vous auriez tort de passer à côté

Rocket Knight Adventures

Sorti en 1993 sur Megadrive, Rocket Knight Adventures, développé et édité par Maître Konami, fait partie de ces jeux qui se fondent dans la masse de jeux de la même catégorie. Pour ceux qui ont eu l’occasion d’y jouer à l’époque, leurs souvenirs de ce jeu sont certainement impérissables. Les raisons ? Nous allons nous y intéresser…

Un vrai scénario de film !

Rocket Knight Adventures Mega Drive screenshot 01L’action se déroule dans un monde pour le moins étrange. Cet univers ressemble à un médiéval mécanisé. Un monde imaginaire donc qui donne lieu a de sacrées situations assez inattendues et jamais vues auparavant dans un jeu. Gouverné par un régime Royal (non non, pas Ségolène), le royaume “Zebulos” (du nom de son premier dirigeant) possède une force armée nommée “Rocket Knights” qui vise à repousser les attaques ennemies de la planète “Pig Star” qui, jadis, a envahi le royaume Zebulos. Le leader actuel de cette unité est nommé “Sparkster”. Le maître de Sparkster fut tué par un déchu de l’unité et l’intéressé part logiquement à la rencontre de l’assassin présumé de son maître. C’est alors que le combat commence. J’ai réduit l’histoire au minimum syndical parce que la foule de détails est assez chiante en fait, mais rassurez-vous, vous ne perdez pas grand chose.

Holy shit, I’m flying !

Rocket Knight Adventures Mega Drive screenshot 02Megadrive oblige, le jeu se veut résolument arcade. Qui dit arcade dit simple et intuitif d’utilisation, du moins sur le papier. En effet, le jeu se présente sous la forme d’un jeu de plate-forme somme toute classique pendant les premières secondes, car oui, le gameplay est là pour tirer ce jeu vers des sommets de réussite en la matière. Les boutons sont configurables et vous n’aurez d’ailleurs besoin que de deux de ces derniers pour mener à bien votre mission de vengeance. Un bouton saut et un autre pour frapper l’ennemi. C’est tout me direz-vous ? Bah oui… enfin non car il y a une petite subtilité concernant le bouton de frappe: si vous le maintenez, une jauge se chargera (rapidement), et quand vous relâcherez le bouton, l’espèce de jet pack dorsal que possède notre héros se mettra en route et le propulsera dans la direction souhaitée, en l’occurrence, une des huit directions disponibles sur l’impitoyable pad Megadrive et cela pendant un cours laps de temps.

Rocket Knight Adventures Mega Drive screenshot 03Cela aura pour effet de vous permettre d’atteindre des plateformes situées en hauteur (auxquelles vous pouvez vous accrocher avec votre queue) ou bien tout simplement de vous balader tout en explorant et en contemplant le level design, ou encore de foncer tête baissée à travers les stages plein de rage pour aller botter les fesses de l’assassin de votre maître. Voilà. Il s’agit là d’une facette du gameplay qui est très appréciable et pour le moins originale. À travers les niveaux, le gameplay sera modifié pour laisser place à des phases de shoot-them-up très bien pensées, une très belle variante mettant en relief le travail remarquable effectué par les développeurs.

Expérience de jeu ultime

Rocket Knight Adventures Mega Drive screenshot 04Dès le top départ de l’aventure, le jeu justifie pleinement son statut affirmé et assumé de jeu de plate-forme ultra arcade. Assailli de toute part par des cochons avides de pouvoir et assoiffés de chair de rongeur (bah oui le héros ressemble à un rat en fait). Ça paraît un peu débile au premier abord, mais il y a quasiment que ça : des cochons en guise d’ennemis tout au long du jeu. Tous plus inventifs les uns que les autres, ces êtres maléfiques vous donneront du fil à retordre. Tantôt dans un char à roulettes, tantôt au commandes d’une machine qui vous balance des missiles à foison, ils vous en voudront et mettront autant de bâtons que nécessaire dans vos roues pour vous dissuader d’aller plus loin dans l’aventure.

Rocket Knight Adventures Mega Drive screenshot 05Le mot d’ordre sera donc “destruction” en ce qui vous concerne car il vous faudra batailler en permanence avec une agilité sans faille afin de vous frayer un chemin dans ce monde porcin pour le moins étrange mais très convaincant. L’action semble se dérouler dans un monde à la fois médiéval-mécanique, bizarre oui mais totalement immersif et criant de vérité. Passons rapidement à l’aspect arcade du titre. Ça fuse dans tous les sens, vos mains n’auront comme répit que l’écran “game over” après qu’elles aient pris feu. En plus d’être nombreux, les ennemis sont très rapides et parfois surprenants. En plus de ça, le déroulement du jeu se veut très dynamique et ça pète de partout, ça explose, ça brûle, bref il n’y a pas de quoi s’ennuyer.

Dépaysement total

Rocket Knight Adventures Mega Drive screenshot 06La conception des niveaux a été pensée en fonction du gameplay particulier du soft. Les niveaux sont simplement réalisés, mettant très peu d’obstacles physiques (hormis les nombreux ennemis) pour permettre une progression assez rapide. Les stages étant tout de même assez vastes, cela procure une impression de liberté car l’utilisation du jet pack en devient très amusante, voire jouissive ! Les niveaux se suivent et ne ressemblent pas, et c’est ce que j’aime dans ce jeu, sans tout vous dévoiler, je peux vous dire que le dépaysement sera de la partie par rapport à ce que vous avez pu voir auparavant, les développeurs se sont bien remué les méninges pour offrir une structure inédite en ce qui concerne les niveaux. Vous serez même amenés à évoluer dans des environnement spatiaux et futuristes, je ne vous en dis pas plus car cela fait partie intégrante du scénario !

Propre et sans bavure

Rocket Knight Adventures Mega Drive screenshot 07Que dire ? Comment le dire ? Ce que je peux affirmer, c’est que ce jeu ne souffre d’aucun défaut graphique car tout a été mis en œuvre pour favoriser la compréhension visuelle du joueur, tout en apportant un dynamisme époustouflant, et tout cela sans ralentissement significatif, aussi nombreux les éléments affichés soient-ils. Un travail réellement maîtrisé sur le bout des doigts, tout simplement. La bande-son est elle aussi dynamique et souligne l’orientation action du jeu. Les bruitages sont là également pour soutenir l’action dans ses moindres détails, un travail propre et sans bavure.

En conclusion

Sur Megadrive, rares sont les jeux de plate-forme qui ont retenu mon attention (hormis l’indétrônable Sonic). Extrêmement bien réalisé de A à Z, long et corsé comme il se doit, Rocket Knight Adventures est une relique et peut se vanter d’avoir innové dans un genre où il n’est pas aisé de le faire sans risques. Un jeu à posséder tellement l’originalité et le plaisir de jeu sont au rendez-vous, merci Maître Konami !

Note Finale
Technique – 9 /10

On atteint ce qui se fait de mieux sur Megadrive. Certes les graphismes pourraient être améliorés, mais la vitesse d’affichage affolante, le dynamisme omniprésent et l’absence de ralentissements suffisent à justifier l’excellence de la réalisation graphique.

Musique – 7 /10

Rien à signaler, les musiques sont bonnes et les bruitages soutiennent l’action.

Gameplay – 8 /10

Deux boutons uniquement, c’est audacieux mais très efficace. Ceci dit, un léger bémol car la maniabilité peut parfois en frustrer plus d’un à cause du jet pack, mais après un temps d’adaptation, on maîtrise Sparkster sans aucun souci.

Durée de vie – 7 /10

Le jeu est long et corsé (une dizaine de stages sont à prévoir), vous ne le finirez pas aussi facilement que vous le croyez, d’autant plus qu’il y a plusieurs modes de difficulté !

Histoire – 8 /10

Sparkster part en quête de l’assassin de son maître, tué par un ancien adhérent de l’unité Rocket Knight. Tremble Hollywood !

En résumé
Réalisation, innovations, durée de vie… et fun ! Rocket Knight Adventures est bon sur toute la ligne.
8
Très bon

Infos Pratiques
Développé par Konami
Édité par Konami
Sorti le 06.08.1993 (Japon)
Sorti le 16.06.1993 (USA)
Sorti en 1993 (Europe)
plate-forme
1 seul joueur
Cartouche de 8Mb
Pas de sauvegarde
Existe sur rien d’autre
Voir aussi, dans la même série
Vous aimerez peut-être
Valkyrie Profile Lenneth Sonic The Hedgehog 2 ESPN Extreme Games Flicky Twinkle Star Sprites Rolling Thunder 3
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page