toujours aussi difficile...

[DS] Mystery Dungeon : Shiren the Wanderer

La série des Mystery Dungeon est née sur Super NES en 1993. Depuis, plus de 12 jeux se sont succédés sans compter les spin-off du type Pokémon: Mystery dungeon. Essentiellement connue sur l’archipel nippon jusque-là, la série a enfin été exportée en Europe et dans le monde entier grâce au remake du deuxième Mystery Dungeon sur la Nintendo DS. Alors que la suite arrive d’ici peu, examinons de prime abord le premier volet pour voir de quoi il en retourne.

Vers l’El Dorado

Shiren est, comme tous les autres Wanderers, à la recherche de l’El Dorado. Ce trésor légendaire est détenu, selon le mythe, par le Golden Condor, perché au sommet de la montagne sacrée. Après ces quelques lignes d’un scénario qui n’évoluera plus, l’aventure commence. Shiren et son compagnon de fortune, la fouine (ce n’est pas son nom… c’est juste une fouine!), arrivent tous deux dans le village au pied de la montagne sacrée. Après avoir pris les commandes en main et parlé à quelques PNJ, vous commencerez votre ascension de douleur…

Old School

Mystery Dungeon Shiren the Wanderer Nintendo DS screenshot 01Au premier abord, on peut penser que Mystery Dungeon est un A-RPG. En effet, les mouvements sont libres, et une simple touche est nécessaire pour attaquer. Cependant, la rencontre avec votre premier ennemi prouvera le contraire. Tandis que vous faites le premier pas pour attaquer, celui-ci vous copie et avance également. Vous vous préparez donc à la défense et restez immobile. Pas de chance, le monstre aussi… Vous l’aurez compris, Mystery Dungeon utilise un système de tour par tour quel que soit le lieu où vous vous trouvez, ce que les amateurs des Torneko ou Azure Dreams connaissent déjà bien. Ainsi, ni les ennemis, ni les PNJ n’agiront tant que vous n’aurez pas bougé. C’est alors que le jeu gagne en aspect tactique: avoir l’avantage sur un ennemi en gérant bien son déplacement peut parfois s’avérer crucial.

Mystery Dungeon Shiren the Wanderer Nintendo DS screenshot 02Car oui, dans Mystery Dungeon les combats s’enchaîneront, et les petits détails pourront la plupart du temps permettre d’éviter les Game Over, qui accessoirement vous feront péter un câble… Pourquoi ça? Eh bien tout simplement, ces derniers impliquent un retour à la case départ, en passant bien sûr par les cases “je te suce ton pognon et tes objets”, et “je n’aime pas les niveaux supérieurs à 1 donc tu redescends ! OK ?”. Dit autrement: si vous essuyez une défaite vous retournerez au premier village, Canyon Hamlet, avec toute la partie “progression du personnage” (objets, xp, etc…) remis à zéro. En revanche, vous garderez la progression des quêtes annexes (celle du restaurant par exemple ou celles des personnages secondaires). Quelques moyens existent cependant pour éviter ce cataclysme qui peut détruire votre vie et surtout abréger celle de votre DS, et cela commence par stocker objets et thunes en banque, car ceux-ci se conservent même en cas de Game Over.

Mystery Dungeon Shiren the Wanderer Nintendo DS screenshot 03Par contre, cela revient à faire des sacrifices tels que trouver de super équipements mais ne pas les équiper au cas où vous mourriez, afin de les conserver pour le combat final (qui mérite que vous gardiez les meilleurs équipements…). Alors, même en cas de Game Over, vous pourrez recommencer, certes niveau 1, mais avec des équipements potables, permettant de remonter à l’endroit où vous aviez perdu précédemment, plus rapidement. Globalement ce système est assez bon si on aime les jeux hardcore, et que l’on est prêt à perdre pour réussir. Les Game Over, vous l’aurez compris, sont vraiment horribles, mais ils sont nécessaire à l ‘appréciation du jeu!

In Town

Mystery Dungeon Shiren the Wanderer Nintendo DS screenshot 04Le jeu se scindant entre ascension de donjons et visite de villages, voyons un peu les options que nous offrent ces derniers. Hormis la banque et le stock d’objets évoqués plus haut, les villes comportent toutes plusieurs marchands en tous genres, avec les classiques marchands d’objets ou d’armes, mais, dans certaines villes, demeure parfois un forgeron. Celui-ci met à disposition ses talents, vous permettant d’améliorer vos armes en échange de Jitans (pas les clopes hein, le Jitan est la monnaie de Mystery Dungeon). Si ses services sont au-dessus de vos moyens, vous trouverez éventuellement, à un moment de votre aventure, un Melding pot. Celui-ci vous permet de fusionner vos objets, afin d’en créer ou encore d’en améliorer certains, y compris les armes. Outre les marchands, chaque ville comporte un bar, dans lequel les pochtrons vous donneront des conseils pour survivre. La première ville, Canyon Hamlet, est un peu spéciale… En effet, un mec bizarre y habite. Fay est son nom, et il vous propose des sortes de puzzles où il vous faudra affronter des monstres ou encore atteindre la sortie, par exemple. Si vous les réussissez, celui-ci vous donne des objets, pas forcément extra, mais dans ce jeu tout est bon à prendre!

C’est dur… mais avec du charme

Mystery Dungeon Shiren the Wanderer Nintendo DS screenshot 05En tant que portage de la version Super NES, le jeu ne crée aucune surprise graphique, cependant le support se prête très bien à cette 2D plutôt sympathique. Côté musiques, on a affaire à un style japonais traditionnel, qui ne manque pas de charme, et si ces musiques manquent de dynamisme, elles accompagnent sans problème l’aventure, aussi terrible soit-elle. Cette aventure qui d’ailleurs n’est pas très longue sur le compteur, mais c’est sans compter les Game Over, et la prise en main du système qui se fait au gré de vos défaites. C’est donc une erreur que de vous dire que l’aventure ne dure qu’une vingtaine d’heures: ce temps correspondrait à une partie où l’on parviendrait à ne prendre que peu de Game Over (on ne sait jamais, y a des bons!).

Sidequests et Wi-Fi

Mystery Dungeon Shiren the Wanderer Nintendo DS screenshot 06Bien entendu, Mystery Dungeon: Shiren the Wanderer n’est pas qu’une pâle copie de l’original, et support oblige, un petit mode Wi-Fi pointe le bout de son nez. Il vous permettra de vous faire secourir, ou de secourir un joueur en détresse dans un donjon, si vous participez aux “missions de sauvetage”, ce qui peut être intéressant afin d’éviter un Game Over (Ôh Deadly Game Over…), et il est également possible de participer à un classement de personnages selon les réussites dans les donjons (Kikimeter sans réel intérêt…). Afin de rallonger un peu plus votre douleur, vous pourrez bien sûr, comme dans beaucoup de RPG, effectuer quelques sidequests, comme rencontrer votre frère, voire encore des choses classiques comme sauver une petite fille… Rien de bien transcendant, mais sachez que certaines quêtes permettent de recruter des personnages.

En conclusion

Mystery Dungeon nous fait redécouvrir le RPG à l’ancienne, avec un système bien rodé mais malheureusement peu accessible, tant la difficulté est élevée, ce qui en rebutera certains. Un portage tout de même de qualité, qui a le mérite de nous faire découvrir une saga qui a de quoi charmer certains joueurs (si si !). À faire si la difficulté vous séduit, et que recommencer dix fois un donjon ne vous fait pas peur.

Note Finale
Technique – 5 /10

En tant que portage de la version Super Famicom, il n’y a pas de grosse surprise ou amélioration. Ce Mystery Dungeon propose donc une 2D plutôt sympathique, qui rend très bien sur les écrans de la DS.

Musique – 5 /10

Signées par Koichi Sugiyama (compositeur attitré des Dragon Quest), les musiques proposent un style japonais traditionnel, non dénuées de charme, mais qui manquent parfois de dynamisme.

Gameplay – 6 /10

Old school jusqu’à la moelle, le gameplay de Mystery Dungeon a été pensé dans les moindres détails par ses concepteurs. Malgré l’utilisation du stylet, rien n’a été changé depuis la première version du soft.

Durée de vie – 4 /10

Il y a deux écoles. Soit vous êtes séduit par la difficulté énorme du soft: dans ce cas, les trente étages du donjon et ses quêtes annexes vous occuperont un sacré bout de temps. Dans le cas contraire, Mystery Dungeon vous tapera sur les nerfs et sera vite remisé dans sa boîte…

Scénario – 1 /10

Très peu développé, le scénario est bien introduit en début de partie, mais n’évoluera plus par la suite.

En résumé
Un RPG à l’ancienne, archi difficile, comme on n’en fait plus. À réserver aux hardcore gamers.
5
Honnête

Infos Pratiques
Développé par Chun Soft
Édité par Sega
Sorti le 14.12.2006 (Japon)
Sorti le 04.03.2008 (USA)
Sorti le 25.03.2008 (Europe)
dungeon-RPG
1 seul joueur
Cartouche de ? Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Super Famicom
Voir aussi
Vous aimerez peut-être …
[DS] Final Fantasy IV [DS] Yoshi’s Island DS [DS] Chrono Trigger [DS] Final Fantasy IV [DS] Chrono Trigger [DS] Dragon Quest V : La Fiancée Céleste [DS] Dragon Quest V : La Fiancée Céleste [DS] Kirby Super Star Ultra
Crédits
Version originale du test sur Legendra RPG.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Fayte.
Illustrations en provenance du site Jeuxvideo.com.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page