énième portage, mais c'est toujours aussi bon

[DS] Final Fantasy IV

Dix-sept ans après sa sortie sur Super Nintendo, le quatrième volet de Final Fantasy revient sur le devant de la scène grâce à ce remake exclusif sur DS. Jeu légendaire qui marqua à son époque une étape dans le jeu de rôle sur console, qu’en reste-il aujourd’hui? Est-ce que Square Enix parviendra à faire la différence dans un genre plus que représenté sur la portable de Nintendo?

The Dark Knight

Final Fantasy IV DS screenshot 01Débutons tout d’abord en narrant les événements qui se déroulent durant la première demi-heure de jeu de Final Fantasy IV. C’est l’histoire de Cécil, chevalier noir au service du roi Baron, à la tête des Ailes Rouges qui est juste la flotte d’aéronef la plus puissante du royaume. En revenant de sa précédente mission où il s’empara du cristal du village des mages de Mysidia, de sérieux doutes assaillent l’esprit de Cécil. Le château n’est plus comme avant, une ambiance lourde due aux exigences incomprises du roi brise la paix du duché. Au moment de remettre le cristal, le chevalier noir décide de confier ses craintes à son monarque, lequel le destitue immédiatement de son rang de capitaine de flotte. Le roi coupe la séance en lui soumettant une dernière requête: remettre une bague magique au village des invocateurs. Pour cette mission de second rang, il devra quitter le château en compagnie d’un autre chevalier noir dénommé Kain, un ami de longue date avec lequel il se forma aux arts sombres de la chevalerie sur ordre du roi. Avant de partir, il entrevoit Rosa, un puissant mage blanc de la cour et partagent ensemble leur incompréhension sur les décisions du roi Baron…

Final Fantasy IV DS screenshot 02Un scénario résolument sombre, assez classique dans son contenu mais vraiment efficace. De nombreuses surprises et retournements de situations suffiront à tenir en haleine tout joueur un poil curieux d’en découvrir son dénouement. Même si l’on n’est pas au même niveau de la subtilité du scénario d’un Final Fantasy VI, à sa sortie en 1991, il disposait tout de même d’une sacrée longueur d’avance sur ses concurrents dans ce domaine-là. Comme dans tout bon Final Fantasy qui se respecte, partir à l’aventure sera l’occasion de nouer des liens avec de nombreux personnages disposant de talents différents. Que ce soit des magiciens, des guerriers ou des moines, les habitués seront loin d’être déboussolés sans compter sur le bestiaire regroupant un paquet de créatures rémanentes de la saga. Le monde de ce Final Fantasy est très médiéval, se rapprochant par moment de celui d’Ivalice (Final Fantasy XII). Les armes blanches ou contondantes et les sorts de magie seront les seuls moyens d’en découdre avec l’adversaire. Loin de l’univers high-tech des épisodes VII, VIII et X, les différents endroits qu’on sera amené à explorer sont résolument champêtres et se composent essentiellement de forêts, grottes et autres versants de montagnes.

Let’s Fight

Final Fantasy IV DS screenshot 03Le système de jeu réserve comme dans chaque Final Fantasy son lot de nouveautés. Bien que celui-ci demeure très classique dans la forme, il est loin d’être dépourvu d’intérêt et devrait donner quelques fils à retordre aux novices du genre. Lorsqu’on se déplace sur la carte du monde ou dans un donjon, à chaque pas effectué, il existe une probabilité de rencontrer un adversaire. Au moment de croiser les fers, le jeu bifurque en mode combat avec vue de profil en 3D. Vous pourrez assigner à chaque personnage de votre équipe une commande (attaquer, défendre, magie, invoquer…) mais seulement lorsque sa jauge d’action sera remplie. Deux lignes de position sont disponibles. Le front de la mêlée est parfait pour les guerriers qui peuvent infliger d’importants dégâts de contact mais sont, du coup, plus vulnérables aux attaques physiques adverses. La seconde position, en retrait, est idéale pour les magiciens; grâce à la distance, elle permet de limiter les dégâts physiques de part et d’autre et ne posera aucun problème pour roussir les moustaches des monstres à l’aide de sortilèges.

Final Fantasy IV DS screenshot 04Bien disposer ses combattants sur les lignes de position est donc un élément essentiel pour prétendre survivre plus de trois combats consécutifs dans Final Fantasy IV. Inutile de vous décrire la boucherie sans nom auquel on assisterait en plaçant deux magiciens blancs sur la première ligne de combat. Histoire de mettre un peu de piquant, au début de certaines rencontres, votre équipe peut gagner l’initiative. Un round gratuit d’action est gracieusement offert mais, inversement, l’équipe peut aussi tomber dans une embuscade. Prise au piège, la seconde ligne de combattants peut passer en première ligne mais, dans tous les cas, les jauges d’actions sont vides au départ. Heureusement, une commande “position” permet d’intervertir les deux lignes à tout moment pour ne pas se faire massacrer ses lanceurs de sorts. Chaque classe de personnage dispose de compétences qui lui sont propres. Prenons comme exemple la commande un brin bourrin “obscure” de Cécil qui lui permet tout simplement de doubler les dégâts physiques, ce qui vous rendra de sacrés services.

Final Fantasy IV DS screenshot 05Des objets renfermant des compétences sont disséminés dans le monde. Elles peuvent être attribuées à n’importe quel personnage comme les très pratiques “auto potion” ou “contre-attaque”. Attention à leur usage unique qui vous fera réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une attribution assez hasardeuse. Final Fantasy IV nous renvoie, en terme de difficulté, dans une autre époque. Bien plus difficile que les RPG actuels, le gain de niveaux sera souvent nécessaire avant de se défaire de certains boss ou pour acheter quelques pièces manquantes de son équipement. La répétition des combats en rebutera peut-être certains, mais les nombreux cinématiques et villages à découvrir permettent fort heureusement de varier les plaisirs. Un autre défaut un peu plus déroutant dans le gameplay est l’accumulation de sorts dont on bénéficie très tôt dans l’aventure. Au bout de cinq petites heures de jeu, le nombre de pouvoirs accessibles aux mages blancs et noirs est bien trop grand et puissant. Feu 3, Glace 3 ou encore Soin 4 seront accessibles parmi la quarantaine de sorts disponibles durant les toutes premières heures de jeu.

Final Fantasy IV DS screenshot 06Enfin, notons également que votre groupe de preux aventuriers peut s’étendre jusqu’à cinq personnages simultanément, une première dans un Final Fantasy, mais cela vous demandera une bonne dose de réflexes pour contrôler efficacement tout ce petit monde. Inédit pour cette version DS, un nouvel éon du nom de Pochad fait son apparition. Quand il fait son arrivée, comme dans un certain Final Fantasy X, Pochad remplacera le groupe de personnages. Seul petit bémol, lors de son acquisition, tous ses attributs, force, magie, rapidité, etc. sont initialement à zéro! Il faudra, par l’intermédiaire de mini-jeux qui se débloquent au fur et à mesure de l’aventure, augmenter ses capacités. L’occasion de sortir son poussiéreux stylet, pas vraiment mis à contribution jusque là, pour participer aux différentes épreuves. Petit bonus pour les plus jeunes ou pour les ultimes perfectionnistes, il est possible de redessiner la tête de son Pochad et pour juger de sa valeur au combat, direction le mode Wi-Fi où l’on pourra le faire participer à des combats entre joueurs.

Un monde qui prend du relief

Final Fantasy IV DS screenshot 07Après une sublime séquence d’introduction en images de synthèses, le grand plus de cette version DS est bien évidemment son entière refonte graphique 3D. Visuellement, le rendu est saisissant, tout d’abord au niveau des cinématiques parsemant l’aventure, sublimées par l’apport de la 3D. Techniquement impressionnantes, leur mise en scène servie par moult effets d’éclairages assez rares sur DS éclipse totalement les dialogues entre les pauvres sprites 2D de la version Super Nintendo. À noter qu’une option accessible assez tôt dans le jeu permet de revoir ses cinématiques préférées. Que ce soit pour les personnages ou les donjons, l’apport de la 3D est une cure de jouvence dans ce Final Fantasy IV. Les animations des différents protagonistes apportent un réel plus; quant aux donjons, ils prennent un relief très agréable lors de leur parcours. En mode combat, la DS ruse en affichant un décor de fond 2D.

Final Fantasy IV DS screenshot 08On regrettera le manque de dynamisme de la caméra qui ne ronchonne que lorsqu’un personnage effectue une action spéciale. Par rapport à un Final Fantasy IX et sa caméra ultra dynamique proposant divers angles de vues, on aurait pu espérer un peu mieux à ce niveau-là. Sinon, certains joueurs pourront ne pas apprécier le choix artistique entrepris par Square Enix, à cause du design 3D Super Deformed (SD) des personnages ne rendant pas justice aux travaux d’Amano, bien mieux mis en valeur par des bitmaps 2D ou dans l’introduction du jeu en images de synthèse. Du coup, l’ambiance résolument noire du jeu prend un léger coup de matraque à cause de l’aspect guilleret de la 3D. Reste enfin les musiques composées par Nobuo Uematsu qui referont une fois de plus l’unanimité tant les mélodies collent parfaitement au jeu.

En conclusion

En définitive, Final Fantasy IV est un incontournable pour tous ceux qui n’ont jamais décousu avec cet excellent RPG. Son plus grand défaut est d’être un peu dans l’ombre de son grand frère en tant que remake d’un jeu culte. Attention toutefois au nouveau public qui pourrait être un peu rebuté par sa difficulté qui n’autorise pas vraiment le droit à l’erreur. Les possesseurs de la version GBA pourront aussi passer leur chemin ou le guetter en occasion, le scénario du jeu contribuant pour beaucoup à l’intérêt de cette cartouche.

Note Finale
Technique – 8 /10

Très réussi techniquement parlant, Final Fantasy IV ne fera cependant pas l’unanimité chez certains à cause de l’aspect gentillet des personnages 3D.

Musique – 8 /10

Irréprochable, la bande sonore de Nobuo Uematsu est de qualité dans ce quatrième opus, sans atteindre toutefois la perfection du sixième épisode. Petite déception concernant les doublages des voix qui restent cantonnées dans la langue de Shakespeare.

Gameplay – 7 /10

Les commandes répondent au doigt et à l’œil, le tout baignant dans une interface claire.

Durée de vie – 7 /10

Il faudra compter une quarantaine d’heures de jeu pour terminer l’aventure. Ce qui est déjà pas mal.

En résumé
Au fil des remakes, l’attrait est moindre mais Final Fantasy IV reste un très grand RPG.
8
Très bon

Infos Pratiques
Développé par Matrix Software
Édité par Square Enix
Sorti le 20.12.2007 (Japon)
Sorti le 22.07.2008 (USA)
Sorti le 05.09.2008 (Europe)
RPG
1 seul joueur
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Super Famicom, PlayStation, Wonderswan Color, Game Boy Advance, PSP
Voir aussi
Vous aimerez peut-être …
[DS] Chrono Trigger [DS] Chrono Trigger [DS] Dragon Quest V : La Fiancée Céleste [DS] Mystery Dungeon : Shiren the Wanderer [DS] Yoshi’s Island DS [DS] Dragon Quest V : La Fiancée Céleste [DS] Kirby Super Star Ultra [DS] Final Fantasy IV
Crédits
Version originale du test sur Nintendo Difference.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Draco.
Illustrations en provenance du site Jeuxvideo.com.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page