Spell Sword : le test sur iOS

Spell Sword iOS

Chassez le naturel… Ces derniers temps, le soir, quand je suis devant la télé avec mon iPad sur les genoux, devinez à quoi je joue… À des jeux néo-rétro ! Récemment débarqué sur l’AppStore, je n’imaginais pas qu’il y avait autant de softs qui capitalisaient sur la nostalgie des vieux joueurs, en affichant délibérément plein de pixels partout partout ^^; Et parmi ceux-ci, il y a justement Spell Sword, ma dernière “trouvaille” en date. Oh, le jeu n’est pas nouveau en soi (il est sorti au mois d’avril 2012), mais avec toutes les apps qui s’accumulent sur ma tablette, ce n’est que récemment que je m’y suis intéressé.

Il n’y a pas des masses de jeux qui, par leur simple titre, résument aussi bien ce qui attend le joueur, et Spell Sword en est un super exemple. On pourrait traduire son titre par “sort (et) épée”… et ce sont justement les armes du héros, un aventurier qui va devoir repousser des vagues d’ennemis, petits ou grands, que l’on dirait sortis d’un bon vieux RPG nippon : différentes sortes de slimes à la DraQue, des champignons toxiques, des chauves-souris, des guêpes, des globes oculaires… Face à eux, on comprend rapidement que l’épée n’a qu’une efficacité toute relative et qu’elle sert surtout à trancher du monstre pour atteindre les différentes cartes de sorts. Ces dernières apparaissent l’une à la suite de l’autre dans l’arène de jeu, aléatoirement, et constituent la seule vraie planche de salut du héros.

Une fois ramassées, et en fonction de leur nature, les cartes déclenchent automatiquement des attaques qui seront de plus en plus balaises. En début de partie, on aura droit qu’aux cartes de feu et de glace, mais par la suite, en volant de mission en mission, on débloquera les cartes de la terre, du vent, de la lumière, d’invincibilité… et les attaques qui vont avec. Très rapidement, la collecte des cartes devient même une véritable drogue : les effets des sorts sont proches du feu d’artifice visuel, avec des ennemis qui éclatent en petits morceaux et qui lâchent de précieuses “rupees” (la monnaie du jeu).

Spell Sword iOS 01

En accumulant ces pierres multicolores, on peut augmenter la puissance des sorts attachés aux différentes cartes, mais aussi débloquer des accessoires qui vont améliorer la résistance du héros exprimée en coeurs, et / ou une nouvelle fois booster le niveau des cartes. Répartis en trois catégories (chapeau / casque, amulette, bague), il y a beaucoup d’items (et même de trop, à mon avis), mais surtout, on ne peut en équiper qu’un seul pour chaque catégorie, ce qui demande forcément un peu de réflexion en fonction des capacités que l’on veut privilégier. Heureusement, on n’est pas non plus obligé de tous les acheter : même si les items les plus puissants se négocient contre des rupees et des grosses pièces d’or (plus rares, trouvées dans des caisses en bois), on en débloquera aussi en progressant simplement dans les missions.

Esthétiquement parlant, Spell Sword est très joli. Ses graphismes sont volontairement pixelisés, mais sans tomber dans l’excès, et avec une réelle harmonie entre sprites, décors et animations. Bien qu’il y ait quelques bugs (notamment des ennemis qui se bloquent parfois tout seuls sur le bord des plates-formes) et seulement quatre arènes (ce qui est peu), étonnamment, on s’amuse et on ne prête pas trop attention à ces petits défauts, tant le principe du jeu est addictif. Les musiques jouent aussi un rôle dans cette immersion réussie : sans égaler celles, intouchables, d’un Final Fantasy VI ou d’un Chrono Trigger, elles imitent les mélodies entendues autrefois dans les RPG 8 / 16 bits, avec un certain talent et une bonne dose de “bip bip” remplis de nostalgie…

Spell Sword iOS 02

Spell Sword propose deux modes de jeu qui lui assurent une bonne durée de vie : un mode Missions (il y en a 120 en tout, réparties entre quatre “arènes” différentes) et un mode Infini. Dans le premier, il y a à chaque fois des objectifs particulièrement répétitifs à remplir (tuer un certain nombre d’ennemis, ramasser un certain nombre de cartes, survivre à un certain nombre de vagues d’ennemis, survivre pendant x secondes…), alors que dans le second, où le temps de jeu est souvent plus long, le game over n’intervient que quand le personnage meurt. Quant à l’interface, elle est habituelle et simple à appréhender, avec deux flèches (gauche / droite) et deux boutons (coup d’épée / saut). Le double saut est également possible, et sa maîtrise est même recommandée pour espérer survivre dans les missions les plus difficiles.

Honnêtement, en m’attaquant à Spell Sword, je ne m’attendais pas à tomber sur un soft de cette qualité : une réalisation au style “pixel art” très efficace, un gameplay simple mais amusant et une durée de vie assez colossale (à condition d’aimer débloquer tout un tas d’items) sont ses principaux atouts. Si votre truc, ce sont les pixels, le scoring, et les prix dérisoires (le soft est vendu 0,89€ sur l’AppStore), je n’ai plus qu’une chose à vous dire : foncez et éclatez du monstre dans Spell Sword !

Note Finale
En résumé
Sous ses airs de petit jeu, sans y toucher, Spell Sword se révèle très vite addictif. Une drogue !
8
Un hit !

Les + et les -
+ la réalisation ciselée, en nuances
+ le principe, très addictif
+ la bonne réactivité du perso
- seulement 4 arènes
- le caractère répétitif des missions
- trop d’items tue l’item
Infos pratiques
Développé par FireFruitForge
Édité par Everplay Interactive
Sorti le 15 avril 2012
Taille : 17,6 Mo
Compatible iPhone, iPod Touch, iPad
Nécessite iOS 4.0 ou +
Vendu 0,89€ sur l’App Store
Quelques images en +

articles similaires : vous aimerez peut-être…

La Vectrex ressuscitera sur iPad et iPhone
La Vectrex est une console sur laquelle bien des retrogamers fantasment. Et pour cause : elle est très atypique... Son...
The Last Express sort demain sur iOS
DotEmu est passé maître dans l'art d'adapter les hits d'autrefois sur nos machines actuelles, et après...
Final Fantasy VI débarque sur iOS
Disponible depuis un peu plus de deux semaines sur la boutique Play Store d'Android, l'illustre Final Fantasy VI est sorti...
Metal Slug 3 parachuté sur iOS et Android
La formule choisie par DotEmu.com, qui consiste à ressortir d'anciens jeux sur les nouvelles plates-formes, semble...

Commentaires

4 commentaires pour “Spell Sword : le test sur iOS”

  1. Halala, tu nous donnes bien envie là ! Mais tu es sur la machine du mal, du tactile à l’écran c’est injouable non ? Enfin le jeu ne coute pas cher, mais le support…
    Je retourne sur mon Henry Hatsworth (DS) ;)

    Publié par Ray | 21 février 2013, 0 h 59 min
  2. La machine du mal, vraiment ? Faut vivre avec son temps Ray ;o) Pour la jouabilité, si au début, ça fait bizarre de ne pas avoir de boutons sous les doigts, à force de jouer, on s’habitue très vite. En plus, pour Spell Sword (comme pour beaucoup d’autres jeux néo-rétro), les commandes se limitent à deux boutons d’action et deux flèches. Si on avait autant de boutons que sur Super NES avec en plus 4 flèches à gérer, là, je ne dis pas, mais ici, ça répond très bien. ^^;

    Publié par Kenshiro | 22 février 2013, 15 h 37 min
  3. Le graphisme du jeu me fait penser un peu à Legend of Zelda, jeu que j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié. Je t’avoue que je suis sous le charme du pixel art…

    Publié par michel maurice | 6 août 2013, 15 h 13 min
  4. Alors là, on est deux ! Je prévois d’ailleurs une série de tests iOS pour explorer cette voie, et il y a de quoi faire : Mutant Mudds, Dead Ahead, Lemonade Factory et j’en passe…

    Publié par Kenshiro | 4 octobre 2013, 10 h 25 min

Ajouter un commentaire

* : obligatoire (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Rechercher

Derniers commentaires

partenaires

Amis du net

Bons plans shopping

© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page