pas beau mais très fun

Super Tennis

C’est un peu une tradition: chaque console de jeu accueille, à un moment ou à un autre de sa carrière commerciale, une simulation de tennis. La Super NES, elle, n’a pas attendu bien longtemps puisque Super Tennis est apparu dès le lancement de la console. Une bonne initiative?

Super Tennis a été développé par Tokyo Shoseki, un très petit studio d’une quinzaine de personnes, responsable de deux autres hits de la console au Japon, Road Man et Super Soccer. Anecdote amusante: quand on gagne la coupe du monde dans ce dernier, on peut alors affronter une équipe super balèze dont les joueurs portent les noms… de certains joueurs de tennis de Super Tennis. Tokyo Shoseki fut développeur de jeux de 1986 à 1998 (date du dernier jeu, Go-jin senki, sorti sur Playstation). Aujourd’hui, le studio s’est agrandi mais ne développe plus que des logiciels et des livres éducatifs.

Allez POWER !!!

Super Tennis Super Nintendo screenshot 01Déjà, on a à peine allumé la console que l’écran-titre nous pique les yeux. Que c’est moche (c’est pourtant rare chez Nintendo, et encore plus sur Super NES) : un fond uni bleu, l’ombre d’une joueuse en bleu marine, un titre arc-en-ciel et… Ah ben c’est tout !!! Là où ça se gâte, c’est avec la musique de fond très punch et électro: les gars de chez Tokyo Shoseki devaient être fans de Van Halen… Non pas qu’elle soit très moche, loin de là, c’est même plutôt pas mal, mais il y a un “mais”. Écoutez cette musique plus de 10 secondes et vous l’aurez dans la tête pour la journée, voire plus… Alors vite, on appuie sur Start.

Super Tennis Super Nintendo screenshot 02Premier point: je trouve les menus vraiment vides… mais du coup très clairs! Trois modes de jeu s’offrent à vous: “Simple”, “Double” et “Circuit”. Le “Simple” qui, comme son nom l’indique, est un simple match basique, typé arcade, entre 2 joueurs (vous, l’ IA ou un pote). On choisit son personnage parmi 10 joueurs et 10 joueuses aux noms complètement inventés, du moins pour les versions PAL et US. Eh oui, car au Japon, on avait rajouté quelques détails au jeu. A commercer par un sous-titre, puisque le jeu s’appelait Super Tennis World Circuit. Puis, les joueurs ressemblaient étrangement aux vrais superstars de tennis de l’époque (à savoir Lendl, Agassi, Sampras…) qui verront leur ressemblance aller jusqu’à leurs noms: Agassi devient Wagasi, Sampras devient Sample… Les licences coûtaient apparemment déjà très cher à l’ époque!

Super Tennis Super Nintendo screenshot 03Konami reprendra d’ailleurs ce principe de “traficotage de noms” pour éviter de payer des licences sur les premier ISS et PES sur Playstation. La version japonaise de Super Tennis comprend aussi des joueurs qui portent les noms des développeurs du jeu, et bien entendu, chacun d’entre eux a un style de jeu bien défini. Après le choix du perso, on choisit ensuite la surface sur laquelle on va jouer: dur, gazon ou terre battue. Ce choix se répercute directement sur le rebond de la balle: une balle rebondira plus facilement sur un terrain dur que sur du gazon, et ainsi de suite suivant votre jeu. Choisissez le terrain qui vous plaît et enfin le nombre de set (1, 3, 5).

Super Tennis Super Nintendo screenshot 04Le “double” est exactement pareil que le “simple” mais en double (logique non !?), à savoir ici deux joueurs humains contre la console, ou même le joueur 1 allié à la console contre le joueur 2 allié à la console! Vous l’aurez noté, il y a donc très peu de possibilités de paramétrage pour une partie. Graphiquement, soyons honnête, c’est plutôt moche: les persos sont ridiculement petits, pas détaillés et le jeu n’utilise que quelques couleurs sur les 32768 disponibles dans la palette de la console. Du point de vue du gameplay, c’est simple et intuitif, 4 boutons pour 4 coups différents: un pour le lob, un pour le lift, un pour le coup simple et un pour le coup puissant. Là où la concurrence s’arrêtait au coup simple et au lob, Super Tennis se permettait même de rajouter les touches L et R qui permettaient alors d’influencer la trajectoire de la balle.

Super Tennis Super Nintendo screenshot 05Un gros bémol cependant: le jeu aurait été trop bien si l’IA de la console n’avait pas été aussi perfectible dans certaines situations. Un joueur qui connaît bien le jeu peut en effet en tirer profit pour gagner presque systématiquement, d’où l’intérêt de jouer contre un adversaire humain. De plus, la difficulté est très aléatoire: on passe facilement les premiers matches et puis, tout à coup, on tombe sur un joueur qui nous élimine sans crier gare, mais comme ça fait déjà 20 heures que l’on joue et que l’on commence à bien connaître le jeu, on se servira des petits bugs et autres failles (enchaînements imparables + astuce pendant le match qui permettra de rendre l’adversaire moins fort) pour tromper la console.

On the road again !

Super Tennis Super Nintendo screenshot 06Troisième et dernier mode : le mode “Circuit”, qui est un peu le mode histoire de Super Tennis. On lance le mode, on choisit un perso et hop, une carte du monde apparaît et en avant pour le championnat. Le championnat se compose de 4 petits tournois et de 4 grands (Grand Chelem). Pour les petits tournois, on commence avec des matches en un seul set et on termine sur une finale en 3 sets. Pour les tournois du Grand Chelem, on a droit a des demi-finales en 3 sets et à une finale en 5 sets! (ce qui était plutôt rare a l’époque, peu de jeux de tennis permettant de faire des parties aussi longues). Chaque championnat se nomme “Ville Open” (remplacez “Ville” par la ville de votre choix: exemple Rio open, Melbourne open, etc.). La simplicité on vous dit! Acceptez et c’est parti pour le tournoi: refusez et… hoooo !!

Super Tennis Super Nintendo screenshot 07Le tournoi simule alors jusqu’à avoir un vainqueur et on vous envoie au tournoi suivant, avec un password. À ce sujet, veillez à toujours garder un stylo et trois ou quatre feuilles sous le coude pour les noter ! Pour exemple, je vous donne le premier password: PC2NNYB 915265G 9PKJTTC 92G4J5F TNXJPC2 GNYBQ14 065C65D FDD…  Eh oui, rien que ça… Ces mêmes “passwords” vous permettront, fort logiquement, de commencer directement depuis votre futur tournoi (vous suivez ?). Super Tennis, c’est donc aussi un des premiers jeux a créer une simulation de match/tournoi dans un jeu sportif, bien avant FIFA et consorts ! Mais attention : il est tout aussi important de jouer les tournois et de gagner le plus de matches possibles. En effet, plus vous gagnez de matches, plus vos stats augmentent et plus votre joueur évolue.

En conclusion

Super Tennis n’est pas un des plus beaux jeux de la Super NES, il est même loin d’être sans défaut, mais il est bien un des plus funs et des plus techniques! Entre potes, on s’éclate, et tout seul, le challenge est bien là pour peu que l’on n’utilise pas les failles du jeu. Ce titre a su marquer sa génération grâce à sa jouabilité parfaite à quatre boutons. Ses bruitages sont rentrés dans les annales vidéoludiques des années ’91/’92 et certains joueurs le défendent toujours de nos jours quand il s’agit de désigner le meilleur jeu de tennis sur 16 bits ! Super Tennis gardera donc à jamais son statut de “jeu culte”.

Note Finale
Technique – 6 /10

Super Tennis est sorti en même temps que la console, et il est donc normal qu’il ne soit pas graphiquement exceptionnel, mais de là à ne pas détailler un peu plus les joueurs… Pire: le public est bien plus détaillé qu’eux!! Cela dit, aussi moyens que puissent être les graphismes, on s’y habitue vite, au point de croire que c’est peut-être une signature graphique de Tokyo Shoseki. Anecdotique: on peut changer la couleur de la balle en plein match pour du rose fluo, du vert fluo et une injouable balle blanche!

Musique – 8 /10

Les bruitages et autres effets sont parfaits et démontrent une partie des capacités sonores de la Super NES dès sa sortie. Les musiques sont plutôt bien pensées au risque d’énerver à rester comme ça dans la tête … Mais est-ce un mal???

Gameplay – 9 /10

Un mini temps d’adaptation est nécessaire car les joueurs ont l’air lourds au début, mais après c’est du tout bon. Rien à dire. Parfait!

Durée de vie – 8 /10

Toujours dur de noter un jeu de sport typé arcade. Mais disons que si vous voulez tout gagner, ne rien simuler et battre Don J, le fameux boss quasi imbattable, sans découvrir son point faible, ça peut durer très très longtemps. Rajoutez à cela la difficulté aléatoire et ça nous donne une bonne durée de vie.

Innovation – 7 /10

Super Tennis avait, à l’époque, fait toute sa pub autour de ses bruitages fabuleux, mais en plus, le jeu a su se faire aimer des fans grâce à sa très bonne jouabilité qui utilise les 4 boutons de la manette Super NES, et aussi pour son côté fun.

En résumé
Jeu culte, Super Tennis n’est pas recherché pour ses graphismes, mais bien pour sa jouabilité parfaite et son fun.
8
Très bon

Infos Pratiques
Développé par Tokyo Shoseki
Édité par Nintendo (1)
Sorti le 30.08.1991 (Japon)
Sorti en 11.1991 (USA)
Sorti le 04.06.1992 (Europe)
tennis
1 à 2 joueurs
Cartouche de 4Mb
Sauvegarde par mots de passe
Aussi appelé Super Tennis World Circuit au Japon
(1) pour le Japon, le jeu a été édité par Tonkin House
Vous aimerez peut-être …
Jikkyô Powerful Pro Yakyû 3 Super Punch Out!! World League Basketball Jimmy Connors Pro Tennis Tour Ashita no Joe
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page