le mythe est de retour: let us cling together my friends !

[PSone] Tactics Ogre : Let Us Cling Together

RPG culte de Quest et Matsuno, Tactics Ogre Let us Cling Together (encore une référence à Queen) a marqué son époque. Septième volet de la saga des Ogre dans la chronologie de l’histoire (et deuxième à sortir), le jeu reprenait l’ambiance d’Ogre Battle et le duo génial de compositeurs (Iwata/Sakimoto), mais explorait une voie plus classique de gameplay. Après son passage remarqué sur Super NES, le jeu eut droit à deux conversions, dont celle-ci sur Playstation, la seule version traduite en anglais. Décryptage d’un jeu de légende.

Une guerre de succession

Tactics Ogre PlayStation screenshot 01L’histoire se déroule dans la contrée de Valeria, qui est formée de nombreuses îles et qui est prospère grâce à son commerce. Mais beaucoup d’ethnies différentes sont présentes au sein de la population, ce qui a conduit à de nombreuses guerres pour contrôler le royaume et ses richesses. Cela faisait 20 ans que des guerres ensanglantaient le royaume lorsque le grand roi Dolgare réussit à amener la paix. Malheureusement, il mourut sans laisser de successeur et la guerre entre ethnies reprit de plus belle… Valeria se retrouve divisée en trois parties qui se disputent la souveraineté: au nord, le royaume de Bacrum gouverné par le cardinal Branta, c’est le royaume le plus puissant grâce au soutien des chevaliers noirs de Lodis (royaume bien connu des fans de la saga); au sud, le royaume de Gargastan dirigé par le seigneur Barbatos. Celui-ci opprime le dernier royaume, celui de Walstania, situé sur une île au sud de Valeria, malgré les efforts du leader, le duc Ronway…

Maudits chevaliers noirs

Tactics Ogre PlayStation screenshot 02Vous incarnez Denim, un jeune walstanien, dont la famille et les amis ont été tués lors de l’attaque de son village par les chevaliers noirs. Il décide donc, en compagnie de son ami Vice, d’affronter et de tuer le leader des Dark Knights, Lans, malgré l’avis de sa sœur Kachua. Mais lorsqu’ils vont à sa rencontre, il s’avère que ce n’est pas le Lans qu’ils pensaient voir mais le chevalier saint Lans, accompagné de Warren, de Canopus et de deux autres chevaliers venant tous du royaume de Zenobia, ce qui ravira les fans de l’épisode 5 (Ogre Battle sorti en 1993 sur Super NES, et réédité sur Playstation et Saturn), car revoir des figures connues d’un ancien épisode est toujours un plaisir pour un joueur. Que font-ils si loin de leur royaume? Vous le saurez bien plus tard…

Tactics Ogre PlayStation screenshot 03Votre objectif de départ est de comprendre les agissements des Dark Knights et de tenter de les contrecarrer. Cependant, selon vos choix et vos actions durant le jeu, il pourra totalement changer. C’est l’un des points forts du jeu: vous choisissez votre voie pour arriver à l’une des huit fins (sachant qu’il y a trois chemins majeurs selon vos choix et chaque embranchement peut se finir différemment encore selon vos choix et actions). Sachez que le jeu est divisé en quatre chapitres.

Un Tactical très…. tactique !

Tactics Ogre PlayStation screenshot 04On est donc face à un Tactical, donc, je ne vais pas vous faire une longue explication pour les bases du système de combat. Il faut juste noter que les persos jouent les uns après les autres comme dans Shining Force et non selon des tours des alliés et un tour des ennemis (Feda, Terra Phantastica, etc…) et qu’on en a jusqu’à 10 dans l’équipe. Dans les combats, beaucoup de paramètres sont pris en compte: par exemple, la divinité qui supporte le personnage => le feu, la terre, l’eau, le vent. Une magie de feu sur un perso sous le signe de l’eau sera plus efficace, etc… L’endroit par lequel vous attaquez l’adversaire a aussi une grande influence. Une attaque par derrière a de grande chance de réussir et infligera des dommages plus importants. À l’inverse, une attaque par devant se verra souvent bloquée (beaucoup trop souvent même à mon goût >_< ).

Tactics Ogre PlayStation screenshot 05Et comme la géographie du terrain influe aussi, les combats deviennent vite très très stratégiques. Mais de là nait le principal défaut du jeu: les ennemis sont parfois ultra-favorisés sur le placement à partir du tiers du jeu. Ils commencent groupés en hauteur et là c’est très chaud de les battre: les attaques corps-à-corps sont dures à placer car il faut déjà aller jusqu’aux ennemis, les arcs ne tirent pas assez haut. Un constat s’impose: seules les magies sont vraiment efficaces dans ce cas. À ce moment du jeu, en plus, elles touchent beaucoup d’ennemis (13 cases contre 1 et 5 avant) et on a le même défaut que dans Hoshigami, à savoir qu’à partir du tiers du jeu, les gars qui tapent au corps-à-corps sont très peu utiles. Une équipe composée du héros, de trois guérisseurs et de six magiciens femelles (plus puissants que ceux mâles ^^) serait probablement la meilleure équipe (moi j’avais plutôt fait une équipe avec un peu de tout j’adore ça :)), d’autant que les invocations sont ultra puissantes.

Tactics Ogre PlayStation screenshot 06C’est très simple: elles envoient 10 coups d’affilée sur la zone sélectionnée. Alors, quand il y a un seul ennemi dedans… Il prend chaud et 99% du temps il meurt en une fois. Puisque je parle de magie, sachez que le système est assez original: vous commencez le combat avec 0 Mp, ça se charge au fur et à mesure. Si vous estimez la régénération trop lente, vous pouvez utiliser un objet donnant 50 ou plus de MP directement. Chaque perso peut porter quatre objets sur lui sachant que l’équipement compte dedans… Un dragon pourra donc être utile pour porter des objets puisqu’il ne porte pas d’équipement (très utile aussi vu sa puissance durant les trois quarts du jeu, même si à la fin, il ne fait plus le poids…).

Tactics Ogre PlayStation screenshot 07Un autre gros défaut est qu’on ne peut ressusciter les morts durant les trois quarts du jeu (et encore, faudra avoir la magie et la bonne classe (priest) et c’est pas forcément évident). Alors certains diront que ça rend plus stratégique le jeu… Moi je trouve ça ultra chiant surtout vu la difficulté de certaines batailles. D’autant que pour remplacer un perso mort, la seule solution est d’en recruter un autre au level…1 … Quand vous tuez un ennemi, il laisse au sol soit un objet soit une carte. Les cartes permettent de booster vos caractéristiques: magic card, strenght card, etc, etc… mais attention à les ramasser à temps! Les ennemis peuvent très bien les prendre avant vous et les cartes non ramassées à la fin d’un combat seront perdues. Par contre, les objets non pris à la fin du combat sont automatiquement mis dans votre inventaire.

La map, endroit très stratégique

Tactics Ogre PlayStation screenshot 08Bien sûr, il n’y a pas que des combats dans le jeu, même si il n’y a pas de village à visiter. Sur la carte, vous avez des points qui correspondent à des zones de combats et des villages. Vous choisissez votre destination et votre perso s’y rend. En chemin, il arrive qu’un combat aléatoire se déclenche sur une zone déjà visitée au préalable (utile pour faire de l’exp et remplir ses poches). Sur la carte, vous pouvez également gérer toute votre équipe: objets, équipement mais surtout classes. Pour changer la classe d’un personnage, il faut avoir atteint les caractéristiques demandées en force, intelligence, etc. etc. mais aussi parfois avoir tué un certain nombre de troupes. L’alignement rentre aussi en compte. Un perso peut être de l’alignement “lawful”, “chaos” ou “neutral”. Évidemment avec “chaos” ce sera dur de devenir prêtre… Il y a une dizaine de classes par sexe, ce qui correspond en gros aux jobs dans FFT. Sur la carte, vous pourrez également accéder au Warren report qui permet d’avoir des aides, de débloquer des lieux quand regardé au bon moment et aussi de revoir toutes les scènes déjà écoulées. Très sympa comme principe!

La version Super NES en un peu mieux

Tactics Ogre PlayStation screenshot 09Graphiquement, c’est pas mal, “sans plus” pour de la Playstation, c’est un poil plus beau que la version Super Famicom (elle était très belle pour la console). Le style graphique est réussi, avec une ambiance pur heroïc-fantasy moyenâgeux, les fans du genre, comme moi, seront comblés! Les magies ne font, elles, pas d’éclat, et ne proposent aucun effet impressionnant. Au niveau de la bande-son, on est face à de l’habituel avec Iwata/Sakimoto, c’est-à-dire de la quasi-perfection (qui est atteinte à mes yeux avec Ogre Battle 64). Des thèmes épiques tous réussis et collant parfaitement aux situations. Bref du bonheur. En plus, on retrouve tous les thèmes de la saga: c’est génial :) (tout comme l’écriture “fight it out” huhu). Niveau scénario bah toujours pareil. Quest assure grave dans ce domaine et le démontre à chaque fois: un scénario super recherché, de nombreux rebondissements et des possibilités de choisir sa voie. On peut noter de nombreuses similitudes avec celui de FFT sorti plus tard. Pour finir sachez que la durée de vie est énorme. J’ai mis plus de 60 heures pour en venir à bout. Alors, même si j’ai bien boosté mes persos et que j’ai fait pas mal de quêtes aléatoires, le jeu en lui-même est très très long.

En conclusion

Tactical mythique sur Super Famicom, Tactics Ogre LUCT profite de son passage sur Playstation pour se faire une petite beauté et proposer une traduction. La seule et unique version à faire pour ceux qui ne lisent pas le japonais, et découvrir enfin cette perle signée Quest et Matsuno. Let us Cling Together, my friends.

Note Finale
Technique – 7 /10

Visuellement, Tactics Ogre est pas mal (mais sans plus) pour de la Playstation, et un poil plus beau que sur Super Famicom. Le style graphique est réussi, mais les magies ne proposent aucun effet impressionnant.

Musique – 9 /10

Le duo Iwata/Sakimoto atteint ici la quasi-perfection, avec des thèmes épiques très réussis qui collent parfaitement aux différentes situations. On retrouve aussi tous les thèmes de la saga: c’est génial!

Gameplay – 8 /10

Particulièrement tactique, le soft de Quest propose un gameplay très profond. Lors des combats, de nombreux paramètres sont pris en compte, tout comme la position par rapport à l’adversaire ou la géographie du terrain.

Durée de vie – 9 /10

Tactics Ogre est très très long: au bas mot, on peut facilement passer plus de 60 heures dessus.

Scénario – 8 /10

Le scénario n’a bien entendu pas bougé depuis la Super Famicom: il est super recherché, avec de nombreux rebondissements et la possibilité de choisir sa propre voie.

En résumé
Un poil plus beau que sur 16 bits, des musiques divines et surtout une traduction anglaise : Tactics Ogre PSone assure !
8
Très bon

Infos Pratiques
Développé par Quest
Édité par Artdink (1)
Sorti le 25.09.1997 (Japon)
Sorti le 01.05.1998 (USA)
Pas sorti en Europe
tactical-RPG
1 seul joueur
1 CD
Sauvegardes sur carte mémoire
Existe aussi sur Super Famicom, Saturn
(1) pour les USA, le jeu a été édité par Atlus
Voir aussi
Vous aimerez peut-être …
[PSone] Tales of Phantasia [PSone] Final Fantasy VI [PSone] Final Fantasy V [PSone] Ogre Battle : The March of the Black Queen
Crédits
Version originale du test sur Legendra RPG.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Medion.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page