digne du dessin animé

Tiny Toon Adventures : Buster Busts Loose

Si au début des années ‘90, vous passiez votre tendre enfance devant la télé, vous n’êtes sûrement pas passé à côté de la série animée des Tiny Toon, avec son générique au refrain entêtant. Le postulat de départ de la Warner était simple: mettre en scène les neveux de ses héros les plus emblématiques. Et pour l’adaptation en jeu vidéo, c’est Konami qui eu l’insigne honneur de transposer les aventures de ces petits trublions, ce que la firme nippone réussit à faire de la plus belle des manières.

Un scénario qui n’a ni queue ni tête… mais on aime ça

Tiny Toon Adventures Buster Busts Loose Super Nintendo screenshot 01Buster Bunny, Babs et leurs amis sont à l’université ACME pour apprendre le b.a.ba de la comédie via des courts métrages aussi variés que rocambolesques. Mais d’étranges événements se déroulent sur le campus de la Looniversité. Les rats sèment la pagaille dans les couloirs, et Dizzy, le petit diable de Tasmanie, fait des siennes à la cantine en mettant tout sans dessus dessous pour trouver de quoi manger. Il est donc grand temps que Buster Bunny intervienne, histoire de remettre un peu d’ordre dans tout ça. Dizzy enfin rassasié, notre lapin n’aura pas le temps de souffler puisqu’un autre problème pointera le bout de son nez: Maxou décide en effet de cambrioler un coffre-fort dans un stage cette fois 100% Far West. Et voilà notre Buster qui se remet en route pour une folle course-poursuite…

Gameplay classique et mini-jeux très sympas

Tiny Toon Adventures Buster Busts Loose Super Nintendo screenshot 02Pendant tout le jeu, vous l’avez compris, vous incarnerez l’ami Buster, et si petit soit-il, il sait courir le 100 mètres à la vitesse de l’éclair, comme tout bon lapin qui se respecte. Cette particularité sera d’ailleurs mise en avant tout au long du jeu, et elle lui permettra de faire des sauts impressionnants, de se glisser sous des plates-formes, ou encore d’escalader des murs à la verticale. L’énergie qui permet à Buster de courir est matérialisée dans le jeu par une jauge intitulée «dash». Quand cette jauge est totalement épuisée, il cesse tout simplement de courir, ce qui peut par exemple s’avérer fâcheux dans les niveaux à défilement automatique. Il lui suffira ensuite de marcher pour que la jauge se remplisse à nouveau. Hormis le fait de pouvoir courir (via les touches L ou R de la manette), les actions de Buster sont somme toute assez limitées: il pourra marcher, sauter, et faire des pirouettes dont il a le secret pour se débarrasser de ses ennemis… et c’est à peu près tout. La vie de notre lapin vedette est quant à elle matérialisée par des coeurs situés au-dessus de la jauge «dash». Buster pourra récupérer des coeurs ou en augmenter le nombre grâce à des statuettes en forme de carottes disséminées aux quatre coins des niveaux.

Tiny Toon Adventures Buster Busts Loose Super Nintendo screenshot 03Dès les premières minutes de jeu, vous constaterez rapidement que Tiny Toon Adventures mise beaucoup sur l’alternance des actions «marcher» et «courir» de Buster, tout en faisant aussi appel à votre dextérité au pad. Et comme dans de nombreux jeux de plate-forme, les ennemis et les différents pièges sont tout le temps aux mêmes endroits: vous devrez donc apprendre de vos erreurs et utiliser les bons timings pour avancer. On est donc, au final, en présence d’un gameplay la plupart du temps très classique, avec un Buster qui saute au-dessus des obstacles et qui élimine ses ennemis. Je dis bien «la plupart du temps», parce que les développeurs de Konami ont quand même intégré plusieurs mini-jeux très sympathiques, qui sont autant de «récompenses» à chaque fois que vous terminerez un stage. Dans la pratique, vous devrez tout d’abord actionner une roue représentant les visages de tous nos mini-héros, chacun étant associé à un mini-jeu au cours duquel vous pourrez gagner des 1up. Parmi ces mini-jeux, on trouvera notamment un puzzle, un jeu de bingo, un labyrinthe, un jeu de squash, etc.

Tiny Toon Adventures Buster Busts Loose Super Nintendo screenshot 04Mis à part les statuettes de carottes citées plus haut, vous trouverez aussi tout au long des niveaux des items permettant de gagner des vies (les têtes de Buster, très rares), de rebooster votre jauge «dash», ou encore de vous rendre invincible un court instant. Tiny Toon Adventures reprend aussi à son compte un système identique à celui des pièces dans Mario, sauf qu’ici, ce sont des étoiles que vous devrez ramasser. Elles apparaîtront le plus souvent après l’élimination des ennemis. Pour gagner une vie supplémentaire, vous devrez en collecter 100. Je peux vous assurer que c’est loin d’être évident, vu que les ennemis ne laissent bien souvent qu’une seule étoile. Pour contrebalancer cet aspect du jeu, Konami a quand même prévu des «continue», dont le nombre variera en fonction de la difficulté choisie dans les options (nombre illimité si vous jouez en mode «children», 5 en mode «normal» et 3 en mode «challenge»). C’est toujours ça de gagné.

Une réalisation sans fausse note

Tiny Toon Adventures Buster Busts Loose Super Nintendo screenshot 05Les consoles 16 bits, et la Super Nintendo en particulier, étaient capables de restituer fidèlement l’univers d’un dessin animé. Il suffit, pour s’en convaincre, de voir le nombre de jeux mettant en scène les héros de Disney sur les différentes consoles de l’époque. Et pour le jeu qui nous intéresse, les développeurs de Konami n’ont donc pas éprouvé de grandes difficultés pour reproduire à l’identique les décors et les personnages de la série des Tiny Toon. Le jeu a comme qualité première de proposer un grand nombre d’environnements différents parfaitement réalisés et qui auraient tout à fait leur place dans la série animée. Buster Bunny traversera les couloirs de la Looniversité, visitera la cantine, poursuivra Maxou sur un train, se baladera dans une maison hantée, participera à un match de foot US, sautera de ballon en ballon dans le ciel, etc. Le final du jeu réserve aussi son lot de surprises, avec sa version «remaniée» pour l’occasion de la Guerre des Étoiles (mais je ne vous en dis pas plus). Quoi qu’il en soit, pour chacun des décors, on retrouve la «patte» propre à la série, et c’est bien là l’essentiel. En outre, la présence des mini-jeux à la fin de chaque stage apporte encore un peu plus de variété à un jeu au challenge déjà fort intéressant à la base. Le joueur n’aura donc pas le temps de s’ennuyer.

Tiny Toon Adventures Buster Busts Loose Super Nintendo screenshot 06Les animations sont tout aussi exemplaires, à tel point que l’on se croirait presque devant un dessin animé. Buster ne tient pas en place et se dandine quand il avance. Même constat pour les ennemis, qui, même s’ils n’ont pas des animations aussi décomposées, se déplacent très bien quand même. Malgré la taille assez conséquente des sprites et la vitesse de déplacement de Buster quand il court, l’animation ne saccade jamais, probablement en raison du fait qu’il n’y a jamais énormément de sprites simultanément à l’écran. Les musiques du jeu sont exceptionnelles et bien dans l’esprit de la série. On y retrouvera, en bonne position, les thèmes principaux de la série TV avec différents arrangements en fonction des niveaux, ainsi que d’autres morceaux plus conventionnels. Les bruitages sont tout aussi stylés et achèvent de vous plonger dans l’ambiance cartoon du jeu.

Tiny Toon Adventures Buster Busts Loose Super Nintendo screenshot 07Concernant la difficulté, vous pourrez la déterminer dès l’écran-titre, dans le menu des options. Vous aurez le choix entre les modes «children» (facile), «normal» et «challenge» (difficile). Mais sachez cependant que si vous jouez en mode «children», vous passerez à côté de plusieurs parties du jeu (certains sous-niveaux ne seront pas présents et il y aura certains boss en moins). Autre particularité du mode «children»: c’est le seul qui utilise le système de mots de passe pour votre progression dans le jeu. Dès lors, un seul mot d’ordre si vous voulez profiter convenablement du jeu: choisissez le mode «normal» ou «challenge», d’autant plus que le jeu en lui-même ne présente pas une difficulté insurmontable.

En conclusion

Avec son challenge intéressant et son ambiance unique, Tiny Toon Adventures est le genre de soft qui plaira à coup sûr à tous les joueurs, débutants ou expérimentés. Avec comme belle récompense pour ces derniers, l’apparition de contenu supplémentaire dans les modes «normal» et «challenge». La réalisation technique atteint aussi des sommets, avec des graphismes et des musiques qui reproduisent fidèlement l’atmosphère propre à la série animée. On regrettera juste que les niveaux soient parfois un peu courts, ainsi que l’absence d’un mode 2 joueurs qui aurait pu s’avérer très fun. Mais on ne peut pas toujours tout avoir, et Konami nous livre quand même ici un très grand jeu d’action/plate-forme.

Note Finale
Technique – 9 /10

Des graphismes que l’on croirait tirés du dessin animé, un Buster qui ne tient pas en place, et des ennemis originaux et variés. La 16bit de Nintendo parvient à afficher tout ce petit monde sans le moindre ralentissement. Un régal.

Musique – 8 /10

On reconnaît sans peine les thèmes originaux de la série, auxquels viennent s’ajouter d’autres compositions plus conventionnelles. Les bruitages sont tout aussi excellents. On en attendait d’ailleurs pas moins pour l’adaptation d’un dessin animé.

Gameplay – 8 /10

Un nombre restreint d’actions possibles pour Buster, et par conséquent, des commandes qui s’appréhendent très rapidement. On saisit aussi très vite l’utilité de la jauge "dash" et des différents items. Tiny Toon Adventures devrait donc convenir à une très large majorité des joueurs.

Durée de vie – 7 /10

Les niveaux sont finalement assez courts, et la difficulté du jeu n’est pas insurmontable. En s’appliquant, il y a moyen de finir le jeu assez rapidement. Essayez d’éviter le mode "children/facile", au risque de passer à côté d’une bonne partie du jeu.

Innovation – 6 /10

Hormis la jauge "dash" (au demeurant très bien exploitée), on retrouve toute une série d’éléments déjà présents dans de nombreux jeux de plate-forme/action (étoiles à collectionner, items pour regagner de la vie…). Rien de vraiment innovant donc, mais des mécanismes qui ont fait leurs preuves, auxquels viennent s’ajouter des mini-jeux tout à fait plaisants.

En résumé
Une ambiance unique, une réalisation qui atteint des sommets : Konami a tout compris !
8
Très bon

Infos Pratiques
Développé par Konami
Édité par Konami
Sorti le 18.12.1992 (Japon)
Sorti en 02.1993 (USA)
Sorti en 1993 (Europe)
action / plate-forme
1 seul joueur
Cartouche de 8Mb
Sauvegarde par mots de passe
Existe sur rien d’autre
Vous aimerez peut-être …
Earthworm Jim Go Go Ackman The Mask Ganbare Goemon : Yuki Hime Kyuushutsu Emaki Super Adventure Island Skyblazer GunForce Go Go Ackman 2
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page