l’âge de 42 ans. Dans une de ses dernières conversations par email avec Eli, Jim avait d’ailleurs mentionné vouloir changer le titre du jeu en Dorke and Ymp, à la place de Dorque and Ymp, ce qui a été fait immédiatement…

Hidden Tavern : nouveau site d’annonces et d’enchères jeu vidéo pour particuliers

Hidden Tavern nouveau site d'annonces et d'enchères retrogaming

Au moment de faire ses emplettes rétros, on peut se contenter d’utiliser les grosses machines existantes style eBay et Yahoo! Auctions, ou au contraire, essayer les solutions proposées par des structures plus petites, forcément moins connues, mais où l’attention se porte beaucoup plus sur la satisfaction des fans de jeux vidéo. La Hidden Tavern a été lancée dans cette optique, avec pour mission principale d’éviter à la fois la spéculation de plus en plus présente dans le milieu du retrogaming et les prix parfois excessifs pratiqués par certains professionnels.

En s’inscrivant sur la Hidden Tavern, on peut donc passer des annonces et faire monter les enchères sur des jeux vidéo et consoles, comme on le ferait habituellement sur eBay, à ceci près que l’on est sûr de rester entre particuliers, puisque les boutiques ne sont pas autorisées sur la taverne ! Pour rendre la formule encore plus attractive et s’assurer que tout le monde vient dans le même état d’esprit (“la vente entre passionnés avant tout”), les “Taverniers” ont d’ailleurs calculé les frais de fonctionnement au plus juste et sont à l’écoute de leurs utilisateurs pour adapter le site en fonction de leurs besoins.

Derrière la Hidden Tavern, on trouve un couple de bloggers / retrogamers toulousains, bercés de japanimation, et forcément fans de jeux vidéo. Laetitia aime les jeux ronds et colorés que l’on trouve surtout chez Nintendo, alors qu’Arnaud est plutôt hardcore gaming PC et jeu de rôle papier. C’est pour partager leur passion pour le rétro que ces deux trentenaires ont imaginé la Hidden Tavern, avec un nom en forme de clin d’oeil au lieu d’échange et d’approvisionnement bien connu des amateurs d’heroic-fantasy : la taverne.

D’abord présents sur les réseaux sociaux (depuis 2012, on peut les retrouver sur Facebook, Twitter, Google+, Tumblr et Scoop.it!), ils ont ensuite lancé, depuis fin avril, ce nouveau site d’enchères et d’annonces réservé aux particuliers. Je leur souhaite donc plein de bonnes choses dans cette nouvelle aventure et vous invite à faire un petit tour sur la Hidden Tavern pour vous faire une opinion sur cette nouvelle plate-forme…

Vos articles préférés

Rechercher

Derniers commentaires

partenaires

Amis du net

Bons plans shopping

© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page