remake plutôt décevant...

[GBA] Donkey Kong Country 3

Comme le dit un dicton bien de chez nous, jamais deux sans trois. Après avoir porté sur la console, avec plus ou moins de succès, les deux premiers épisodes de la série, c’est donc en toute logique que Nintendo achève la saga avec Donkey Kong Country 3. Et comme un portage bête et méchant aurait peine à suffire, Rare a fait passer son titre par la case retouche. Mais toutes les modifications ne sont pas forcément bonnes…

Donkey Kong Portage

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 01On le sait, les deux premiers DKC portés sur GBA avaient souffert lors de la transition, notamment graphiquement. La résolution du support étant en effet bien plus basse, impossible de porter le titre, véritable démonstration des capacités de la Super NES, tel quel. Quelques effets ont donc été supprimés au passage, et les couleurs sont désormais moins marquées, par souci de lisibilité. En toute logique, ce DKC3 a donc subi le même traitement, pour un résultat globalement satisfaisant, même si ne pas avoir la même qualité graphique qu’à l’époque provoque un petit pincement au cœur, surtout quand on sait de quoi la GBA est capable en matière de 2D.

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 02Si le travail effectué au niveau graphique ne souffre pas d’énormes reproches, on ne peut pas en dire autant du côté de la bande-son. Et cela s’entend dès l’écran-titre, puisque la musique jouée alors n’est qu’une refonte hasardeuse du célèbre thème principal de la série. En effet, exit les musiques de l’original, place à de nouvelles compositions. Les fans crieront au meurtre, et avec raison: les musiques de l’époque se suffisaient largement à elles-mêmes, pourquoi les avoir changées pour des compositions pas forcément mauvaises mais bien en-deçà? Mystère. En tout cas, ce ne sont pas les quelques remix de DKC1 présents qui vont excuser cette trahison de Rare. Par contre, si il y a un truc qui n’aurait pas du être conservé, c’est bien le bruitage atroce de rat crevé, hérité des précédents portages, que font les Kong lorsqu’ils perdent une vie. Tout simplement immonde.

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 03Sur une note un peu moins grave, mais tout aussi absurde, le redesign des personnages n’est pas du meilleur goût. Notamment en ce qui concerne Cranky, devenu subitement judoka. Eh oui, le vieillard râleur a enfilé un kimono pour un mini-jeu, et force est de constater que c’est loin d’être une idée de génie. Surtout qu’il a visiblement laissé toute sa répartie au vestiaire: adieu les petites phrases piquantes souvent drôles, ses répliques sont devenues fades, d’une platitude extrême. Ça ne parait pas grand-chose, comme ça, mais cela contribuait à donner un peu plus de sel à la série, à la distinguer de la masse. Dommage…

Singeries diverses

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 04Fort heureusement, Rare n’a pas touché le jeu en lui-même, et il reste tel que les joueurs l’ont connu en 1996, pour le meilleur et pour le pire. Pour cette aventure, point de DK ni de Diddy, c’est Dixie qui tient le rôle de l’héroïne. Bien entendu, elle est affublée d’un comparse, l’affreux Kiddy, clone de DK en pyjama, et sans doute l’une des plus grosses erreurs de design de Rare. Le terrain de jeu a déjà été largement rebattu par deux fois dans le passé, et les habitués de la série retrouveront avec plaisir tonneaux, bananes à collecter et animaux, dont le nombre se voit réduit puisque Rambi le rhinocéros a malheureusement disparu de cet épisode. Kiddy et Dixie peuvent bien entendu s’entraider en montant sur les épaules l’un de l’autre pour atteindre des endroits en hauteur inaccessibles autrement, dans le but de dénicher des zones bonus cachées.

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 05Pas si bien cachées que ça d’ailleurs, puisque leur emplacement est souvent évident, réduisant ainsi considérablement le temps passé à farfouiller dans les niveaux. Le titre de Rare joue sur les bases bien établies de la série, qui tiennent le haut du pavé de la plate-forme, et cela fonctionne dans une certaine mesure. Cependant, la lassitude pointera beaucoup plus vite qu’à l’accoutumée, notamment à cause de niveaux de qualité inégale. En effet, les stages, bien que construits d’une manière tout à fait convenable, respirent pour la plupart à plein nez le manque d’originalité et le déjà joué. Certes, il faut noter l’introduction de quelques idées originales par-ci par là, mais pas toujours avec brio.

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 06Autant le stage où une cible poursuit continuellement les deux singes est excellent, autant un autre où les contrôles sont inversés s’avèrera laborieux à jouer. Du coup, DKC3 ne propose que quelques niveaux originaux pour une grande majorité de déjà traités dans les précédents épisodes, et souvent en mieux. Les boss souffrent également d’un traitement bâclé puisque en dehors du duel final, peu d’affrontements se révèlent passionnants. Bref, DKC3 est clairement le plus mauvais épisode de la série, ce qui n’en fait pas un mauvais jeu pour autant, loin de là même, puisque le titre tient toujours tête à pas mal de ses concurrents.

Le Nouveau Monde

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 07Comme d’habitude, Rare a ajouté quelques mini-jeux de son cru… sauf que cette année, le millésime était du genre piquette. Entre Cranky qui se défend à coups de bouclier contre les insectes et une mauvaise repompe d’un bonus stage de Sonic chez Swanky, l’intérêt frise le zéro absolu. Et ce n’est pas du côté de Funky qu’il faudra chercher un quelconque réconfort, puisque ses différentes épreuves se révèlent être un calvaire, mettant en cause un bateau du genre incontrôlable. D’ailleurs, vu la nullité de ces mini-jeux, pas étonnant qu’ils ne soient même plus jouables à partir de l’écran-titre sans code… Fort heureusement, Rare avait autre chose dans sa manche. Et contrairement aux deux DKC portés précédemment, l’autre ajout est de choix, puisqu’il s’agit carrément d’un tout nouveau monde totalement optionnel, nommé Pacifica.

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 08Et la bonne surprise, c’est que ce monde se trouve être bien pensé. Si deux niveaux peu intéressants peinent à convaincre, notamment par le fait qu’ils semblent clonés sur d’autres stages du jeu tant on retrouve de similitudes, les quatre autres sont nettement mieux conçus. On retrouve ainsi pêle-mêle une balade dans les égouts avec une petite plongée, une visite des arbres immergés et une balade en wagon certes classique mais assez nerveuse. Mais le meilleur reste indéniablement le stage “Lame de fond”, où des courants marins plus ou moins forts repoussent sans cesse les deux primates vers les monstruosités aquatiques. Assez difficile, ce niveau est indéniablement le stage aquatique le plus réussi du jeu.

Donkey Kong Country 3 Game Boy Advance screenshot 09En tout cas, en comparaison avec les mini-jeux miteux, ce monde supplémentaire est plus que bienvenu, puisqu’il prolonge la partie d’une bonne heure, le temps de tout visiter. Si le reste des niveaux ne sont d’ailleurs pas d’une difficulté affolante pour la plupart, le monde caché est lui toujours présent, et réservera quelques bonnes vieilles crises de nerfs à ceux qui le tenteront. Et avec le fameux collectathon de pièces et d’emblèmes DK propre aux jeux Rare, le stade fatidique des 100% ne sera dépassé qu’après quelques bonnes heures de jeu, ce qui assure à Donkey Kong Country 3 une durée de vie convenable.

En conclusion

Difficile de se passionner pour ce remake de DKC3 plutôt décevant. Heureusement que le remplacement incompréhensible des musiques originelles est compensé par l’ajout d’un nouveau monde réussi. Après, il reste un titre déjà pas exceptionnel à l’époque, surtout en face de ses deux grands frères, mais malgré tout plaisant à jouer. Cependant, s’il ne fallait prendre qu’un seul Donkey Kong Country sur GBA, ce serait clairement le 2.

Note Finale
Technique – 7 /10

En l’état, Donkey Kong Country 3 propose des graphismes tout à fait acceptables pour le support, et la conversion s’est visiblement un peu mieux passée qu’à l’accoutumée. Cependant, l’original reste meilleur graphiquement parlant.

Musique – 7 /10

Mais pourquoi avoir viré les musiques originelles sans ménagement? Si les nouvelles compositions ne sont pas trop mauvaises, elles ont bien du mal à marquer autant que leurs ancêtres. Les pistes remixées de DKC1 sont, elles, sympathiques.

Gameplay – 8 /10

Donkey Kong Country a toujours été réputé comme étant une série facile à prendre en main même pour les débutants, et celui-ci ne déroge pas à la règle, avec une maniabilité aux petits oignons. Rien à redire.

Durée de vie – 5 /10

Relativement facile, Donkey Kong Country 3 ne propose un véritable challenge que dans le monde caché et quelques rares autres niveaux. Maintenant, cela assure au titre une durée de vie d’au minimum sept bonnes heures, et plus pour tout trouver.

En résumé
Rare “ose” modifier l’original : graphismes retouchés, nouvelles musiques et un nouveau monde.
6
Honnête

Infos Pratiques
Développé par Rare
Edité par Nintendo
Sorti le 01.12.2005 (Japon)
Sorti le 07.11.2005 (USA)
Sorti le 04.11.2005 (Europe)
plate-forme
1 à 2 joueurs
Cartouche de ? Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Super NES
Voir aussi
Vous aimerez peut-être …
[GBA] Astérix & Obélix : Paf ! Par Toutatis [GBA] The Legend of Zelda : A Link to the Past [GBA] Final Fight One [GBA] Final Fantasy VI Advance [GBA] Super Street Fighter II Turbo Revival [GBA] Breath of Fire [GBA] Disney’s Magical Quest 2 starring Mickey & Minnie [GBA] Mr. Nutz
Crédits
Version originale du test sur Nintendo Difference.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Draco.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page