agréable mais archi-classique

Breath of Fire

Premier volet de la saga RPG de chez Capcom, Breath of Fire sortit en 1994 et rencontra un relatif succès. Le jeu était un RPG archi-classique, mais un certain charme s’en dégageait, et permit à la saga de se faire un nom dans le domaine des RPG nippons.

Héros sans famille

Breath of Fire Super NES (screenshot 01)Vous incarnez un jeune guerrier d’un village (vous devez le nommer, pas encore de nom Ryu à l’époque) qui abrite les héritiers de la race des dragons de la lumière. Craignant, à tort, leurs pouvoirs (ceux-ci les ayant abandonnés il y a fort longtemps), l’armée du dragon noir décide de réunir son armée afin de réduire en cendre le village. Comprenant que le village ne peut affronter cette armée, la magicienne du village, Sara, pétrifie tous les habitants du village et va combattre l’armée… Son sacrifice ne fut pas vain et les habitants ne furent pas brûlés, ni repérés. Mais lorsque ceux-ci recouvrèrent leurs esprits, ils durent se rendre à l’évidence: ils devaient changer de lieu de vie. C’est ainsi que le jeune héros part seul à l’aventure explorer son monde… Mais peut-il être le guerrier légendaire dont parle la prophétie?

Pas mal techniquement

Breath of Fire Super NES (screenshot 02)Après ce prologue, vous vous retrouvez sur la carte du monde. Les graphismes de la carte sont bien détaillés et très colorés. Le reste du jeu est du même acabit, c’est-à-dire exploitant correctement la Super NES (même si y a bien plus beau). Les sprites sont très jolis, les ennemis en combat bien réalisés. Les quelques animations d’attaque sont bien décomposées et les magies sont visuellement assez belles. Le jeu a certes vieilli graphiquement dans l’ensemble, mais ne choque tout de même pas. Au niveau du son, par contre, la qualité du son est assez bonne pour de la Super NES et les mélodies sont vraiment pas mal, certaines sont même superbes (notamment les thèmes de carte et surtout le thème “Sara” qui est magnifique).

Capcom, monsieur classicisme

Breath of Fire Super NES (screenshot 03)Concernant le système de jeu, on est face à un RPG archi-classique comme je l’ai dit dans l’intro. On a donc une alternance de combats, de villages et de lieux. Les combats se présentent sous la forme originale d’une vue de 3/4 et se jouent au classique tour par tour. Les instructions (attaques, défense, objets…) se font par icônes: c’est bien percutant comme système (je ne le dirais jamais assez). Idée innovante à l’époque: vous verrez la barre de vie d’un type d’ennemi après l’avoir tué au moins une fois (depuis, bien sûr, on a revu ça dans tous les Breath of Fire). Lors des combats, vous pourrez avoir jusqu’à 4 persos dans votre équipe, et vous devrez souvent en mettre sur la touche.

Breath of Fire Super NES (screenshot 04)Chaque perso possède ses propres attaques et skills, ce qui sera utile pour débloquer certains passages (l’archer peut chasser sur la map, la taupe peut creuser, etc.). Un des points essentiels des Breath of Fire est la faculté du héros à se morpher en différents dragons. Vous avez les classiques dragons de feu, de glace, éclair… Il faudra trouver les temples à travers toute la carte où ces pouvoirs sont scellés. À noter que le jeu est loin d’être linéaire, et il faudra souvent chercher où il faut se rendre (il y a une assez grande liberté laissée au niveau des déplacements sur la carte).

Trop de combats

Breath of Fire Super NES (screenshot 05)Hélas, il y a trop de combats et cela devient vite pénible (vous me direz, c’est souvent le cas sur 16 bits, mais c’est encore au-dessus de la moyenne). Le scénario est assez recherché mais trop classique. Vous serez amené à voyager dans des lieux très variés, passant du désert à une excursion dans les profondeurs des océans… Dommage qu’on se fasse parfois un peu chier: certaines énigmes vous amènent à faire des tonnes de combats, et de très nombreux aller retour d’un lieu à l’autre ramènent le premier défaut en premier plan. C’est vraiment le point faible du jeu.Vous en aurez pour une bonne trentaine d’heures pour le finir, alternant le plaisir et la corvée.

En conclusion

Breath of Fire, c’est du classique de chez classique. Mais du classique efficace, et on passe finalement un bon moment en compagnie de Ryu et de Nina, pour le précurseur de cette saga culte. Un bon apéritif avant de faire le 2.

Note Finale
Technique – 7 /10

Un soft qui exploite correctement la Super NES, avec des sprites très jolis, des ennemis en combat bien réalisés, et des magies visuellement assez belles. Les graphismes de la carte sont bien détaillés et très colorés.

Bande-son – 8 /10

Du bon boulot : les mélodies sont vraiment pas mal, et certaines sont même superbes (notamment les thèmes de la carte et le thème "Sara").

Scénario – 8 /10

Un scénario assez recherché mais trop classique. On regrettera certaines énigmes qui amènent à faire des tonnes de combats et de très nombreux aller-retour d’un endroit à l’autre.

Durée de vie – 8 /10

Une bonne trentaine d’heures pour finir le jeu. C’est plus qu’honnête.

Gameplay – 7 /10

BoF est archi-classique, avec une alternance entre villages, lieux et combats. Ces derniers -bien trop fréquents- ont une vue originale de 3/4 et se déroulent au tour par tour. Le jeu propose aussi des idées bienvenues, dont notamment le système d’icônes pour les menus, ou encore la possibilité pour le héros de morpher en différents dragons.

En résumé
Sa suite est plus marquante, mais dans la catégorie RPG classique, Breath of Fire fait mieux que se défendre.
7
Bon

Infos Pratiques
Développé par Capcom
Édité par Capcom
Sorti le 03.04.1993 (Japon) (1)
Sorti en 08.1994 (USA)
Pas sorti en Europe
RPG
1 seul joueur
Cartouche de 16Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Game Boy Advance
(1) aussi appelé «Breath of Fire: Ryuu no Senshi» au Japon
En vidéo
Consultez une sélection de vidéos en rapport avec ce jeu.
Voir aussi, dans la même série
Vous aimerez peut-être …
Slayers Romancing SaGa 3 Monstania Rudora no Hihou Tengai Makyou Zero Star Ocean Earthbound Emerald Dragon
Crédits
Version originale du test sur Legendra.com.
Repris sur la MdP avec l'autorisation de Medion.
Illustrations en provenance du site Gamefaqs.com.
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page