toujours aussi plaisant qu'à l'époque ?

[GBA] Donkey Kong Country

Il y a quelques années de ça, Donkey Kong faisait une apparition magistrale sur la Game Boy Color. Aujourd’hui, il revient sur la 32 bits. Progression, régression ou stagnation?

Petit rappel historique

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 01Souvenez-vous, 1994, la Super NES est à l’apogée de sa gloire mais un petit nouveau pointe le bout de son nez sur le marché des consoles de salon. La Playstation de Sony ainsi que la nouvelle console de Sega, le rival de toujours, arrivent au Japon et dévastent tout sur leur passage. Tout le monde se souvient des files d’attente interminables devant les magasins de jeux vidéo de Akihabara filmées par les télés du monde entier. Ces 2 nouvelles consoles de jeux se vantent en effet de proposer des jeux en “vraie” 3D, chose que Nintendo avait promis avec sa Super NES sans pour autant y arriver avec succès, Starfox représentant bien les limites de la 16 bits alors leader du marché consoles. C’est dans ce contexte qu’arrive Donkey Kong Country développé par un studio jusqu’alors très peu connu: Rare.

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 02Et là, on peut dire que c’est une claque pour bon nombre de détracteurs qui annonçaient la mort de la Super NES incessamment sous peu. Le jeu est d’une finesse incroyable et donne une impression de profondeur 3D que même les premiers jeux de plates-formes Sony ne possédaient pas. Pour ceux qui se rappellent, Gex était censé être la révolution du jeu 32 bits… Nintendo espérait avec la série des Donkey Kong (3 épisodes sur Super NES) conserver un grand nombre de ses fans en haleine jusqu’à la sortie de sa 64 bits alors nommée Project Reality. Je suppose que bon nombre d’entre vous se rappellent des pubs Nintendo de l’époque: “Vous voulez que votre gosse pleure à Noël? C’est simple, il suffit de lui acheter une 32 bits”. Voilà pour le rappel des faits, mais intéressons nous maintenant au jeu en lui-même…

C’est parti!

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 03Dès le début du jeu, un peu de nostalgie s’empare du fan de Nintendo lorsque le logo de Rare (revisité pour l’occasion) apparaît à l’écran. Le studio anglais est en effet responsable d’un grand nombre de bombes vidéoludiques qui resteront dans les annales pendant encore un petit paquet d’années. Mais très vite, on oublie nos états d’âme et on se plonge dans le jeu. Première remarque, 3 modes de jeu s’offrent à nous. Le jeu “normal”, c’est-à-dire l’aventure. Donkey se réveille un matin et se rend compte que sa réserve de bananes a été pillée! Pire événement ne pouvait arriver à notre gorille préféré qui se jure de faire le tour de l’île jusqu’à avoir récupéré toutes ses bananes.

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 04Donkey appelle donc son cousin Diddy et l’aventure peut commencer… “Dk Attack” vous propose de redécouvrir les niveaux que vous avez déjà fini en mode Aventure afin d’en déceler tous les secrets. Le but de ce mode de jeu est d’obtenir des médailles pour chacun des niveaux ainsi terminés. On peut espérer qu’un nouveau mode s’offre à nous une fois une médaille A obtenue dans tous les niveaux Dk Attack. Enfin, le mode “Extras” est certainement celui dans lequel vous passerez le plus de temps à plusieurs. C’est en effet ici que vous pourrez vous adonner aux joies du multijoueurs (à 2 maximum) dans des minis jeux assez distrayants.

Le jeu

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 05Le jeu en lui-même ne semble pas avoir pris une ride. L’impression de profondeur est toujours présente, pour notre plus grand plaisir. Mais il est toutefois à noter que le jeu est beaucoup moins détaillé et fin que sa version Super NES. Attention tout de même, car il n’en reste pas moins un beau jeu. Les mouvements de Donkey et Diddy sont toujours d’une fluidité exemplaire, le gameplay Nintendo se cache sans aucun doute derrière. Il y a de nombreux ajouts dans cette version GBA. Il est par exemple possible de sauvegarder partout, à n’importe quel endroit où vous vous trouvez. Extrêmement pratique. D’autant plus que la difficulté du jeu a été rehaussée. Vous serez peut-être surpris en trouvant des ennemis à des endroits où ils n’étaient pas présents auparavant.

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 06Mais ce n’est pas tout. La place de beaucoup de niveaux bonus a, elle aussi, été modifiée. Pour pouvoir jouer avec l’espadon, le rhinocéros ou encore le crapaud, il vous faudra donc redécouvrir la majorité des niveaux, même si l’ambiance et la disposition générale reste la même, ces petits ajouts apportent un peu de nouveauté, ce qui n’est jamais négligeable. Pour parler de nouveautés, nous pouvons continuer du côté des minis jeux beaucoup plus présents que sur l’ancienne version. Notre cher cousin Funky vous propose par exemple son jeu de pêche qui, je vous l’avoue, est très prenant. Diddy est aux commandes d’une petite barque et Donkey doit s’occuper de récupérer les poissons qui passent, à l’aide d’un petit hameçon qu’il jette ensuite dans la barque de Diddy. Il y a un temps limite et chaque poisson récupéré rajoute 1 seconde supplémentaire. À noter que l’on peut faire des combos en péchant plusieurs poissons d’un coup et en faisant des mélanges de couleurs! Un principe très simple donc, mais qui promet des superbes parties à plusieurs.

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 07Ce sera très certainement aussi le cas avec la petite nouvelle du jeu qui doit très certainement être une cousine plus ou moins éloignée de Donkey prénommée Candy. C’est avec elle que vous découvrirez les joies de la danse, ce qui n’est pas toujours facile. Le principe reprend ce qui se fait de mieux dans les jeux de danses (ok cette phrase peut sembler un peu bizarre, mais n’oubliez pas que les Japonais sont des fans incontestés de ce type de jeux…). À savoir que les touches sur lesquelles il faut appuyer défilent en haut de l’écran. Il faut réussir à appuyer sur la touche demandée lorsque celle-ci passe au milieu d’un curseur. Rien de bien méchant donc, mais ça nous permet de voir Donkey et Diddy bouger leur corps comme jamais. Les musiques n’ont rien d’exceptionnel mais ce n’est de toute façon pas là l’intérêt principal.

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 08Il faut en effet réussir à placer les touches dans le bon timing pour enchaîner les combos et ainsi exploser son score. Si le jeu est très facile au début, il devient rapidement plus ardu lorsque les boutons A, B, R, L et la croix directionnelle sont mis à contribution.  En ce qui concerne le reste, la durée de vie reste très correcte avec 6 mondes composés de 5 niveaux chacun, à la difficulté croissante. De plus, le gameplay varie souvent, vous aurez donc des niveaux sous l’eau, d’autres dans la jungle alors que certains se dérouleront dans notre chariot à travers les mines de la Montagne des Singes. Nul doute que vous pourrez terminer le jeu, mais pour ce qui est de récupérer les lettres K, O, N, G dans chaque niveau et de faire un chargement complet de bananes, c’est une toute autre histoire. Surtout que King K. Rool, le méchant de l’histoire, est décidé à conserver son stock si durement volé. Il ne faut pas oublier notre bon vieux Cranky, le grand-père de Donkey, toujours prêt à vous donner de bons conseils.

Ça donne quoi alors?

Donkey Kong Country Game Boy Advance screenshot 09Eh bien au final, Donkey Kong Country sur GBA relève le défi de rester toujours plaisant à jouer même près de 10 ans après sa première sortie. Le plaisir est toujours là, même si vous avez déjà eu l’occasion d’y jouer sur votre 16 bits. L’ambiance si chère aux précédentes versions est conservée et aucun défaut ne vient assombrir le tableau, si ce n’est que l’on aurait apprécié un mode multijoueurs à 4. Il faudra se contenter de 2 joueurs, s’affrontant dans 2 mini-jeux délirants. Un troisième aurait été le bienvenu, mais je pense qu’il faut le débloquer en finissant le jeu entièrement (bon courage!). On en vient juste à se demander ce qu’est allé faire Rare chez Microsoft et surtout pourquoi Nintendo a laissé faire ça. Ce Donkey Kong Country fait partie de ces jeux tels que l’on aimerait en voir plus souvent sur nos consoles. Notons toutefois que si vous connaissez ou possédez encore l’épisode Super NES, rien ne vous oblige à acheter ce dernier qui, d’un point de vue technique, est tout de même en deçà de l’épisode 16 bits.

Note Finale
Technique – 7 /10

Donkey Kong Country n’est pas moche, loin de là quand même, mais la 16 bits proposait bien mieux!

Musique – 7 /10

Toutes les musiques d’antan ont été conservées, c’est sympa donc!

Gameplay – 8 /10

Toujours aussi simple et intuitif, c’était le minimum syndical à avoir avouons-le!

Durée de vie – 7 /10

Si vous n’y avez jamais joué et que vous désirez le finir à 101%, y’a du pain sur la planche, sinon…

En résumé
Plaisir de jeu intact, même si, sur le plan technique, cette version est clairement en-dessous de celle de la Super NES.
6
Honnête

Infos Pratiques
Développé par Nintendo
Édité par Nintendo
Sorti le 12.12.2003 (Japon)
Sorti le 09.06.2003 (USA)
Sorti le 06.06.2003 (Europe)
plate-forme
1 à 2 joueurs
Cartouche de ? Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Super NES
Voir aussi
Vous aimerez peut-être …
[GBA] Tales of Phantasia [GBA] F-Zero : Maximum Velocity [GBA] Prehistorik Man [GBA] Super Street Fighter II Turbo Revival [GBA] Sim City 2000 [GBA] Mr. Nutz [GBA] Super Mario Advance 2 : Super Mario World [GBA] Earthworm Jim
Crédits
Version originale du test sur Nintendo Difference.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Draco.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page