portage plus que dispensable

[GBA] Rock’n Roll Racing

Voici encore une adaptation d’un célèbre jeu Super NES sur notre petite console portable favorite. Rock’n Roll Racing était, à l’époque, l’un des premiers jeux utilisant le désormais fameux Mode 7 sur Super Nintendo. Mais depuis ce temps, de l’eau a coulé sous les ponts, et la question inévitable se pose alors: cette nouvelle version de Rock’n Roll Racing a-t-elle encore ses chances?

Rock'n Roll Racing Game Boy Advance screenshot 01Alors qu’il y a quelques années, c’était Blizzard, un studio jusqu’alors peu connu, qui avait mis au point la première version du jeu, Rock’n Roll Racing sur portable est maintenant dirigé par une équipe qui possède sur son carnet de route des séries mythiques telles que StarCraft ou WarCraft. Mais les développeurs reviennent maintenant à un style de jeu qu’ils connaissent moins, la course n’a jamais eu beaucoup de rapports avec la stratégie militaire. C’est ce point, combiné à l’âge du titre original, qui nous permettent de douter sur la qualité finale du produit.

Petite mise au point

Rock'n Roll Racing Game Boy Advance screenshot 02Une fois la console allumée, on a directement l’impression de se projeter 10 ans en arrière. Les graphismes sont en effet très laids. La présentation du jeu est tout ce qu’il y a de plus classique et les énormes pixels qui forment les personnages sur l’écran de jeu n’améliorent en rien cette impression de jouer à une antiquité. On est très loin de ce qui se fait actuellement sur GBA. Rock’n Roll Racing est un jeu de course se déroulant dans le futur. Vous avez le choix entre 6 personnages au départ et le même nombre de planètes. Chaque planète a ses circuits et son environnement propre. Une fois ces premiers choix effectués, vous commencez la course en elle-même. Et là, c’est une autre mauvaise surprise qui nous attend. Du point de vue du gameplay, Rock’n Roll Racing se rapproche beaucoup plus d’un MicroMachines que d’un Mario Kart.

Rock'n Roll Racing Game Boy Advance screenshot 03Vous avez en effet une vue aérienne de la surface de jeu. On arrive donc directement au second point faible du jeu, la maniabilité. Le fait que la caméra ne bouge pas, vous devez en effet continuellement vous adapter à la nouvelle disposition de votre véhicule. Il n’est donc pas rare de vouloir tourner à gauche et de se retrouver au final dans le mur de droite. Vos premiers pas dans le jeu ne se feront donc pas sans anicroches. De plus, les graphismes des phases de course sont aussi moches que les menus. Les décors sont vides et les seuls éléments se répètent à l’infini sur les circuits. La piste est découpée par des lignes dans le style “fil de fer” du plus mauvais goût. Mais le pire n’est pas encore arrivé, il n’y a que 3 modèles de voitures. Les bolides présents sur la piste se ressemblent donc tous, ils diffèrent juste par leur couleur (7 différentes). C’est pas la joie.

Rock'n Roll Racing Game Boy Advance screenshot 04Surtout qu’on a une très mauvaise impression de flottement des véhicules sur la piste, ils glissent plus qu’autre chose. Heureusement quelques bonnes idées viennent compenser ce premier bilan très néfaste. Des reliefs sont présents sur la piste, ce qui permet d’effectuer des sauts plus ou moins réussis selon votre vitesse et surtout d’ajouter un peu de fun au jeu. Mais là encore, un élément vient gâcher le plaisir. Le jeu rame. En effet, lorsque vous effectuez des sauts trop rapides, la console ne suit plus et votre voiture vole lentement en l’air le temps de retrouver la terre ferme, un comble! Surtout compte tenu de la pauvreté graphique des alentours! Le principe du jeu sauve un peu le tout. Pour chaque planète, il vous faut atteindre un certain nombre de points, et pour cela, il vous faut gagner le maximum de courses possibles.

Rock'n Roll Racing Game Boy Advance screenshot 05Mais là où Rock’n Roll Racing se démarque, c’est qu’il n’est pas nécessaire pour les bons pilotes d’aller au bout des championnats. Si vous obtenez les 400 points obligatoires pour aller à la prochaine planète, rien ne vous empêche d’avorter votre championnat. C’est assez pratique, puisque les championnats se décomposent de la sorte: chaque course s’effectue 2 fois. Exemple: la seconde planète possède 5 pistes différentes, pour terminer son championnat, vous effectuerez donc 10 courses… Il existe néanmoins un avantage à aller jusqu’au bout de chaque saison, à chaque victoire vous remportez une récompense chiffrée en dollars, celle-ci vous permettra par la suite de customiser votre véhicule avec des choses aussi diverses qu’un super saut, ou des lance-missiles encore plus puissants.

Rock'n Roll Racing Game Boy Advance screenshot 06Mais un autre défaut vient encore une fois tout saccager. Lors de vos courses, vous pouvez sans aucun problème rouler sur les bombes ou les clous présents sur la piste sans que votre conduite ne soit modifiée. Pour résumer, vous pouvez sans aucun risque aller où vous voulez, rien ne vous arrivera. Dans Mario Kart, la moindre petite banane peut vous faire perdre la course, ici il faudra vous prendre pas moins de 5 bombes pour que votre voiture explose. Oui, le bolide explose, mais il réapparait en moins de 3 secondes sur la piste, ce qui fait que vous ne perdrez que rarement votre place. Cela aurait été dur de toute façon, compte tenu qu’il n’y a que 3 concurrents présents.

Rock'n Roll Racing Game Boy Advance screenshot 07La durée de vie du jeu est, sur le papier, honorable. Il y a en effet 6 mondes différents, dont un caché. Ce qui fait un peu plus d’une trentaine de circuits. Avec les personnages cachés et leurs 3 véhicules chacun, on arrive à un bon nombre d’heures de jeu pour réussir à débloquer tout ce qu’il est possible d’avoir. Sur le papier, car tous les circuits se ressemblent, bien que le peu qui existe au niveau des décors changent à chaque planète, le tracé des circuits se ressemble à tous les points de vue. Ils diffèrent d’un virage à gauche ou d’une ligne droite plus longue. On a donc constamment une impression de déjà vu, alors a-t-on vraiment envie d’aller au bout d’un jeu qui ne procure pas les sensations espérées et qui lasse plus qu’autre chose?

Le verdict

Rock’n Roll Racing manque complètement son come-back sur GBA. Le jeu est vieillot, les graphismes ne tiennent pas la route, la jouabilité laisse fortement à désirer et le jeu solo ne tient pas en haleine. On se rabattra alors sur un mode 2 joueurs qui souffre des mêmes défauts. Si au moins le jeu proposait une ambiance Rock and Roll mais il n’en est rien, les musiques sont sans vie et répétitives, sans oublier la voix du commentateur qui ne connait que 3 phrases différentes. Voici l’exemple même d’un jeu qui avait des possibilités mais qui se révèle, au final, complètement raté.

Note Finale
Technique – 3 /10

Des décors vides, des ralentissements intempestifs et un style vieillot.

Musique – 3 /10

Où est l’ambiance Rock and Roll promise par le titre?

Gameplay – 5 /10

Une fois qu’on a réussi à s’adapter, on peut commencer à jouer mais les ralentissements gâchent le tout.

Durée de vie – 5 /10

Quoi qu’on en dise le jeu est long, mais il faut de la volonté pour continuer à y jouer.

En résumé
Rock’n Roll Racing ne tient pas ses promesses : graphismes datés, jouabilité à la ramasse…
4
Mauvais

Infos Pratiques
Développé par Mass Media
Edité par Blizzard
Sorti le 23.06.2003 (USA)
Sorti le 14.08.2003 (Europe)
Pas sorti au Japon
courses
1 à 2 joueurs
Cartouche de ? Mb
Pas de sauvegarde
Existe aussi sur Super NES, Megadrive
Vous aimerez peut-être …
[GBA] Aero The Acro-Bat [GBA] Mario Kart Super Circuit [GBA] Final Fight One [GBA] Mr. Nutz [GBA] Super Street Fighter II Turbo Revival [GBA] Phalanx [GBA] Sim City 2000 [GBA] Breath of Fire
Crédits
Version originale du test sur Nintendo Difference.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Draco.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page