arrivée tardive... et peu glorieuse

[GBA] Tales of Phantasia

Victoire! Telle sera l’expression du fan de RPG quand il verra dans nos bons vieux rayons français la boîte de Tales of Phantasia sur GBA. En effet, à l’instar de nombreux hits de la Super NES, le RPG de Namco n’était jamais sorti en Europe, et ce, même sur Playstation lorsqu’il a été réédité il y a quelques années. Malgré cet enthousiasme, est-ce que Tales of Phantasia tient aujourd’hui la route face à tout ce qui s’est fait depuis dans ce domaine? Pas si sûr…

Vieux croûton!

Tales of Phantasia Game Boy Advance screenshot 01Sorti en 1994 sur Super Famicom, Tales of Phantasia est le point de départ de LA série de RPG de Namco, que la GameCube a récemment accueilli grâce à Tales of Symphonia. Au Japon, le succès de cette série est énorme, à tel point qu’elle se place juste derrière Dragon Quest et Final Fantasy en terme de ventes. Cependant, cet engouement n’a jamais vraiment atteint l’Europe, même si l’épisode GameCube a eu un succès très honorable. Cette nouvelle réédition sur GBA est donc l’occasion pour les européens de découvrir ce classique de la Super NES. Cependant, autant le dire tout de suite, le jeu a plutôt mal vieilli. En 1994, sa force résidait essentiellement dans ses graphismes léchés et son système de combat extrêmement innovant. Mélange de beat-them-all à la Legend et de RPG old school, cette innovation avait su s’imposer comme la marque de fabrique de la série.

Tales of Phantasia Game Boy Advance screenshot 02Sur Tales of Symphonia, cela aboutissait à une très grande liberté lors des combats, qui tranchait radicalement par rapport aux concurrents. Cela dit, il faut bien avouer qu’à l’heure actuelle, le système de combat de Tales of Phantasia semble vraiment désuet. Passionnant de prime abord, il se montre très vite agaçant et l’engouement des premières minutes de jeu s’essouffle rapidement. Sans doute est-ce dû à un manque de dynamisme flagrant quand on compare à des jeux comme Golden Sun, qui pourtant propose un classique tour-par-tour, et à une forte impression de ne pas contrôler grand-chose dans ce qui devient souvent un beau bordel. Rajoutez à cela une fréquence trop importante et une difficulté mal dosée et vous obtiendrez frustration et agacement. Cela commence donc mal pour le jeu, dont le principal atout est très vite anéanti.

Tales of Phantasia Game Boy Advance screenshot 03En ce qui concerne le scénario, on a affaire à une classique histoire de gros méchant qui veut anéantir le monde (faudra un jour qu’on m’explique à quoi ça sert d’anéantir le monde), de voyage dans le temps, de magie et de batailles héroïques, le tout agrémenté de références à des monstres de l’heroic-fantasy tels que le Seigneur des Anneaux. Ainsi, les héros devront à un moment traverser les mines de la Morlia. Oui, vous avez bien lu, c’est à se demander si ça n’en devient pas du pompage en lieu et place d’un simple clin d’œil qui aurait pu être plus intelligemment pensé. Bref, tout cela pour dire que l’on nage en plein cliché vu et revu des milliers de fois, autant dans la littérature fantastique de bas étage que dans le jeu vidéo. Si l’on se place donc du point de vue d’un joueur lambda n’ayant jamais touché à un Tales of Phantasia, le jeu souffre d’ores et déjà de gros défauts. Moi-même ayant connu le jeu avant ces rééditions, j’ai été surpris de me rendre à l’évidence que l’ensemble a très mal vieilli. Un comble pour ce qui est considéré comme un des meilleurs jeux de rôle de l’ère 16 bits.

Ravalement de façade

Tales of Phantasia Game Boy Advance screenshot 04Malgré ces gros points noirs dégueulasses évoqués plus haut, Namco ne s’est heureusement pas contenté de nous pondre un portage basique de l’épisode Super NES. Ainsi, certaines idées ont été volées à l’édition Playstation, histoire de satisfaire les gens qui auraient déjà fini le jeu (ils doivent se compter sur les doigts d’une main en Europe, cela dit). Ainsi, on trouve au menu ce que les fans de Symphonia devraient goûter avec plaisir, à savoir la cuisine. Oui, à vous de récolter divers ingrédients, de chercher des recettes en interrogeant les cuistots ou en fouillant dans les bibliothèques, et de préparer de bons petits plats qui viendront vous aider en cours de route. Ça a le mérite d’être amusant et relativement original mais on se demande clairement l’intérêt d’une telle trouvaille.

Tales of Phantasia Game Boy Advance screenshot 05Si vous voulez vraiment cuisiner, rabattez-vous sur Cooking Mama, le jeu de chef de la DS, qui selon les dires de notre mangeur de nem national est plutôt réussi. Bref, je m’égare. Dans le rang des nouveautés également, de beaux artworks qui égaient les menus, ainsi que le système de “classes” pour les personnages, qui ne sert pas à grand-chose, il faut bien le dire. Le but est certainement de fermer le clapet des gens qui affirmeraient que cette version est identique à ce qui a été proposé sur Super NES. Cela dit, on ne peut pas dire que l’ensemble soit très convaincant. La seule bonne chose dans toutes ces futilités est l’ajout de nouvelles quêtes présentes d’ores et déjà dans la version Playstation. Pour ceux qui ont déjà terminé le jeu, ce sera le seul véritable intérêt de s’y replonger, et encore… Cependant, les changements ne s’arrêtent pas là…

Mise à jour technique? Que nenni!

Tales of Phantasia Game Boy Advance screenshot 06Vous l’aurez compris: techniquement, strictement rien n’a changé par rapport à la version Super NES. Pire, certains effets ont été abandonnés! Oui, vous ne rêvez pas, nous avons en face de nous un jeu moins beau que sur 16 bits. Ainsi, exit les reflets des personnages sur l’eau. Pourquoi ce retrait? Quel est l’intérêt? Alors que je découvrais le jeu il y a quelques années, c’était ce genre d’effets sympas et simples qui m’avaient fait apprécier les graphismes de Tales of Phantasia. C’est ce qu’on appelle le sens du détail. Ici, rien de tel, et cela plonge le connaisseur dans une incompréhension totale. Au final, Tales of Phantasia, qui était superbe sur Super NES, est tout juste correct sur GBA, qui je le rappelle est une 32 bits qui nous a servi depuis Golden Sun et The Minish Cap. Les couleurs ne sont pas très vives, comme sur l’original, ce qui donne une ambiance relativement originale, et les décors sont assez jolis.

Tales of Phantasia Game Boy Advance screenshot 07Les graphismes des combats sont également sympathiques, mais commencent également à se faire vieux. En ce qui concerne le son, rien de transcendant. On a droit à quelques voix digitalisées anglaises globalement assez ratées, tant au niveau de la qualité du son que de la conviction des doubleurs. On ne peut pas dire non plus qu’elles apportent grand-chose à l’ambiance, et elles ne sont pas très accrocheuses, au contraire de celle de Link par exemple. Les musiques sont quant à elles assez insignifiantes. On est très loin des hymnes de Nobuo Uematsu ou de Koji Kondo. Tant pis. Enfin, un dernier mot à propos de la durée de vie, juste pour vous dire que comme tout RPG de la “grande époque” qui se respecte, Tales of Phantasia est long et vous tiendra en haleine quelques dizaines d’heures, pour peu que vous passiez outre les nombreux défauts évoqués tout au long de ce test.

Pas glorieux tout cela

Tales of Phantasia est en 2006 un jeu très décevant. Difficile, relativement moche, bourré de clichés, il ne tient pas la route face à tous ses concurrents sur GBA. Les quelques nouveautés ne sont pas franchement glorieuses et ne devraient intéresser que les fans purs et durs du jeu. Dans tous les cas, il ne mérite pas de figurer absolument dans votre ludothèque.

Note Finale
Technique – 6 /10

Encore une fois, on est très loin des capacités de la GBA. Pire, certains détails ont disparu par rapport à la version Super NES. Du foutage de gueule.

Musique – 7 /10

Les voix sont affreuses, mais les bruitages et les musiques sont sympathiques, sans plus. On est loin d’un Final Fantasy dans ce domaine.

Gameplay – 7 /10

Au départ, le mode de combat est déroutant mais on s’y fait relativement vite. Pour le reste, rien à signaler, à part peut-être des menus pas très fonctionnels.

Durée de vie – 9 /10

Plusieurs dizaines d’heures seront nécessaires pour venir à bout du challenge. Mais en aurez-vous l’envie?

En résumé
Impressionnant sur Super Famicom, Tales of Phantasia est bien trop malmené sur Game Boy Advance.
6
Honnête

Infos Pratiques
Développé par Namco
Édité par Namco
Sorti le 01.08.2003 (Japon)
Sorti le 06.03.2006 (USA)
Sorti le 31.03.2006 (Europe)
RPG
1 seul joueur
Cartouche de ? Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Super Famicom, Playstation
Voir aussi
Vous aimerez peut-être …
[GBA] Final Fantasy VI Advance [GBA] Super Mario Advance 3 : Yoshi’s Island [GBA] Astérix & Obélix : Paf ! Par Toutatis [GBA] Final Fantasy V Advance [GBA] Super Mario Advance 2 : Super Mario World [GBA] The Lost Vikings [GBA] Phalanx [GBA] Aero The Acro-Bat
Crédits
Version originale du test sur Nintendo Difference.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Draco.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page