précédé d'une flatteuse réputation

[GBA] Final Fantasy VI Advance

Considéré par beaucoup comme l’un des plus grands RPG de la création, si ce n’est le meilleur, Final Fantasy VI s’offre une nouvelle déclinaison. Loin du portage mitigé de la Playstation, le jeu débarque cette fois-ci sur Game Boy Advance, permettant ainsi à tous de (re-)découvrir un mythe dans la morosité des transports quotidiens. Et avec des bonus je vous prie, Square Enix ayant décidé de ne pas faire les choses à moitié.

La folie des dieux, et des hommes

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 01Il y a très longtemps, trois déesses qui étaient la source de toute magie sur Terre se déclarèrent la guerre, période noire retenue comme “la guerre des Magies”. Leur puissance magique était telle qu’elles engendrèrent des “Espers”, créatures magiques à leur service, aux fantastiques pouvoirs. Hélas, les humains, dans leur quête de puissance et de suprématie, prirent vite conscience des pouvoirs des Espers, et se mirent à se servir d’eux à des fins destructrices. Après avoir été dépassées par leur folie, les déesses prirent conscience de leur erreur et décidèrent de se changer en pierre pour se repentir. Les humains et les Espers se séparèrent, ces derniers s’isolant dans leur propre monde afin de ne plus être manipulés pour de sombres desseins. Les Espers partis en emportant les statues des déesses déchues, la magie disparut du monde des hommes. La guerre des Magi passée au rang de vieille légende de grand-mère, les hommes se mirent à développer la technologie, source de progrès mais aussi de désastres humains.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 02Le monde est aujourd’hui dominé par l’Empire, qui possède la technologie la plus avancée. L’empereur Gestahl et son bras droit, le machiavélique Kefka, rêvent de domination globale sur le monde. Surtout, Gestahl rêve de s’emparer du pouvoir des Espers, après en avoir été si proche 18 ans auparavant lorsqu’il réussit à s’infiltrer dans leur monde et à en capturer. Depuis lors, de nombreuses expériences sont conduites au sein de l’Empire, et Gestahl ne pense qu’à forcer à nouveau la barrière pour capturer tous les Espers restants. Le début du jeu nous place dans la peau de Terra, jeune fille amnésique possédant d’étranges pouvoirs, qui est envoyée en mission par l’Empire à Narshe, au nord du continent. Il semblerait que les traces d’un Esper aient été trouvées. Mais, sur place, l’Esper va se réveiller au contact de Terra, et se débarrasser des deux soldats l’accompagnant. Recueillie par la Résistance, Terra va commencer une longue quête identitaire, qui va amener le joueur à contrôler une incroyable palette de personnages.

Pourquoi un tel phénomène ?

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 03J’ai souvent entendu dire que le scénario de FF6 était exceptionnel, et marquait les joueurs à vie. Personnellement, si j’ai trouvé le scénario intéressant, il me semble qu’il n’apparait pas comme ce qui fait de FF6 un jeu culte, un jeu à part, capable de transporter le joueur comme peu de RPG, et m’a même semblé finalement classique et quelque peu effacé par moment. Nan, pour moi la force de Final Fantasy 6 tient dans les scènes, toutes plus cultes les unes que les autres, et dans ses personnages. Oubliez le classique (mais si plaisant) schéma du héros bouseux qui part de son village pour sauver le monde d’une menace (comprenez le grand méchant avide de pouvoir qui va réveiller un infâme vilain qui dort depuis la nuit des temps) et qui va rencontrer au fur et à mesure son équipe.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 04Non, FF6 ne possède pas un héros autour duquel est structuré toute l’histoire. FF6, c’est un ensemble de situations vécues par des personnages (presque) tous charismatiques et travaillés, qui vont se croiser, se séparer, et chacun avoir leurs propres motivations et raisons de se battre (ou non). On est régulièrement émerveillé devant la beauté de certaines scènes (l’Opéra, une des plus belles scènes vues dans un RPG), très souvent ému par les émotions véhiculées (la chute de Doma) ou encore enragé par les actions presque inhumaines de Kefka. La force de FF6, c’est ça, le jeu happe totalement le joueur, qui en oublie presque ce qui l’entoure, non pas par son histoire, mais par la galerie des personnages et les sentiments qui les habitent. Final Fantasy 6 est un jeu mature, qui évoque les horreurs de la guerre, la quête du soi et la lassitude de la vie.

Le FF de la rupture

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 05Final Fantasy 6 marquait clairement une rupture dans la saga, et reste aujourd’hui encore un épisode un peu à part. De part sa non présence d’un héros désigné, bien sûr, mais également par l’absence des cristaux, caractéristiques des précédents opus, et par l’ambiance générale du jeu. On pourrait également considérer qu’il s’agit d’un épisode central, transition entre les FF old school et les nouveaux mettant en avant les phases de scénario et la mise en scène léchée. Jusqu’alors, les jeux de la série arborait fièrement une ambiance Heroïc-Fantasy, et se présentaient vraiment comme une sorte de fantaisie finale. Ici, dès les premiers instants, on se retrouve devant une ambiance quelque peu Steampunk, teintée de fantaisie, tandis que la deuxième moitié du jeu (on peut considérer que le jeu est découpé en deux parties majeures) vire vers le Baroque Post-Apocalytpique.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 06Une orientation qui a surpris (souvent positivement) les fans de l’époque, et qui devraient surprendre à nouveau ceux qui se sont replongés avec délice (ou horreur, selon l’épisode) dans les origines de la série grâce aux multiples portages de Square Enix, qui aime donner l’occasion à ses fans de redécouvrir les jeux qui ont fait sa légende (à moins qu’il n’y ait quelque appât du gain là-dessous?… Non…). Enfin, la deuxième partie du jeu abandonne totalement les indications, et le joueur est livré à lui-même, devant chercher les infos, et oublier la linéarité des précédents sur Super Nintendo. Une sorte de retour aux sources, qui rappelle le premier Final Fantasy, sans jamais être lourd, contrairement à ce dernier.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 07C’est aussi le premier (et le seul dans une certaine mesure) Final Fantasy qui permettait de choisir son équipe parmi un grand nombre de personnages (14, dont certains tout de même bien cachés), avec de nombreux splits qui donnent lieu à la constitution de plusieurs équipes différentes. La direction artistique avait une nouvelle fois été confiée à Yoshitaka Amano et son style si caractéristique. Si son style, pour les artworks et les visages, m’a toujours laissé une certaine impression mitigée (certes, certains parleront d’art, mais est-ce vraiment approprié à un jeu vidéo?), on se régale toujours devant le bestiaire du jeu, fabuleux, varié et d’une beauté sublime.

Une certaine perfection vidéoludique

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 08Mais que serait ce un jeu culte sans un gameplay solide et un équilibre parfait? Final Fantasy 6 reprend évidemment le fameux ATB, et des combats à quatre combattants. Loin des personnages façonnables de FF3 ou FF5 mais finalement sans réelle identité en combat, le jeu intègre des “skills” propres à chaque personnage. Ainsi, Locke pourra voler des objets, Sabin utiliser les fameux Blitz (coup d’art martial nécessitant une petite manip’ à la manière d’un jeu de combat) et Gau partir quelques combats, le temps d’assimiler les techniques des monstres de la zone, par exemple. Chaque personnage est, à ce sens, vraiment unique, tant par son background et sa personnalité que par ses compétences propres. Pour autant, Square ne délaissait pas la possibilité de modeler un minimum les membres de l’équipe à sa façon.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 09Au cours du jeu, on récupère de nombreuses magicites, reliques contenant l’essence et la puissance des Espers. Ces petits bouts de métal donnent accès aux fameuses invocations, que l’on peut utiliser une fois par combat, et qui permettent de lancer des magies dévastatrices, de se guérir ou d’augmenter ses diverses défenses. Quel rapport avec la customisation de ses troupes? J’y viens! En équipant ces fameuses magicites, on permet non seulement aux personnages d’apprendre de nouvelles magies (graduellement avec les combats), mais également de moduler les gains de caractéristiques au passage de niveau. Si les premières donnent des bonus négligeables comme +1 d’attaque ou de défense, les dernières magicites donnent des bonus tels que HP+50% ou MP+50%.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 10Il devient alors aisé de monter une véritable brute ou un magicien, ou bien sûr en prenant le temps, un guerrier polyvalent capable de tout. Le jeu est par ailleurs parfaitement équilibré, la difficulté étant croissante et jamais oppressante, contrairement à bien des jeux de la génération 16 bits. De même, la fréquence des combats est simplement parfaite, on échappe aux classiques affrontements tous les deux pas qui donnent envie de se jeter par la fenêtre. Les lieux sont incroyablement bien pensés, variés, et demandent toujours un minimum de réflexion. Enfin, il est à noter que le jeu n’est pas avare en quêtes annexes, plus qu’intéressantes pour développer le passé des protagonistes, ou encore pour se mesurer à des défis plus ardus que de coutume.

Le top de la SNES reste top sur GBA

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 11Techniquement, le jeu faisait honneur à la Super Nintendo. La conversion fidèle n’est certes plus époustouflante de nos jours, mais les graphismes restent toujours aussi agréables et pleins de charme. Les sprites des différents persos sont mignons, et possèdent plusieurs expressions pour bien souligner les émotions vécues. Les décors sont fins et détaillés, avec souvent du scrolling différentiel du meilleur effet. Mais ce qui a toujours été brillant dans les Final Fantasy, ce sont les ennemis lors des combats. Final Fantasy 6 n’échappait pas à la règle, avec des monstres souvent énormes, originaux et d’une beauté rare.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 12Mais, comme il faut un “mais”, ils sont hélas une nouvelle fois statiques. Toujours au rayon technique, on peut noter les excellents effets de transparence et de déformation accompagnant les magies et attaques spéciales, qui restent un régal pour les mirettes, et ce, même plus de 10 ans après la sortie originale. Il n’y a donc rien à craindre de ce côté. Même presque non retouché, la technique du jeu fait toujours mouche, et n’a pas grand-chose à envier aux meilleures productions de la portable de Nintendo. Enfin, comme il faut garder le meilleur pour la fin, parlons de la bande-son. On a rarement entendu si pures, si belles et si émouvantes compositions.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 13Cela restera comme le chef-d’œuvre de Nobuo Uematsu (No-bu-o), pourtant pas le dernier quand il s’agit de pondre des compositions de premier ordre (preuve encore avec Lost Odyssey). Mais ici, le maître était à son apogée, maniant son art comme Zidane manie le ballon (ouais bon, restons abordable à tous, surtout aux beaufs comme moi). Alors que j’avais déjà fini plusieurs fois le jeu, j’ai une nouvelle fois été émerveillé, arrêtant souvent de jouer pour laisser tourner la musique (et la siffler dans le métro lors du passage mythique de l’Opéra, je suis passé pour un gros geek, pas très grave, j’en suis un!). Une bande-son inoubliable, souvent citée à juste titre comme l’une des meilleures jamais entendues. Mais…

Les joies du portage

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 14Premier constat, la qualité sonore en a pris un sacré coup. Si le jeu original impressionnait par la maîtrise du processeur sonore de la 16 bits de Nintendo et en tirait toute sa quintessence, ce remake écorche les si belles sonorités de nos souvenirs. Son un peu saturé, qualité au rabais, on est clairement déçu. Mauvais travail de Square Enix ou réelle limitation de la console? Difficile à dire, et l’on finit par s’y habituer, les mélodies restant toujours aussi somptueuses. Passée cette déception, il faut bien être honnête, le reste est un long chemin de sans faute, qui fait passer la pilule sans problème. La version Super Nintendo souffrait de quelques bugs? Ils ont été corrigés. La traduction était considérée comme peu fidèle à la version japonaise par moment? Elle a été retravaillée.

Final Fantasy VI Advance Game Boy Advance screenshot 15Et pour ceux qui n’aiment pas l’anglais, on peut passer le jeu en français, avec une traduction plus qu’honnête. De ce côté-là, du bon boulot, qui ravira les fans. Mais, depuis FF4 Advance, qui proposait de très nombreux ajouts intéressants, le fan est gourmand, on en attendait donc autant! Inutile de le cacher, il y a bien moins d’ajouts, mais le jeu original n’en nécessitait pas vraiment. On pourra donc citer les deux nouveaux lieux, pour les plus acharnés, les nouveaux Espers, les nouvelles magies, ainsi que la présence, désormais classique, d’un bestiaire consultable et d’un sound test. Des ajouts plaisants, qui pourraient convaincre les derniers réfractaires aux portages/remakes de se laisser tenter. Du bon boulot, pour un jeu de légende.

En conclusion

Véritable ode à la poésie, Final Fantasy VI débarque sur Game Boy Advance précédé d’une flatteuse réputation. Faisant partie de ces RPG intemporels, il devrait passionner les joueurs qui n’ont pas eu l’occasion de le découvrir, ou tout simplement ceux qui ont envie de refaire l’un des meilleurs RPG de la création dans les transports, bonifié par les quelques ajouts judicieux. Tout juste pourra-t-on regretter une perte de qualité dans le son, mais ce n’est qu’une goutte de saturation au milieu d’un océan de perfection.

Note Finale
Technique – 8 /10

La conversion est fidèle: les graphismes sont toujours aussi agréables, les sprites des persos sont mignons, les décors sont fins et détaillés. Les monstres sont originaux, d’une beauté rare… mais statiques. Excellents effets de transparence et de déformation.

Musique – 7 /10

On a rarement entendu bande-son si pure, si belle, si émouvante. Elle restera comme le chef-d’œuvre de Nobuo Uematsu. Petit bémol: sur GBA, la qualité sonore n’est pas au top (son saturé, qualité au rabais).

Gameplay – 9 /10

Solide, avec un équilibre parfait: le gameplay reprend l’ATB, avec des combats à quatre combattants. Le jeu intègre les “skills” propres à chaque perso, et les magicites (qui permettent d’obtenir de nouvelles magies et de moduler les caractéristiques à chaque passage de niveau).

Durée de vie – 7 /10

La durée de vie tient toujours la route, avec des quêtes annexes qui permettent d’en apprendre plus sur le passé des différents protagonistes. Ce remake propose en outre deux nouveaux lieux, de nouveaux Espers, de nouvelles magies, un bestiaire consultable et un sound test.

Scénario – 8 /10

Un scénario intéressant, qui est somme toute classique et quelque peu effacé par moment. Par contre, la force de Final Fantasy VI tient dans ses scènes, toutes plus cultes les unes que les autres, et dans ses personnages.

En résumé
Certaines choses ne changent pas : culte sur Super NES, Final Fantasy VI garde aussi ce statut sur Game Boy Advance.
9
Un hit !

Infos Pratiques
Développé par Square Enix
Édité par Square Enix
Sorti le 30.11.2006 (Japon)
Sorti le 05.02.2007 (USA)
Sorti le 29.06.2007 (Europe)
RPG
1 seul joueur
Cartouche de ? Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Super NES, PSone
Voir aussi
Vous aimerez peut-être …
[GBA] Sim City 2000 [GBA] Earthworm Jim [GBA] Super Mario Advance 3 : Yoshi’s Island [GBA] Tales of Phantasia [GBA] Mario Kart Super Circuit [GBA] Disney’s Magical Quest 3 starring Mickey & Donald [GBA] Donkey Kong Country [GBA] Final Fantasy V Advance
Crédits
Version originale du test sur Legendra RPG.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Medion.
Illustrations en provenance du site Jeuxvideo.com.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page