leçon de plate-forme, par nintendo

Super Mario World

Difficile d’éviter les lieux communs et les superlatifs quand on aborde le test de Super Mario World, le tout premier Mario débarqué sur console 16 bits. Tous ceux qui s’intéressent un tant soit peu aux jeux vidéo connaissent ce titre. Digne successeur de Super Mario Bros 3 (qui exploitait la bonne vieille NES à du 150%), ce chef-d’oeuvre signé Nintendo a rempli son rôle à la perfection: donner envie de posséder une Super NES à tout prix!!!

La princesse Toadstool a été enlevée: what a surprise !

Super Mario World Super Nintendo screenshot 01À la fin de Super Mario Bros 3, Mario et Luigi sont parvenus à sauver le royaume Champignon d’un funeste destin. Et afin de prendre un repos bien mérité après toutes ces péripéties, ils s’envolent vers Dinosaur Land en compagnie de la princesse Toadstool. Mais leurs vacances seront de courte durée puisque cette gourde de princesse parvient à nouveau à se faire kidnapper, cette fois-ci par des tortues monstrueuses. Nos deux héros partent donc à sa recherche, et c’est à ce moment-là qu’ils découvrent un oeuf renfermant… Yoshi! Après les présentations de rigueur, le petit dino vert leur explique que ses congénères ont été enfermés dans des oeufs par des tortues ressemblant comme deux gouttes d’eau à des Koopas. Pas de doute possible dans l’esprit de nos héros: Bowser est certainement derrière tout ça! Voilà donc Mario, Luigi et Yoshi en route pour sauver la princesse et les dinos des griffes de Bowser !

Des items de folie et un Mario super agile

Super Mario World Super Nintendo screenshot 02Shigeru Miyamoto s’était déjà surpassé sur Super Mario Bros 3, le dernier volet paru sur NES, avec un titre plate-forme qui proposait un gameplay plus que profond (le minimum syndical pour un Mario…) et qui renfermait, comme à chaque fois, de très nombreux passages secrets, astuces, et autres items en tout genre. Avec Super Mario World, on redescend un peu sur Terre avec cette fois, il est vrai, moins d’items, mais ceux-ci sont tout aussi efficaces et innovants. Ils se gèrent aussi de manière très simple et intuitive, avec pour tout inventaire la présence, en haut de l’écran de jeu, d’un petit cadre bleu. Celui-ci va contenir un item de réserve ramassé au préalable dans le niveau, et que vous pourrez libérer à tout moment en appuyant sur le bouton «select». L’item descendra alors du haut de l’écran et ce sera à vous de l’attraper, sinon il sera tout simplement perdu. Si Mario se fait toucher par un ennemi, l’item en réserve est également libéré, mais cette fois, de manière automatique. Dans le cadre de ce test, nous allons uniquement nous attarder sur les principaux items rencontrés dans Super Mario World.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 03Parmi les plus connus, il y a tout d’abord les célèbres «Super Champignons» (qui permettent à Mario -petit- de devenir Super Mario) ainsi que les fleurs de feu (une fois en Mario-Feu, notre plombier moustachu lancera des boules de feu qui -nouveauté de cet opus- transformeront les ennemis en pièces). Vient ensuite l’item le plus mémorable introduit par ce nouvel épisode: la Plume. En l’attrapant, Mario se transforme en Mario-Cape et peut, après avoir pris suffisamment d’élan, s’envoler. Une fois dans les airs, il pourra monter et descendre en tenant sa cape (ça demande un peu d’habitude, mais c’est tout à fait réalisable pour le joueur lambda). Plutôt que d’atterrir en douceur, Mario pourra aussi, avec ce déguisement, faire un plongeon en direction du sol (ce qui supprimera tous les ennemis présents à l’écran).

Super Mario World Super Nintendo screenshot 04En marge de l’item Plume, notre héros aura aussi la possibilité de flotter dans les airs tel un ballon de baudruche grâce à l’item «ballon de puissance», marqué d’un P. Mais contrairement à la plume, son effet est limité dans le temps. Notez aussi que, contrairement à ce qui se passait dans les épisodes précédents, la transformation de Mario en Mario-Feu ou Mario-Cape peut ici se faire en une seule étape (de Mario à sa forme déguisée), et non pas en prenant un super champi suivi d’une fleur de feu par exemple. Du côté des vies, on trouve le classique champignon 1up qui octroie une vie supplémentaire, et l’item Lune qui vous en donnera 3 d’un coup.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 05Mais le jeu, très généreux dans l’octroi des vies, comporte d’autres manières d’en récolter. Ainsi, à la fin de chaque niveau se trouve un «portail géant mobile» le long duquel une ligne épaisse se déplace de haut en bas et de bas en haut. Le but, pour vous, sera d’essayer de choper la ligne horizontale en passant le portail, ce qui vous donnera des points étoiles. Une fois que vous en aurez 100, vous aurez accès à un petit stage bonus au cours duquel vous pourrez gagner des vies supplémentaires. Un autre bon moyen d’obtenir une vie supplémentaire consiste aussi à retrouver les 5 pièces Yoshi éparpillées dans chacun des niveaux (une vie en plus) ou de ramasser les innombrables pièces jaunes présentes dans tout le jeu (100 pièces donnent une vie supplémentaire).

Super Mario World Super Nintendo screenshot 06Avant de perdre une vie, dans les moments trop chauds, vous aurez peut-être la chance de tomber sur une «étoile», qui aura pour effet de rendre Mario invincible pendant un temps limité. Classique mais efficace. On va en rester là pour les items. Il y en a encore quelques autres, que je vous laisse le soin (si ce n’est déjà fait) de découvrir. Comme vous pouvez le voir, leur liste n’est pas pléthorique, mais chacun d’entre eux est utilisé de manière très efficace dans le jeu, notamment grâce à une construction géniale et minutieuse des niveaux (voir plus bas).

Super Mario World Super Nintendo screenshot 07Face à ses adversaires Koopas ou autre, Mario pourra, comme dans les épisodes précédents, leur sauter sur la tête, ou encore, quand l’occasion se présente, s’emparer d’une carapace vide pour la relancer en direction des ennemis. Il pourra aussi prendre en main d’autres items (clés, trampoline, petit interrupteur ou petit Yoshi coloré). Comme nouveau mouvement, via le bouton A du pad, il pourra aussi réaliser un «saut tournoyant». Moins efficace que le saut normal, il permet cependant de détruire les blocs jaunes par le dessus (pratique pour accéder à des items, tuyaux et autres passages en fonction de la configuration du niveau), ou de supprimer d’un seul coup la plupart des ennemis.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 08Certains ennemis coriaces ne pourront d’ailleurs être supprimés que via cette méthode. Accessoirement, ce nouveau saut est également utilisé pour descendre de Yoshi quand Mario l’utilise comme monture. Enfin, toujours parmi les nouvelles possibilités de mouvements dont Mario est doté, on peut encore citer celle qui permet au plombier de s’agripper aux grillages présents dans certains niveaux: avec un coup de poing bien placé, notre plombier pourra alors supprimer les Koopas qui se baladent de l’autre côté dudit grillage, en leur faisant lâcher prise. De la même manière, à certains endroits où le grillage peut pivoter, il pourra passer lui-même à l’arrière du grillage.

Moi plombier, toi Yoshi

Super Mario World Super Nintendo screenshot 09Difficile de passer à côté de la «big» nouveauté de cet épisode 16 bits, à savoir l’apparition de Yoshi, qui va non seulement servir de canasson et de protection à Mario, mais aussi enrichir un gameplay déjà plus que complet, grâce aux différentes aptitudes supplémentaires offertes par le petit dino vert (et par la suite, plus loin dans le jeu, par ses autres congénères colorés). Ayant un appétit énorme, il pourra engloutir différents items, dont les clés (pour les passages secrets), les baies (au bout d’un certain nombre de baies avalées, Yoshi pond un oeuf contenant un item aléatoire) et surtout la plupart des ennemis.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 10Par extension, en avalant une carapace de Koopa, différents effets pourront se produire lorsque Yoshi la recrachera/la gardera en bouche, ceci en fonction de la couleur de ladite carapace. Si elle est verte, elle servira juste de projectile, glissant sur le sol pour choper les ennemis se trouvant sur sa route. Avec une carapace rouge, Yoshi recrachera trois boules de feu. Avec une carapace jaune en bouche, quand notre dino retombe au sol après un saut, il soulèvera un nuage de poussière (mortel pour les ennemis proches). Et enfin, avec une carapace bleue, deux petites ailes blanches lui permettront de voler dans les airs pendant un temps limité.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 11Mais ce n’est pas tout, puisque Yoshi a aussi des potes disséminés dans Dinosaur Land et qui, eux, sont de couleur autre que le vert. On les trouve à chaque fois sous la forme de tout petits Yoshi, et Mario devra se débrouiller pour leur donner cinq ennemis ou autres éléments à manger. Ils prendront alors leur taille adulte et pourront être utilisés de la même manière que ce bon vieux Yoshi vert. Ici, la couleur du dino va déterminer le pouvoir qu’il aura, quelle que soit la carapace qu’il avalera: le Yoshi rouge crachera des boules de feu, le bleu pourra voler dans les airs, et le jaune soulèvera un nuage de poussière en retombant sur le sol après un saut.

Dinosaur Land est immense: heureusement qu’il y a une carte!

Super Mario World Super Nintendo screenshot 12Les Mario sont réputés pour renfermer de nombreux secrets en tout genre, et Super Mario World ne fait pas exception à la règle. Vous aurez une vue d’ensemble de votre parcours à travers Dinosaur Land grâce à la carte générale qui comprend sept grandes zones à explorer. Chacune est chapeautée par un des enfants de Bowser, que vous devrez impérativement vaincre pour accéder à la zone suivante. Au sein de chaque zone, on trouvera différentes sortes de niveaux: ceux marqués d’un point jaune (ils n’ont qu’une seule sortie), ceux marqués d’un point rouge (avec deux sorties différentes: soit deux sorties normales -entendez par là, avec portail mobile-, soit une sortie normale et une sortie secrète à ouvrir avec une clé), les «maisons fantômes» (ou ghost house, dont la sortie est moins évidente à trouver), le château du boss, etc.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 13Il faut aussi mentionner un certain nombre de niveaux cachés, dont les fameux «Switch Palaces» (au nombre de quatre) qui sont associés à quatre couleurs (jaune, rouge, bleu vert). Leur intérêt? En activant l’interrupteur qui s’y trouve, tous les blocs en pointillé se trouvant dans les niveaux sont remplacés par des blocs pleins (ceci pour une couleur donnée). Et vu qu’ils sont souvent placés stratégiquement, le fait de leur présence (en plus des blocs habituels) vous facilitera très souvent la tâche. Le jeu comporte en tout 74 niveaux, pour 96 «sorties» différentes (ce sont elles qui sont mentionnées à côté de votre sauvegarde). Autant vous dire qu’il vous faudra un certain temps avec de boucler Super Mario World. Je me souviens qu’à l’époque de sa sortie, en jouant de manière acharnée, j’avais mis deux semaines pour en venir à bout. Et encore, je ne l’avais pas terminé à 100%. De toute façon, vu que c’est un classique, terminé à 100% ou pas, vous y reviendrez à chaque fois avec le même plaisir. C’est un signe qui ne trompe pas.

Et la technique dans tout ça ?

Super Mario World Super Nintendo screenshot 14En tant que tout premier jeu d’une nouvelle console, Super Mario World aurait pu montrer des lacunes ou des faiblesses dans sa réalisation. Mais ce serait très mal connaître le talent de Nintendo et de l’équipe de Miyamoto. Pour faire simple, on dira juste que les thèmes chers au monde de Mario se retrouvent ici déclinés de fort belle manière, qui plus est, à la sauce 16 bits. Mario traversera des décors aussi colorés que variés, dont les thèmes constituent désormais les standards du genre «plate-forme» (forêt, décors volcaniques avec lave, grottes, niveaux aquatiques, niveaux dans les nuages…). Tout ce petit monde a été entré au chausse-pied dans une cartouche de 4Mb, avec des animations simples mais invariablement fluides, et une maniabilité «zéro défaut» dont seul Nintendo a le secret.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 15Super NES oblige, des effets spéciaux propres à la console ont été ajoutés pour pimenter le jeu, mais jamais dans l’optique de faire le show à outrance ou de jeter de la poudre aux yeux du joueur. On peut citer, par exemple, l’effet de mosaïque sur la carte générale (qui marque la transition d’un écran à un autre), de jolis effets de transparence (dans les maisons fantômes notamment), ou encore le zoom sur le sprite de Bowser lors du combat final (un moment inoubliable pour tous les joueurs de l’époque). Il serait également impardonnable de passer outre les musiques du jeu, devenues tout simplement cultes. Signées par Koji Kondo, elles sont entraînantes, reconnaissables entre mille et tout simplement imparables. On en vient même à les fredonner, sans jamais se lasser. Un régal pour les oreilles.

Super Mario World Super Nintendo screenshot 16Surtout que les effets sonores sont de la même trempe, bien aidés par un chip sonore permettant des effets audio totalement inédits pour l’époque (comme, par exemple, l’effet d’écho ou de réverbération du son dans les grottes et cavernes). C’est le genre de détails tout bêtes qui apporte énormément en terme d’ambiance. Sur le plan strictement technique, on peut donc affirmer sans hésitation aucune que Super Mario World joue sur tous les fronts en étant à la fois une véritable démo des capacités de la console (ce qui est normal, vu que c’est le premier jeu sorti dessus, on l’attendait forcément au tournant…) mais surtout un formidable hit intemporel qui va convertir des millions de fans à la cause de Nintendo. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, sur de nombreux marchés, le jeu sera vendu en bundle avec la Super Nintendo.

En conclusion

Peu de constructeurs peuvent se vanter de fournir directement un méga hit à leur nouvelle console. Seul Nintendo y est parvenu jusqu’à présent (avec ses consoles 8 et 16 bits). Généralement, il faut attendre une bonne année avant de voir apparaître des titres véritablement innovants qui exploitent à fond leur support. Avec Super Mario World, la firme du petit plombier a non seulement suscité un engouement énorme auprès des joueurs… mais aussi chez les éditeurs, qui se sont bousculés pour produire des jeux sur la nouvelle console. En conclusion, dire que vous DEVEZ posséder ce titre est un doux euphémisme: avec le temps, Super Mario World est devenu un classique du jeu vidéo, au même titre que The Legend of Zelda ALLTP, Yoshi’s Island… et beaucoup d’autres.

Note Finale
Technique – 9 /10

Mario réussit haut la main son passage sur console 16 bits. L’univers du petit plombier est assez simple graphiquement, mais très colorés, et plus important que toute autre chose: intemporel! L’animation des sprites et des différents éléments du jeu est relativement simple, et tout tourne rond.

Musique – 8 /10

C’est du Mario, avec ce que cela comporte de bruitages habituels pour la série et de musiques enjouées. Du tout bon, d’autant plus que la console est mise à contribution pour certains effets sonores inédits.

Gameplay – 9 /10

La série des Mario se caractérise par une prise en main immédiate qui conviendra au plus grand nombre, petits ou grands, jeunes ou vieux… ;o) Nintendo est un maître en la matière, et on a rarement fait mieux depuis.

Durée de vie – 9 /10

Super Mario World est long et prenant, avec ses dizaines de niveaux à traverser et ses nombreuses passages secrets et autres astuces à découvrir … Du bonheur à l’état pur.

Innovation – 8 /10

Aussi dense et génial que les épisodes précédents en terme de contenu, Super Mario World comportait suffisamment de nouveautés pour s’imposer comme le jeu de plate-forme ultime sur 16 bits. Ce qu’il fit dès sa sortie…

En résumé
Un classique que l’on ne présente plus : les premières aventures 16 bits de Mario sont devenues cultes !
9
Génial !

Infos Pratiques
Développé par Nintendo
Édité par Nintendo
Sorti le 21.11.1990 (Japon)
Sorti le 13.08.1991 (USA)
Sorti le 04.06.1992 (Europe)
plate-forme
1 à 2 joueurs
Cartouche de 4Mb
Sauvegarde sur la cartouche
Existe aussi sur Game Boy Advance
Voir aussi, les autres Mario de la Super NES
Vous aimerez peut-être …
Bonkers Dino Wars : Kyouryuu Oukoku e no Daibouken The Blues Brothers Flashback : The Quest for Identity Donkey Kong Country Yoshi’s Island : Super Mario World 2 Donkey Kong Country 2 : Diddy’s Kong Quest Donkey Kong Country 3 : Dixie Kong’s Double Trouble !
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page