Impossible n'est pas Mickey ?

Mickey’s Ultimate Challenge

Plus que tout autre genre, les jeux vidéo éducatifs ont souvent offert un étrange décalage. D’un côté, on trouve des parents désireux d’éveiller leurs enfants dans un cadre ludique ; de l’autre, des sociétés bien conscientes du marché à prendre, mais dont les productions ont toutes les peines à captiver leur auditoire plus de quelques minutes (pour les meilleures). Fort de sa notoriété, le plus célèbre des couples de rongeurs est-il capable de surmonter ces difficultés ?

Mickey's Ultimate Challenge (screenshot 01)Couple ? Eh oui, car comme le titre ne l’indique pas, Minnie pourra également être incarnée ! Quel que soit l’avatar choisi, l’histoire ne changera cependant pas d’un iota : en lisant un conte de fées qui prend pour scène le royaume de Beanwick, le héros songe à la vie trépidante qu’il mènerait en ce lieu. En s’endormant, il va même littéralement en rêver, et se retrouver ainsi projeté dans un environnement très médiéval… Manque de chance, le château local est secoué par de violents séismes dès son arrivée ! Sa nature curieuse va évidemment le pousser à en chercher l’origine pour sauver la contrée. Une aventure presque inédite pour Mickey, puisqu’elle semble s’inspirer vaguement du long métrage Coquin de Printemps (1947), et notamment la séquence “Mickey et le Haricot magique”. Ce fil conducteur ne sera de toute façon prétexte qu’à une succession d’énigmes, à en croire la boîte du jeu, “pleine d’action et qui remueront votre cerveau” !

Mickey's Ultimate Challenge (screenshot 02)Les six mini-jeux proposés offrent en tout cas une diversité certaine, avec en entrée une phase de plates-formes dans une bibliothèque aux livres très… remuants. Selon la difficulté choisie, l’objectif diffère : s’il suffit, en Easy, de réciter son alphabet en sautant sur les bonnes lettres, le mode Hard introduit une part de hasard en demandant au joueur de reconstituer un mot précis. C’est ensuite la réflexion qui sera de la partie par le biais d’un Soukoban-like sympathique, lors duquel la petite souris, victime malchanceuse d’un sort du magicien Donald, deviendra minuscule. Propulsé sur un échiquier, notre infortuné héros devra rompre le charme en poussant diverses potions à travers un portail.

Mickey's Ultimate Challenge (screenshot 03)Les capacités de mémorisation du joueur sont pour leur part testées à travers deux épreuves : la première consiste en un jeu d’association de paires, dans lequel Mickey joue les fées du logis en époussetant une série de tableaux. Attention, s’il échoue à révéler toutes les images de la salle avant que la lampe ne s’éteigne, il sera bon pour reprendre l’ouvrage du début ! Durant le second test, il s’agira d’aider Riri, Fifi et Loulou à actionner une pompe en reproduisant diverses combinaisons sur quatre interrupteurs. Mieux vaut s’armer d’un crayon et d’une feuille pour en venir à bout, car les séquences, d’abord très simples, se complexifient progressivement pour s’achever sur un enchaînement de dix boutons… Pas trépidant, mais on en vient assez vite à bout.

Mickey's Ultimate Challenge (screenshot 04)Le dernier objet à récupérer est l’occasion d’un jeu de déduction, avec un Mastermind-like orchestré par l’artisan Dingo. Atelier de travail oblige, les billes de couleur sont ici remplacées par différents outils (pelle, ciseaux, clé à molette…). Cette phase est malheureusement très bancale : là où le jeu de société original indiquait, à chaque tour, quels pions étaient correctement placés, il n’y a ici aucune indication sur les positions. À vous donc de deviner non seulement quels ustensiles sont les bons, mais aussi s’il faut ou non changer leur emplacement sur la grille ! L’exercice tourne ainsi au jeu de hasard, presque insurmontable puisque le joueur n’a droit qu’à sept essais et que la combinaison à reconstituer est réinitialisée à chaque partie.

Mickey's Ultimate Challenge (screenshot 05)Cette gageure passée et une fois tous les items en votre possession, qu’en faire ? Les restituer à qui de droit, bien sûr : une chaussure de verre pour dame Daisy, un Dingot d’or pour lingot le forgeron (ou l’inverse), des lunettes pour le bibliothécaire aux yeux fatigués… et en route pour l’épilogue, non sans avoir au préalable résolu un casse-tête mélangé pour endiguer la cause de tous ces tourments (je ne sais pas pour vous, mais le côté “ludique” de ce type de puzzle m’a toujours échappé). Admirez la fin, rangez la cartouche dans sa boîte et mettez-la sur un site d’enchères (où je l’ai trouvé, enfouie au sein d’un lot d’une vingtaine de jeux).

Mickey's Ultimate Challenge (screenshot 06)Comme bien d’autres jeux ludo-éducatifs et malgré trois niveaux de difficulté, les raisons de revenir à Beanwick sont en effet bien faibles. Je doute d’ailleurs qu’un enfant puisse venir à bout du mode Challenging : il m’a par exemple fallu quatre essais pour réussir le jeu des paires, qui demande d’associer pas moins de trente-six images en un temps chichement compté ! Les autres épreuves sont mieux dosées (à l’exception notable du Mastermind, plus injouable que jamais pour les raisons évoquées plus haut), mais une chose est sûre : le jeu n’est sorti qu’aux Etats-Unis, et si votre chérubin a appris l’anglais en attendant son entrée en CP, nul doute qu’il se destine à des activités bien moins limitées que ce Mickey’s Ultimate Challenge

Note Finale
En résumé
La magie Disney opère plus ou moins, mais l’originalité, la rejouabilité et le français ont oublié de s’inviter dans le monde pas si féérique de Beanwick.
5
Moyen

Les + et les -
+ pas laid
+ bande-son sympathique
+ des mini-jeux éprouvés
- classique au possible
– difficulté pas toujours équilibrée
– une heure de jeu et au placard…
Infos Pratiques
Développé par Designer Software
Édité par Hi Tech Expressions
Sorti en 02.1994 (USA)
Pas sorti au Japon
Pas sorti en Europe
réflexion
1 seul joueur
Cartouche de 8Mb
Pas de sauvegarde
Existe sur Game Boy, Game Gear, Master System, Mega Drive
Voir aussi, les autres jeux Mickey de la Super NES
Encore + d’images
Vous aimerez peut-être
Lemmings Super Puyo Puyo Keeper Wario’s Woods Mario & Wario Super Gussun Oyoyo Kirby no Kirakira Kizzu Araiguma Rascal
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page