la gourmandise est un vilain défaut

Märchen Adventure Cotton 100%

Même si au Japon la confrontation entre PC Engine et Super Famicom s’apparentait plutôt au combat de David contre Goliath, il faut reconnaître que la petite console de NEC a toujours gardé la main en matière de shoot’em up, mais aussi de cute’em up, un genre certes restreint mais bien vivant, rendu internationalement célèbre grâce au premier Parodius de Konami. Bizarrement, malgré ses chiffres de vente mirobolants, la Super Famicom semblait ne pas faire le poids, du moins au tout début de sa carrière. Car par la suite, les choses se sont nettement améliorées avec la sortie de quelques titres mémorables, dont Märchen Adventure Cotton 100%, l’histoire d’une petite sorcière qui n’a pas froid aux yeux.

Tout ça pour des sucreries ?!?

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 01Il faut dire que la première moitié des années ’90 fut propice à une véritable déferlante «cute’em up», comme si la représentation classique, cliché du vaisseau bardé de lasers et de missiles qui affronte une armada d’aliens belliqueux, marquait soudainement le pas et accusait le poids des ans. Non, ce qui était «in» à l’époque, c’était bien de développer un shoot’em up avec un univers tout mimi, enfantin, débordant de couleurs et, si possible, teinté d’humour. Le vaisseau? Aux oubliettes! On le troquera volontiers contre des persos loufoques dignes d’un dessin animé pour enfants. C’est le cas pour Parodius, Flying Hero, Twinbee et bien d’autres. Autre tendance parmi les cute’em up : l’apparition de softs mettant en scène de petites sorcières juchées sur leur balai. Peut-être suite au carton du film d’animation Majo no Takkyubin (Kiki la petite sorcière) de Miyazaki. Allez savoir…

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 02Parmi ceux-ci, nous retrouvons donc notre Märchen Adventure Cotton 100%, un shoot’ qui fait un peu penser à Magical Chase (PC Engine). Mais dans le cas présent, il ne s’agit pas d’un soft «one shot» ou unique, puisqu’il s’inscrit dans une série développée par Success aussi bien pour l’arcade que pour les consoles de jeu. Le tout premier épisode est sorti en 1991 dans les salles d’arcade, sous le titre Cotton Fantastic Night Dreams. Il a ensuite été décliné, en 1993, sur PC Engine Super CD-Rom et Sharp X68000. Épisode par lequel le succès est arrivé, Success et Datam Polystar ne se priveront pas pour le refourguer à nouveau aux fans demandeurs, mais bien plus tard, sur PSone (avec Cotton Original, en 1999) et sur Neo Geo Pocket Color en 2000.

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 03L’épisode Super Famicom, comme tous les autres opus de la série, nous raconte les péripéties de Cotton, une jeune sorcière aux cheveux rouges, écervelée, qui n’a qu’un seul but dans la vie: se goinfrer de sucreries que l’on appelle «Willows», une friandise qui, en plus d’être exquise, permet d’exaucer tous les vœux de celui ou celle qui en mange. Véritablement accro, Cotton est prête à tout, y compris à détruire les boss les plus dangereux pour mettre la main sur son petit pêché mignon. Ça tombe bien: c’est ce qu’on lui demandera de faire dans tous les jeux de la série. Elle est constamment accompagnée par Silk, une petite fée originaire du Royaume Filament.

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 04Cette petite boule d’énergie est l’anti-thèse de Cotton: là où la petite sorcière ne prend quasiment rien au sérieux et s’emporte pour un rien, Silk sait garder la tête froide et se concentre toujours sur sa mission. Dans cet épisode, Cotton et son acolyte ont pour mission de sauver Frill, l’inventeur des pâtes de riz sucrées que notre sorcière affectionne. Quand je vous disais qu’elle ne pensait qu’à la bouffe! Je ne saurais malheureusement pas vous en dire beaucoup plus sur le scénario, celui étant intégralement en japonais et présenté par de petites séquences de dialogues entre les stages du jeu. Cependant, même si il y a la barrière de la langue, on se prend quand même à sourire devant ces illustrations que l’on dirait tout droit sorties d’un anime japonais.

Un Cotton allégé ?

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 05Sur Super Famicom, Märchen Adventure Cotton 100% est à la fois proche du premier Cotton (certains le considérant même comme une réinterprétation de cet épisode), mais aussi différent sur plusieurs points. Du côté des similitudes, on retrouve tout l’univers du premier : des graphismes qui deviendront le dénominateur commun de la série, les ennemis, certains boss… et même un gameplay et un scénario fort semblables. Les saynètes présentes entre chaque stage, riches en dialogues et visuellement réussies, sont aussi de la partie. Mais en marge de tous ces points communs, il y a aussi de sacrées différences qui donnent une personnalité unique à cet épisode. Tout d’abord, la palette de couleurs de la Super Famicom est réquisitionnée pour proposer des dégradés magnifiques sur les décors traversés (forêt, château, montagne enneigée, grotte de lave, niveau aquatique…), faisant de cet opus un des plus tape-à-l’œil de la série. Les couleurs sont nettement plus vives, plus prononcées que dans le premier Cotton qui, lui, présentait des couleurs plutôt sombres.

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 06Ensuite, le level design est aussi sensiblement différent, nettement moins sage, avec des niveaux qui ne se contentent pas de balader invariablement le joueur vers la droite de l’écran. Ça monte, ça descend, avec parfois des obstacles conséquents à surmonter… bref, il y a de quoi distraire le plus blasé des joueurs. Enfin, conséquence probable du fait que le jeu soit accueilli sur une console Nintendo, la difficulté globale a été revue à la baisse, mais sans pour autant anéantir le challenge. En fait, chaque joueur pourra choisir, dans les options, ce qui lui convient le mieux: quatre niveaux de difficulté sont proposés, le nombre de vies peut être augmenté ou diminué… mais le nombre de crédits (3) ne peut pas, quant à lui, être modifié. Un petit conseil: n’abusez pas trop des vies, le jeu se révélant, comme nous allons le voir, assez facile et court.

Une sorcière qui a du répondant

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 07Bien installée sur son balai magique, et constamment accompagnée par l’indéfectible Silk (cette dernière jouant le rôle d’«allié», ou d’«option» pour reprendre un terme qui parlera plus aux fans des Parodius), elle va utiliser la magie pour se dépêtrer des différents stages et boss. Dès le départ, elle aura à sa disposition un tir simple (qui devient automatique si on laisse le bouton Y enfoncé), ainsi que des «bombes» qui canarderont les ennemis en contrebas (bouton B). En gardant le bouton B enfoncé, vous pourrez aussi «charger» une attaque qui projettera Silk en direction des ennemis. La puissance et l’efficacité du tir pourront être améliorées en ramassant des cristaux laissés par les ennemis et qui viendront alimenter une jauge d’EXP située en bas de l’écran. Via cette petite trouvaille, vous pourrez ainsi obtenir une puissance de feu supérieure.

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 08L’autre originalité de Märchen Adventure Cotton 100% réside dans le choix des pouvoirs et super attaques de la petite sorcière. Avant d’entamer une partie, vous devrez opter pour un des quatre packs de pouvoirs mis à votre disposition, chaque pack renfermant trois pouvoirs différents. Parmi ceux-ci, on trouve un méga tir en forme de dragon enflammé, une décharge électrique dévastatrice, la possibilité de faire tomber une pluie d’étoiles ou d’entourer votre sorcière d’une bulle de protection. Disponibles en quantité limitée (ce ne sont pas des super pouvoirs pour rien !), certains d’entre eux se retrouvent dans plus d’un pack, ce qui permet de choisir la configuration qui nous semble la plus homogène, mais sans jamais sacrifier l’efficacité de notre petite héroïne. En cours de partie, la sélection des pouvoirs se fait via les touches L ou R (ce qui permet de switcher rapidement entre les trois pouvoirs dispos) et leur activation via le bouton A.

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 09Enfin, en plus de Silk, vous pourrez aussi recevoir l’aide de deux fées («options») supplémentaires. Retenues prisonnières par certains ennemis, vous devrez d’abord les libérer pour qu’elles vous rejoignent. En fonction du pack de pouvoirs choisi, elles se comporteront différemment. Elles pourront par exemple soit suivre Cotton à la trace et l’imiter dans ses mouvements, soit tourner constamment autour d’elle. Au final, on remarque donc que les développeurs ont surtout travaillé sur la convivialité et l’accessibilité de leur titre: pas d’options nombreuses à sélectionner pour armer son perso, mais des choix simples à faire avant et en cours de partie.

L’univers de Cotton est féérique (sans mauvais jeu de mots)

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 10Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’univers «fantasy» de Märchen Adventure Cotton 100% est fichtrement original, peuplé qu’il est par des ennemis déjà présents dans les opus précédents, mais aussi par quelques nouvelles têtes. Ainsi, vous croiserez bon nombre de «chauves-souris cyclopes», de petits dragons qui vous lanceront leur trident à la tête, de lutins (au sol) qui vous viseront avec leur hache, de fées qui sont loin d’être amicales… Petit bémol toutefois: aussi originaux soient-ils, ces ennemis se répètent tout au long du jeu. Si vous parvenez à leur tenir la dragée haute, vous tomberez ensuite nez à nez avec les boss (il y en a deux par stage, un au milieu et un à la fin). Ceux-ci sont exceptionnels, à la fois recherchés graphiquement et très originaux. Que ce soit la grosse tête de clown, la citrouille géante d’Halloween ou la fleur qui vous envoie des escadrons d’abeilles, vous ne les oublierez pas de sitôt. Même chose pour ceux situés plus loin dans le jeu, comme ce vieux chêne qui vous menace de ses racines et qui reçoit l’aide d’un écureuil caché dans son feuillage. Surprenant et unique.

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 11Pour mettre en valeur tous ces protagonistes, il fallait aussi des décors à la hauteur, et Success s’est démené pour offrir aux joueurs des stages de toute beauté, même s’il faut bien l’admettre, ils sont particulièrement courts, ce qui gâche un peu le plaisir. On ne peut pas tout avoir! Les couleurs vives et nombreuses flattent la rétine, les dégradés de couleurs et la finesse des dessins enfoncent le clou. Dans quasiment tous les niveaux, Cotton aura la possibilité de passer derrière certaines parties des décors, ce qui ajoute une petite touche sympa au déroulement des parties. Les ennemis, eux, utiliseront cette possibilité pour se camoufler en partie. Une chose est acquise: Märchen Adventure Cotton 100% possède une vraie ligne artistique et contrairement à ce que laisse supposer le design de son héroïne, elle n’est pas 100% manga.

Märchen Adventure Cotton 100% Super Famicom screenshot 12Il s’en dégage un petit côté amusant et loufoque, mais aussi une atmosphère unique qui confine à l’étrange. Une impression renforcée surtout par certains boss que je vous laisse le soin de découvrir. Si les Parodius s’étaient démarqués par leur chara design mignon, coloré et relativement simple, Cotton 100% crève l’écran avec un ensemble plus bigarré, plus travaillé aussi sur le plan technique: des décors de fond tout aussi animés que l’action à l’avant-plan, certains passages où plus d’une dizaine d’ennemis sont présents en même temps à l’écran… Sans oublier les thèmes musicaux farfelus, secondés par des bruitages et digits de qualité, qui cadrent parfaitement avec l’ensemble du jeu.

En conclusion

Véritable prouesse technique pour une console 16 bits, fut-elle douée comme la Super Famicom, Märchen Adventure Cotton 100% est le genre de soft dont la plastique impressionne. Méchamment beau et original, on lui reprochera juste ses niveaux trop courts (à peine le temps de s’imprégner de l’ambiance d’un stage que l’on se retrouve face à un boss) et la répétition des ennemis croisés en cours de route. Il n’est probablement pas le meilleur des Cotton, mais les possesseurs de Super Famicom ont quand même eu droit à un épisode de qualité. Merci Success !

Note Finale
Technique – 9 /10

La Super Famicom est capable de très grandes choses. On le savait, mais on en a une nouvelle fois une preuve éclatante: techniquement, Cotton 100% mérite bien des superlatifs, que ce soit pour les graphismes ou l’animation.

Musique – 7 /10

Des bruitages de qualité, des digits qui donnent un peu de vie quand c’est nécessaire, et des thèmes farfelus qui trouvent leur place dans cet ensemble très «cute». Que demander de plus?

Gameplay – 8 /10

On retrouve le gameplay propre à la série, caractérisé par des choix simples à faire aussi bien avant que pendant la partie. Cotton 100%, c’est du fun immédiat et puis basta.

Durée de vie – 7 /10

Par rapport à l’opus original, Cotton 100% s’est assagi et sa difficulté se positionne un cran plus bas. Conséquence du fait qu’il tourne sur une console Nintendo? Les niveaux sont courts, ne laissant que peu de temps pour apprécier plus longuement les environnements.

Innovation – 6 /10

On nage en plein cute’em up, et les mécanismes du jeu vont à l’essentiel. Pas de choix cornéliens à faire pour équiper notre petite sorcière, mais un plaisir de jeu direct et simple qui ravira le plus grand nombre.

En résumé
La série Cotton fait une escale par la Super Famicom, pour un épisode particulièrement accrocheur.
8
Féérique

Infos Pratiques
Développé par Success
Édité par Datam Polystar
Sorti le 22.04.1994 (Japon)
Pas sorti aux USA
Pas sorti en Europe
cute’em up
1 seul joueur
Cartouche de 16Mb
Pas de sauvegarde
Existe aussi sur PSone (Cotton 100%, en 2003)
Encore + d’images
Vous aimerez peut-être …
Choujikuu Yousai MACROSS : Scrambled Valkyrie StarFox 2 Thunder Spirits StarFox Jikkyou Oshaberi Parodius Pop’n TwinBee Cosmo Gang : The Video Axelay
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page