taito fait des étincelles

Lufia II : Rise of the Sinistrals

Après Lufia & The Fortress of Doom (Estopolis au Japon), personne n’attendait de suite à ce petit RPG bien mignon mais graphiquement dépassé par Final Fantasy IV. Cependant, à la surprise de tous, Taito édita un Lufia 2 en 1995. Qu’en est-il exactement? C’est ce que nous vous proposons de découvrir…

L’histoire…

Lufia II Rise of the Sinistrals Super NES screenshot 01Lufia 2 Rise of the Sinistrals, un titre qui sonne étrangement lorsque l’on a terminé le 1er volet. Qu’en est-il exactement? Après une petite scène où l’on voit des êtres qui n’ont rien d’humain parler de l’approche de “l’heure du jugement” avec la Dual Blade, l’histoire part vers un petit village paisible nommé Elcid. Vous commencez le jeu en tant que Maxim (tiens donc, où ai-je déjà entendu ce nom?), un guerrier aux cheveux rouges qui exerce la profession de tueur de monstres (et oui, il faut bien vivre). Après un rapide entraînement dans une grotte avec un vieil homme du village, Maxim retourne en ville pour un dîner avec Tia, la propriétaire de l’unique boutique du coin, qui lui suggère d’abandonner son métier dangereux pour celui de propriétaire de magasin à ses côtés. Hélas pour la pauvre Tia, Maxim est un guerrier avant tout, et après une petite scène où le dîner est raté (ben oui, le poisson était pas bon), Maxim décide d’aller faire un tour pendant que Tia prépare du thé.

Lufia II Rise of the Sinistrals Super NES screenshot 02Se promenant dans le village, notre chasseur de monstres entend des villageois parler de monstres ayant pris possession de l’unique passage permettant d’accéder au reste du continent. Conscience professionnelle avant tout, notre héros se rend donc au passage en question et décime facilement les monstres, mais il n’est pas au bout de ses surprises. Une femme ici dans cette caverne?! Mais que fait-elle là? Telles sont les questions que se pose Maxim tandis que la mystérieuse Iris lui révèle qu’une grande destinée l’attend. Avant que Maxim ne comprenne quoi que ce soit, la mystérieuse Iris disparut et c’est ainsi que l’aventure commence… Si l’histoire met du temps à se mettre en place, elle ira de rebondissements en rebondissements et ceux qui auront terminé Lufia 1 seront curieux d’en savoir plus sur la longue bataille qui a précédé l’intro de l’épisode 1.

Un nouveau système de jeu

Lufia II Rise of the Sinistrals Super NES screenshot 03Après un système de combats “trop” ordinaire, voire lassant, dans le premier épisode (en raison de la fréquence de rencontres aléatoires un peu élevée), Lufia 2 a totalement changé de système. En effet, les rencontres aléatoires ne se feront plus que sur la carte du monde et figurez-vous une chose… la fréquence est largement moins grande que chez son grand frère!! La grande différence réside dans les (nombreux) donjons que vous devrez parcourir dans le but de récupérer divers items, voire sauver divers personnages. En effet, au sein des cavernes et autres bâtisses, vous verrez les ennemis se diriger vers vous, mais n’ayez crainte, ils ne se bougent qu’en fonction de VOS déplacements. Cela permet, entre autre, d’éviter bon nombre de combats voire même d’utiliser les mouvements des ennemis pour progresser. Ce système vous rappelle quelque chose? Et oui, il va sans dire que le système de donjons ressemble étrangement à celui de The Legend of Zelda, même si il est moins développé.

Lufia II Rise of the Sinistrals Super NES screenshot 04En effet, Maxim dispose de nombreux items tel que les bombes ou encore l’épée pour pouvoir progresser dans les donjons. Concernant les combats, ceux-ci se déroulent de façon similaire à l’épisode 1, c’est-à-dire à l’aide d’un menu iconique compréhensible par n’importe qui. Il est également possible de se faire assister par un des 8 “capsule monsters” que vous devrez trouver tout au long du jeu (“Attrapez-les tous!!”). Quant aux magies, on est loin de FF7 mais le tout reste assez agréable dans l’ensemble. Lufia 2 innove surtout par l’introduction d’une petite barre qui monte chaque fois que vous vous faites frapper, et qui, selon son degré de remplissage, permet de déchaîner un coup spécial (ça vous rappelle quelque chose? Squaresoft, copiteurs!!!). En tout cas, une bonne innovation.

Une bande-son rythmée

Lufia II Rise of the Sinistrals Super NES screenshot 05Un des points forts de Lufia 2 est la musique qui colle parfaitement à l’ambiance. En effet, tantôt tragiques tantôt entraînantes, il y a du progrès par rapport au premier volet, même si on sent d’autant plus l’inspiration d’un Final Fantasy par-ci et d’un Ys par-là. Bref, des BGM’s à écouter absolument, car elles valent même certains jeux de nos jours.

Des graphismes améliorés

Lufia II Rise of the Sinistrals Super NES screenshot 06Même si on ne peut pas comparer Lufia 2 aux jeux de nos jours, il faut reconnaître que Taito a fait un très gros progrès en matière de graphismes. Si les personnages aux couleurs flashy pouvaient plaire à certains fans du volet 1, ils sont ici grandement améliorés et pourraient même être comparés à Seiken Densetsu 3. À croire que Taito a finalement embauché du personnel compétent pour faire ses tiles. Quant aux différentes villes, il suffit de regarder les travaux d’ombres et de reflets pour voir que les graphistes n’ont pas fait la sieste. De même, pour la carte du monde, on notera l’utilisation du mode 7 (et oui comme Final Fantasy VI). Bref, Lufia 2 a su allier des graphismes plus qu’améliorés à des BGM’s qui collent parfaitement et un scénario inédit à l’époque qui précède celui de Lufia 1.

En conclusion

Un jeu à essayer, que l’on soit débutant ou non si ce n’est pas déjà fait.

Note Finale
Qualité visuelle – 7 /10

Une très grande amélioration par rapport au premier volet. Les graphismes ne sont pas extraordinaires mais sont dans la bonne moitié des graphismes RPG de la Snes.

Qualité sonore – 8 /10

Une bande-son entraînante, avec du rock par-ci, des musiques un peu plus tristes par-là. En tout cas, les BGM’s collent parfaitement au scénario.

Background – 8 /10

Un scénario qui précède celui du premier volet, mais une histoire captivante, tout comme pour son grand frère. On rencontrera ici plusieurs personnages que l’on avait pas vu dans le prologue du volet 1, mais ceux qui auront fait le 1er volet avant le 2ème sauront à quoi s’attendre et connaîtront une partie de la fin.

Interface – 8 /10

Une interface toujours aussi simpliste. Lufia 2 fait partie de la gamme des RPG’s idéaux pour les débutants. Le menu iconique est plus beau que son grand frère, et tout est expliqué dans le jeu.

Durée de vie – 8 /10

Une assez bonne durée de vie pour ce second volume. En effet, l’introduction d’un donjon dont les 100 étages sont générés de façon aléatoire chaque fois qu’on y rentre et les quelques mini-quêtes introduites donnent à ce second volet une durée de vie largement supérieure à son prédécesseur. En outre, l’amélioration graphique et le côté un peu Zelda (radar à trésor, bombes) font qu’on aurait bien envie d’y rejouer une 2ème fois.

Gameplay – 9 /10

Un jeu qui présente de multiples intérêts, tant pour les amateurs de Zelda que pour les amoureux du RPG à la Dragon Warrior. On suit la progression de l’histoire avec toujours l’envie d’en savoir plus.

En résumé
Gros progrès sur toute la ligne pour Taito : Lufia II s’impose comme un très bon RPG.
8
Un hit !

Infos Pratiques
Développé par Neverland Co. Ltd
Édité par Natsume
Sorti le 24.02.1995 (Japon) (1) (*)
Sorti en 08.1996 (USA)
Sorti en 1996 (Europe) (2) (*)
RPG
1 seul joueur
Cartouche de 32Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe sur rien d’autre
(1) appelé «Estpolis Denki II» au Japon
(2) appelé «Lufia» en Europe
(*) édité par Taito au Japon et en Europe
Voir aussi, dans la même série
Vous aimerez peut-être …
Earthbound Slayers Kouryuu Densetsu Villgust : Kieta Shoujo Star Ocean Aretha : The Super Famicom Breath of Fire Monstania Chrono Trigger
Crédits
Version originale du test sur RPGamers-fr.com.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Dreamer.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page