du bon et du moins bon pour un opus inégal

Final Fight 3

Avec Final Fight 3, Capcom ne nous refait pas le coup de la panne, mais bien celui de “la suite de la suite”, avec un jeu dont on attendait pas nécessairement la sortie avec impatience. Car après la petite désillusion occasionnée par le deuxième épisode, quel fan de baston attendait encore quelque chose d’un troisième jeu estampillé “Final Fight” ?

Exit le gang Mad Gear

Final Fight 3 Super NES (screenshot 01)Après deux épisodes qui mettaient en scène Haggar et ses compères aux prises avec le gang Mad Gear, Capcom décide de renouveler (sic!) un peu le scénario. Exit donc les brutes épaisses du gang Mad Gear, et bienvenue au Skull Cross Gang, un nom qui, soit dit entre nous, fait froid dans le dos. Brrrr ! Ces derniers sont parvenus à faire sortir de prison un de leurs leaders et Haggar et sa bande devront à nouveau quadriller la ville pour leur donner une bonne raclée. Voilà pour le scénario: je ne vous en dirai pas plus… parce qu’il n’y a tout simplement pas grand-chose d’autre à en dire.

Final Fight 3 Super NES (screenshot 02)Du côté des persos jouables, ça bouge par contre un peu plus avec pas moins de quatre combattants, dont deux nouveaux. À tout seigneur tout honneur, on retrouve bien entendu Haggar. Il est toujours maire de Metro City, et comme d’habitude, il est toujours aussi bourrin dans ses coups. Petit détail croustillant à son sujet: pour ce troisième opus, les graphistes ont cru bon de remplacer son pantalon militaire par un short moulant de couleur verte fluo, ce qui est particulièrement moche et ridicule. Passons.

Final Fight 3 Super NES (screenshot 03)On trouve ensuite Guy, qui fait son grand retour dans la série. Fidèle à lui-même (comprenez par là, rapide et puissant), il réendosse un rôle qui lui va comme un gant: celui de perso le plus équilibré du jeu. Il constituera par conséquent et à nouveau, le choix idéal pour bon nombre de joueurs. Le troisième «fighter» est un petit nouveau qui se prénomme Dean. Il a de vieux comptes à régler avec le gang Skull Cross, puisqu’après avoir refusé d’en devenir membre, ces voyous ont brutalisé sa famille… C’est pas joli joli. Enfin bref. Il est pas content et il va le leur faire savoir par coups de poing interposés. Il s’agit probablement du perso le moins charismatique, et aussi le moins fun à jouer. Notez aussi que, par dieu sait quel miracle, il a la capacité d’électrocuter ses ennemis avec ses poings.

Final Fight 3 Super NES (screenshot 04)On termine ce casting par le dernier perso: Lucia. Flic de son état, c’est la seule fille du jeu, mais elle n’en demeure pas moins efficace, même si -petit bémol- ses frappes sont moins puissantes que celles des autres persos. Elle se bat essentiellement avec des coups de pied et des projections. Comme vous le voyez, on trouve en fin de compte, parmi les persos, deux valeurs sûres (Haggar et Guy) qui raviront les habitués de la série, ainsi que deux petits nouveaux qui, pour le coup, manquent d’originalité et de charisme (le coup des attaques électriques pour Dean, ça le fait moyen).

Enfin un gameplay plus étoffé

Final Fight 3 Super NES (screenshot 05)Soucieux d’épater la galerie et, peut-être, de justifier la sortie de ce Final Fight 3, Capcom fait étalage de toute sa science de la programmation en dotant son titre de toute une série de nouveautés plus ou moins appréciables en terme de gameplay. La plus visible est la présence, dès l’écran-titre, d’un mode 2 joueurs un peu particulier, puisqu’il permet de jouer en coopération avec l’I.A. de la console. Les joueurs solitaires apprécieront sans nul doute cette délicate attention qui leur permettra de goûter aux joies du multijoueurs… en étant seul. Mais si l’idée semble intéressante, dans la pratique, elle est très loin de faire des merveilles: l’I.A., même si elle rend le jeu plus facile, embêtera plus d’une fois le joueur dans sa progression, vu qu’elle fait un peu ce qu’elle veut. On lui préférera donc le mode 2 joueurs classique, également présent.

Final Fight 3 Super NES (screenshot 06)Pour ce troisième volet, de nouveaux coups et enchaînements font aussi leur apparition. Ainsi, vos persos pourront désormais effectuer des “dash” (courir) vers l’avant ou l’arrière (il suffit de presser rapidement deux fois de suite la croix directionnelle), pour ensuite effectuer un enchaînement spécial. Des coups spéciaux assez spectaculaires ont aussi été intégrés pour chacun des persos. Avec la manip’ adéquate, Haggar pourra alors effectuer une super mega grosse prise de catch. Guy pourra lancer des boules de feu (style Hadoken comme Ryu dans Street Fighter II). Dean pourra effectuer des uppercuts électriques et Lucia des coups de pied sautés enflammés. Rien que ça.

Final Fight 3 Super NES (screenshot 07)Une jauge fait son apparition dans le coin inférieur gauche de l’écran. Au plus vous fracasserez d’ennemis, au plus celle-ci va se remplir. Une fois pleine, la jauge laissera la place au mot “Super”, et pendant un court moment, votre force de frappe sera plus importante. Enfin, les coups de base ne sont pas en reste non plus: ils sont plus nombreux et on retrouve aussi la fameuse attaque dite “de dégagement”, propre à la série depuis le premier épisode. Au rang des ajouts plus anecdotiques, histoire d’être complet, on notera la possibilité d’agripper les ennemis via une touche du pad (pour les rosser de coups par après), la fonction « hold » (activée par les touches L ou R, et qui permet de locker votre perso dans sa position actuelle, soit tourné vers la gauche ou vers la droite), ou encore la présence d’un embranchement à un moment du jeu (dans le stage 4), ce qui permettra de parcourir ce stage de deux manières différentes.

Une cartouche de 32Mb : c’est beaucoup pour un beat’em-all non ?

Final Fight 3 Super NES (screenshot 08)Vous comme moi, nous commençons à connaître la chanson: chaque nouvelle suite d’un jeu se doit de faire mieux que celui-ci, ne fut-ce que sur le plan technique. Concernant ce dernier point, il n’y a pas photo: Final Fight 3 remplit son contrat avec des visuels qui démontrent une belle progression par rapport à Final Fight 2. Capcom est désormais plus qu’à l’aise sur la Super NES, et ça se voit. Les graphismes sont très bien faits, colorés et dignes d’une console 16 bits au meilleur de sa forme.

Final Fight 3 Super NES (screenshot 09)Les plus perfectionnistes remarqueront bien des effets visuels un peu trop discrets, moins impressionnants, ou encore des décors qui sont par moment bien vides et sans originalité (Capcom nous balade à nouveau dans des quartiers à l’abandon et taggés, des docks, des égouts…). Certains détails sont par contre appréciables, comme les ennemis qui restent un moment au sol, sonnés par vos coups, avant de se relever et de vous réattaquer. C’est très bien réalisé. Même chose pour la maniabilité des quatre persos qui répondront à la moindre sollicitation du pad.

Final Fight 3 Super NES (screenshot 10)De leur côté, les musiques ne jouent malheureusement pas à fond leur rôle quand il s’agit de rythmer le jeu, et à certains moments, c’est la monotonie (voire même l’ennui) qui guettera le joueur en mal de riffs énergiques. Ce ne sont pas les ennemis rencontrés qui vont arranger les choses: je l’avais déjà souligné lors du test de Final Fight 2, et pour ce troisième volet, Capcom n’a pas changé son fusil d’épaule: il y a bien quelques petits nouveaux sympas (notamment, les petits teigneux masqués dans la seconde moitié du jeu), mais une bonne partie des ennemis est repompée des épisodes précédents et se répète tout au long du jeu. Donc, pour la surprise, on repassera.

En conclusion

Que les choses soient claires: Final Fight 3 parvient à faire mieux que Final Fight 2 sur bien des points, mais il n’en reste pas moins un soft très déséquilibré. La partie technique est au top (graphismes et animations tirent le soft vers le haut) et le gameplay reçoit des ajouts bienvenus (palette de coups nettement plus grandes), mais le manque de rythme flagrant qui parcourt le soft de part en part est loin de plaider en sa faveur. Dernier élément de la trilogie Final Fight sur Super NES (si l’on ne tient pas compte de Final Fight Guy), Final Fight 3 clôt donc sans génie une série qui ne parviendra jamais à renouer avec le succès et l’ambiance particulière du premier volet.

Note Finale
Technique – 8 /10

Environnements et persos sont joliment rendus à l’écran. Les animations sont -la plupart du temps- de bonne facture (notamment pour Haggar et Guy, nettement moins pour Dean et Lucia). Mais l’ensemble ne peut cependant pas réprimer une impression de déjà-vu, avec des décors qui font preuve de peu d’imagination.

Musique – 5 /10

On ne demande pas à un beat-them-all d’avoir les plus belles compositions musicales du monde, mais le minimum est quand même de pouvoir rythmer l’action tout en motivant le joueur. Or, sur ce point, les musiques de Final Fight 3 sont loin d’atteindre leur but.

Gameplay – 6 /10

On sent que Capcom a voulu étoffer son jeu, notamment en multipliant les possibilités de coups différents, et en intégrant une jauge "Super". Sur ce point là, Final Fight 3 est réussi. Mais on reste quand même dans les limites du genre beat-them-all (répétition des mêmes coups tout au long de la partie).

Durée de vie – 5 /10

Final Fight 3 se range parmi les softs que l’on peut boucler en une après-midi. Le stage à embranchement a un effet quasi nul sur la replay value. A la rigueur, le mode 2 joueurs classique pourrait vous faire ressortir la cartouche de sa boîte.

Innovation – 6 /10

Pour utiliser une formule connue, Final Fight 3, c’est le changement dans la continuité. Capcom imagine de petites améliorations à partir d’une base connue, mais elles sont trop timides et/ou mal mises en oeuvre pour faire du soft un jeu incontournable.

En résumé
Meilleur que Final Fight 2 sur certains points, Final Fight 3 n’en reste pas moins un titre moyen.
6
Moyen

Infos Pratiques
Développé par Capcom
Édité par Capcom
Sorti le 22.12.1995 (Japon) (*)
Sorti le 21.12.1995 (USA)
Sorti le 13.03.1996 (Europe)
beat’em all
1 à 2 joueurs
Cartouche de 32Mb
Pas de sauvegarde
Existe sur rien d’autre
(*) appelé «Final Fight Tough» au Japon
En vidéo
Consultez une sélection de vidéos en rapport avec ce jeu.
Voir aussi, dans la même série
Encore + d’images
Vous aimerez peut-être …
Sonic Blast Man Iron Commando : Koutetsu no Senshi Legend Teenage Mutant Hero Turtles IV Turtles in Time Battle Zeque Den Bishoujo Senshi Sailor Moon Melfand Stories Knights of the Round
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page