coup dans l'eau pour kemco

[GBA] Phalanx

Phalanx est le dernier shoot’em up sorti en France. Est-il mieux que ses deux prédécesseurs, Gradius Advance et Iridion 3D ? Réponse dans ce test.

Un jeu très classique

Phalanx Game Boy Advance screenshot 01Dès que l’on allume la console, nous avons droit à une petite intro nous présentant l’histoire. Les scientifiques de la planète Delia ne donnent plus de signes de vie et vous êtes envoyé là-bas pour voir ce qu’il s’y passe. À la fin de l’intro, nous avons droit à une petite scène cinématique, ce qui est appréciable. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le scénario est plus que classique, tout comme le reste du jeu. Après cette courte intro, le menu principal apparaît. Il contient trois choix: “Game Start”, “Continue” et “Options”. Dans les options, vous pouvez choisir la difficulté du jeu (easy, normal ou hard), le nombre de vies avec lequel vous débutez une partie (1, 3 ou 5), la vitesse de votre vaisseau et votre langue.

Phalanx Game Boy Advance screenshot 02Vous pouvez aussi changer la configuration des touches et écouter les musiques du jeu. Comme son nom l’indique, “Continue” sert à continuer une partie. La sauvegarde s’effectue automatiquement à chaque fois que vous terminez une mission. Si vous recommencez une nouvelle partie, l’ancienne sera automatiquement effacée. Enfin, “Game Start” sert à commencer une nouvelle partie. Phalanx est un shoot old school. En effet, vous dirigez un vaisseau dans des niveaux en scrolling horizontal. Des ennemis apparaissent à l’écran et vous devez en tuer un maximum pour amasser des points, tout en évitant de vous faire toucher pour ne pas perdre de vies. Pendant le jeu, vous pouvez ramasser des items qui vous donneront des vies, de l’énergie, des bombes ou une arme secondaire.

Phalanx Game Boy Advance screenshot 03Ces dernières sont relativement diversifiées et assez dévastatrices. Par exemple, il y en a une qui permet de lancer des lasers, une autre sert à lancer d’énormes boules d’énergies, etc. Vous pouvez posséder jusqu’à quatre armes secondaires simultanément, mais vous ne pouvez en utiliser qu’une à la fois. Vous pouvez aussi “sacrifier” une arme secondaire pour obtenir un effet apocalyptique. Par exemple, vous pourrez créer une énorme explosion qui détruira tout ennemi présent à l’écran pendant quelques secondes. Les bombes, quant à elles, ne peuvent être utilisées qu’une seule fois. Elles éliminent tout méchant à l’écran. Votre vaisseau peut en transporter trois au maximum.

Les graphismes

Phalanx Game Boy Advance screenshot 04Les décors sont plutôt détaillés dans la majeure partie des cas, mais je les trouve très répétitifs et certains sont assez moches. Bref, ce n’est pas génial. Du côté des ennemis, c’est un peu la même chose: ils sont nombreux et détaillés mais souvent trop petits. Du coup, on ne voit pas à quoi on a affaire. On remarque juste un tas de pixels qui bouge et on tire dessus. C’est un peu dommage mais dans le feu de l’action, cela ne gêne pas trop. Votre vaisseau souffre du même problème que les ennemis: il est trop petit, mais contrairement à ces derniers, on voit bien à quoi il ressemble. Par contre, l’animation est très bonne et le jeu ne souffre d’aucuns ralentissements, même quand de nombreux ennemis sont à l’écran.

C’est comment qu’on tire?

Phalanx Game Boy Advance screenshot 05S’il y a bien une chose qui est réussie, c’est la maniabilité. A pour tirer, B pour utiliser des bombes, R pour sélectionner une arme secondaire et L pour la sacrifier afin d’obtenir une attaque dévastatrice. Select permet de changer la vitesse du vaisseau, mais cela est inutile car l’idéal est de mettre votre engin à sa vitesse maximale en permanence. Enfin, vous pouvez mettre le jeu en pause avec Start. Notez qu’aucun menu n’est accessible pendant la pause, le jeu est juste stoppé. Comme vous le voyez, tous les boutons sont utilisés, et il n’y a pas besoin d’apprendre une combinaison de touches pour lancer telle ou telle attaque. Cela permet une prise en main optimale. Par contre, l’écran est parfois trop rempli et on ne voit plus d’où viennent les projectiles. Cela est assez gênant mais n’arrive que très peu souvent.

Un gros défaut: la durée de vie

Phalanx Game Boy Advance screenshot 06Le jeu se compose de huit missions. Dans le mode de jeu le plus facile, vous terminerez très vite le jeu (j’ai mis moins de cinq heures). En mode “hard”, c’est autre chose: les ennemis sont nombreux et envoient des projectiles dans tous les sens. Bref, on ne sait plus où donner de la tête. Cela pourrait laisser penser que le jeu promet une très longue durée de vie… Mais pas du tout! Au bout d’un moment, le jeu devient extrêmement répétitif. On fait toujours la même chose: tirer, tirer, tirer… Pour résumer, on se fait chier grave, il n’y a pas d’autres mots.

Pour finir, les musiques

Phalanx Game Boy Advance screenshot 07Elles sont au nombre de vingt. Certaines sont vraiment sympas, d’autres un peu répétitives mais toutes collent bien à l’esprit du jeu. Par contre, les bruitages sont vraiment lourds. En effet, on passe son temps à tirer sur tout ce qui bouge et c’est donc toujours le même bruit de tir et les mêmes explosions que l’on entend jusqu’à la fin du jeu. Et comme les options ne permettent pas de les désactiver, on est obligé de couper le son et, par conséquent, de se passer de musique ou bien de se taper les bruitages jusqu’à la fin du jeu, ce qui n’est pas conseillé si vous voulez éviter d’avoir une migraine. Bref, de ce côté-là non plus ce n’est pas très réussi.

En conclusion

La note peut tout de même paraître un peu dure mais je pense qu’un jeu moyen mérite la moyenne, et qu’un mauvais jeu se doit d’avoir moins que la moyenne. C’est le cas de Phalanx qui ne mérite vraiment pas d’être dans votre logithèque, sauf si vous êtes fan de ce style de jeu bien entendu.

Note Finale
Technique – 6 /10

Les décors sont parfois assez laids et les ennemis sont trop petits. Heureusement que l’animation suit bien et que les graphismes sont détaillés pour remonter le tout.

Musique – 5 /10

La plupart des musiques sont sympas mais elles sont gâchées par les bruitages qui sont, je le rappelle, vraiment lourds.

Gameplay – 7 /10

C’est le point fort du jeu: il n’y a pas grand-chose à redire de ce côté-là. Parfois l’écran est un peu chargé et on ne voit pas bien les projectiles arriver, mais cela arrive rarement donc ce n’est pas trop gênant.

Durée de vie – 3 /10

C’est un des gros défauts du jeu: on s’ennuie très vite.

En résumé
Répétitif, trop court, pas très beau… Phalanx n’a pas grand-chose pour lui.
4
Mauvais

Infos Pratiques
Développé par Kemco
Edité par Kemco
Sorti le 21.10.2001 (Japon)
Sorti le 27.12.2001 (USA)
Sorti le 23.11.2001 (Europe)
shoot’em up
1 seul joueur
Cartouche de ? Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Super NES
Vous aimerez peut-être …
[GBA] The Lost Vikings [GBA] Prehistorik Man [GBA] Breath of Fire [GBA] Super Street Fighter II Turbo Revival [GBA] Sim City 2000 [GBA] Super Mario Advance 3 : Yoshi’s Island [GBA] Donkey Kong Country [GBA] Final Fight One
Crédits
Version originale du test sur Nintendo Difference.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Draco.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page