action / plate-forme en mode very hard

Super Ghouls ‘n Ghosts

Forte de son succès immédiat sur le marché japonais, la Super Famicom a pu proposer très rapidement des titres exclusifs, dont Choh Makaimura (renommé Super Ghouls ‘n Ghosts chez nous), développé par Capcom. Véritable ode aux graphismes léchés, ce titre allait prouver aux quelques sceptiques de l’époque que la Super Famicom en avait dans le ventre, et par conséquent, qu’elle était LA console à posséder absolument…

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 01Choh Makaimura, rebaptisé Super Ghouls ‘n Ghosts en Occident, est tiré de la série des Ghosts ‘n Goblins, dont un premier épisode était sorti sur Famicom (NES). Par la suite, d’autres versions sont apparues sur différentes machines de l’époque dont la Mega Drive (Sega) ou la Supergraphx (NEC). Cependant, même si ces différentes déclinaisons étaient excellentes et ont obtenu un bon accueil de la part des joueurs, elles ne pouvaient pas tenir la comparaison face au titre qui nous intéresse aujourd’hui. N’ayons pas peur des mots : que ce soit sur le plan des graphismes, de la musique ou du challenge proposé, Choh Makaimura sur Super Famicom a littéralement enterré les versions précédentes, tout en permettant à Capcom de montrer très tôt ce dont il était capable sur la 16 bits de Nintendo.

Sire Arthur s’en va sauver sa belle

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 02La courte intro du jeu est on ne peut plus explicite et vous plonge directement dans l’ambiance. Elle vous montre l’enlèvement de la fiancée d’Arthur par un démon – avec un effet de zoom qui aura fait baver d’impatience plus d’un joueur… merci le mode 7 ! -. Vous vous retrouvez ensuite directement dans la peau d’Arthur et ce sont pas moins de sept niveaux parsemés d’embûches qui vous attendent. Le nombre de niveaux peut paraître faible, mais quand on connaît la difficulté du soft (je reviendrai sur ce point plus loin dans le test), on se dit que c’est, en fin de compte, amplement suffisant.

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 03Vous ne vous ennuierez pas une seconde en compagnie d’Arthur, tant les environnements des différents niveaux sont à la fois splendides et variés. Notre chevalier traversera des forêts, évoluera sur des bateaux fantômes ou se frayera un chemin dans des paysages tantôt enneigés, tantôt nettement plus “chauds”, parce que inondés de lave… Ce sont des décors somme toute “classiques” que l’on peut retrouver dans d’autres jeux, mais qui sont ici traités avec un goût certain. Les couleurs sont nombreuses et bien choisies, les graphismes des sprites et des décors sont très fins.

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 04Cette qualité se retrouve aussi dans les animations. Que ce soit pour Arthur ou les ennemis qui lui barrent la route, elles sont bien décomposées et participent au caractère unique du soft. Sur le plan sonore, Super Ghouls ‘n Ghosts s’en tire également très bien. Les musiques sont devenues au cours du temps, elles aussi, de véritables “classiques”. D’ailleurs, si le jeu possède une identité unique et une ambiance si particulière, c’est en grande partie grâce aux différentes compositions musicales qui sont idéalement adaptées à chaque niveau. Maintenant, si vous êtes bloqué pendant une heure au même endroit, je ne dis pas qu’elles ne vous taperont pas sur les nerfs :o)… mais en tout cas, elles sont une belle démonstration de ce que pouvait produire la Super Nintendo dans ce domaine.

Une aventure périlleuse

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 05Au début de chaque niveau, Arthur n’est équipé que d’une simple armure. S’il est touché par un projectile ennemi ou par un ennemi en personne, celle-ci vole en éclat et il se retrouve en caleçon (!). Cet accoutrement très “léger” fait partie des petites touches d’humour propres à la série. Si par la suite, notre chevalier se fait toucher encore une fois, c’est la mort directe. Ce système ne fait pas de cadeau et, comme souvent dans les jeux de l’époque, il faudra s’accrocher pour arriver au bout de l’aventure. Face à cette situation, les joueurs les plus débrouillards (ou les moins patients) auront tôt fait de régler la difficulté du soft sur “facile” (via le menu Options), mais même dans ce cas de figure, ils devront faire preuve de beaucoup de dextérité pour espérer sauver la belle d’Arthur.

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 06Cette difficulté, présente tout au long de l’aventure, aura fait tourner les talons à pas mal de joueurs, donnant au soft de Capcom une réputation de “jeu difficile”. Cependant, force est d’admettre que si cette difficulté est bien réelle, elle ne réduit en rien le plaisir de jeu. Bien au contraire. Je n’aurais donc qu’un seul conseil à vous donner quand vous jouerez à Super Ghouls ‘n Ghosts : persévérez ! Vous verrez qu’au bout de quelques parties, vous maîtriserez de mieux en mieux les déplacements d’Arthur. Et c’est à ce moment-là que le soft révèle tout son potentiel en terme de fun.

Armures et autres bonus

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 07Notre bon chevalier Arthur peut améliorer ses capacités grâce aux armures qu’il porte. Le jeu comporte en tout et pour tout trois armures différentes. L’armure de base, en argent, permet d’utiliser une arme dans sa forme initiale. On trouve ensuite l’armure verte, qui permet d’utiliser une version plus puissante de l’arme équipée. Et pour terminer, on a l’armure dorée, qui octroie à Arthur un super pouvoir supplémentaire, matérialisé par la présence d’une jauge de puissance. Une fois que cette jauge est entièrement remplie, Arthur peut alors lancer une attaque spéciale. Petite précision qui a toute son importance : il n’y a pas de gradation dans les armures. En d’autres mots, même si Arthur a une armure dorée et qu’il se fait toucher par un ennemi ou un projectile, il se retrouve en caleçon – et non pas en armure verte, puis en armure normale -…

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 08En marge des armures, plusieurs bonus tels que les jarres ou les coffres aux trésors sont également disséminés dans les niveaux. Les jarres – abandonnées par les ennemis tués – peuvent contenir de nouvelles armes ou des points de bonus. Les coffres procureront à Arthur des armes, des armures… ou cacheront parfois un sorcier qui se fera un malin plaisir de transformer notre brave chevalier en bébé, en fille ou encore en guêpe. Côté armes, Arthur dispose de tout un arsenal pour se débarrasser des nombreux ennemis qui l’attaqueront. Dans le désordre, on peut citer la dague, le flambeau ou encore l’arc… Chacune d’entre elles présente des avantages et des inconvénients, et ce sera au joueur d’opter pour telle arme plutôt qu’une autre en fonction de la situation et / ou de sa facilité dans leur utilisation.

Quand y en a plus, y en a encore…

Super Ghouls 'n Ghosts Super Nintendo screenshot 09Un des points marquants de Super Ghouls ‘n Ghosts est sa durée de vie importante. Et pas seulement à cause de sa difficulté “corsée”. En fait, bien qu’il n’y ait que sept niveaux à parcourir en tout et pour tout, les développeurs ont usé d’un petit stratagème pour doubler la durée de vie du soft. Une fois que vous serez parvenu à mener Arthur en face de sa promise, cette dernière vous fournira une info de taille : pour vaincre définitivement le grand méchant du jeu, vous devrez absolument être en possession d’une arme spéciale, le bracelet. Et devinez quoi ? Pour le trouver et – enfin – affronter le dernier boss, vous devrez vous “retaper” tous les niveaux et dénicher le fameux bracelet. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, vous remarquerez aussi, assez rapidement, que dans cette seconde partie du jeu, les ennemis sont nettement plus coriaces.

En conclusion

Super Ghouls ‘n Ghosts fait partie de ces jeux qui attirent irrésistiblement le gamer : non seulement par sa réalisation technique aboutie, mais aussi par sa mécanique bien huilée et le fun qui s’en dégage. Cependant, sa difficulté élevée risque de faire fuir les joueurs peu enclins à prendre le temps d’apprivoiser la “bête”. Quoi qu’il en soit, malgré le poids des ans, Super Ghouls ‘n Ghosts a particulièrement bien vieilli et est devenu une valeur sûre, à tel point que l’on ne peut que le recommander à tous, sans exception… Un grand classique.

Note Finale
Technique – 9 /10

SGnG profite de son passage sur Super Nintendo pour proposer une foule d’effets propres à la console. Décors et sprites sont en outre finement dessinés et colorés avec soin. L’animation rame à certains endroits mais rien de rédhibitoire.

Musique – 9 /10

Les musiques de SGnG mettent le chip de la console à contribution, pour un rendu vraiment plaisant. Cette qualité sonore est un des points forts du soft.

Gameplay – 7 /10

Le sujet qui fâche: très plaisant à jouer, SGnG s’avère aussi délicat à maîtriser. En conséquence, il ne plaira pas à tous les joueurs.

Durée de vie – 8 /10

Arthur devra parcourir de nombreux niveaux avant de délivrer sa belle. Sans parler du fait qu’il devra tous les refaire pour mettre son ennemi hors d’état de nuire.

Innovation – 7 /10

SGnG s’inscrit dans la lignée des autres titres de la série, sortis en arcade ou sur console. Mais il parvient malgré tout à se démarquer grâce à sa réalisation et au challenge qu’il propose.

En résumé
Super Ghouls ‘n Ghosts attire le joueur par sa plastique, mais sa difficulté en fera fuir plus d’un.
8
Très bon

Infos Pratiques
Développé par Capcom
Édité par Capcom
Sorti le 04.10.1991 (Japon)
Sorti le 10.12.1992 (Europe)
Sorti en 11.1991 (USA)
action / plate-forme
1 seul joueur
Cartouche de 8Mb
Pas de sauvegarde
Existe aussi sur Console Virtuelle (Wii)
Encore + d’images
Vous aimerez peut-être …
Earthworm Jim Super Back To The Future Part II Mega Man X3 Hameln no Violin Hiki Ganbare Goemon : Yuki Hime Kyuushutsu Emaki Hyper Iria Tintin : Le Temple du Soleil Boogerman : A Pick and Flick Adventure
Vous avez aimé ce test ? Partagez-le !
© 2007-14 La Mémoire du Pad | Header de Pnutink pour la MdP | Partenaires | Recrutement | Contact Haut de page